Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Ven 17 Aoû 2018 11:48

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 00:11 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1089
Le point important n'est pas là selon moi.
Quand éclaté l'affaire DSK il n y a eu aucun effet secondaire ni aux États Unis ni en France.
Pas de "me too " pas de " balance ton porc"

Un géant d Hollywood tombe et aussitôt non seulement l Amérique mais aussi l'Europe s'enflamment ...

La mondialisation c'est en fait l'américanisation ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 09:32 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Jeu 18 Mar 2004 00:16
Messages: 762
Je distinguerais la mondialisation de l’américanisation.

Comme Debray, je pense que l’américanisation touche surtout ce qu’on appelle l’occident. On en a eu une enieme illustration caricaturale, la semaine passée, avec la ridicule campagne de publicité pour le vendredi noir, en anglais dans le texte.

La mondialisation est, elle, un phénomène technique, économique, qui a eu des précédents (certes de moindre ampleur), qui n’est pas dépendante des USA et qui se poursuivra ou connaîtra des reculs malgré eux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 18:03 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 29 Nov 2006 19:35
Messages: 420
Il semble pourtant que la fascination qu'exerce les Etats-Unis dépasse les frontières de l'Occident... A ce propos il y a l'excellent ouvrage "mainstream" qui évoque justement cette fascination-répulsion pour la culture américaine à travers le monde.

_________________
Dix pourcent de chômage en France, c'est encore 90 % d'actifs qui s'enrichissent en travaillant
Geopolis


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 18:56 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juin 2014 16:09
Messages: 313
L'avis - assez ironique, j'ai l'impression - de Gilles William Goldnadel (avocat et essayiste ; président de l'association France-Israël) sur la question
( article daté du 23/10/2017 )
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017 ... ncaise.php

Citation:
#balancetonporc: l'américanisation de la société française

Avec le hashtag Balance ton porc!, l'hystérie électronique aura encore frappé. L'avantage avec l'hystérie, c'est que ses crises passent vite, et que l'on peut ensuite la questionner calmement.
Bien que cette dernière crise ne se soit pas tout à fait estompée, il est déjà venu le temps de la décrire.
Son origine tout d'abord: une nouvelle fois, les États-Unis. La société française ne s'est toujours pas aperçue à quel point elle vivait désormais sous l'empire et même sous l'emprise américaine.

Le plus tristement cocasse, c'est que ceux qui en sont les victimes les plus consentantes sont ceux qui historiquement auront le plus vitupéré l'impérialisme politique et culturel américain. En deux mois historiques, deux crises hystériques, largement cornaquées par des histrions, auront importé sur les rives européennes des crises américaines.
En septembre, les mauvais vents venus de Charlottesville auront conduit jusqu'à Paris de nouveaux talibans antiracistes pour détruire les statues de Colbert et Dugommier, en octobre les turpitudes de Monsieur Weinstein auront conduit les féministes les plus agressives à encourager la dénonciation massivement anonyme.

On peut décrire aussi les causes de la crise hystérique. Toujours noble, toujours honorable, toujours soutenable.

De la même manière que la guerre raciale américaine est devenue une réalité condamnable, le harcèlement, les violences faites aux femmes le sont tout autant. C'est d'ailleurs leur instrumentalisation par des combattants autoproclamés déchaînés , quand ils ne sont pas pervers, qui autorisent tous ses excès à la crise sans maîtrise.

On peut décrire aussi idéologiquement les acteurs de la poussée hystérique: largement la gauche féministe.
Avec ses contradictions qui font son improbable charme: c'est ainsi que pendant des années, tout esprit civique de coopération avec les autorités de police et de justice pour lutter contre le terrorisme était strictement proscrit au nom de la lutte contre la délation. L'interdiction puisait sa force d'intimidation dans la référence obligatoire à la sombre période de collaboration.
Aujourd'hui encore, la même famille politique qui encourage la délation électronique de masse combat tout projet de loi antiterroriste qui aurait comme effet prétendument barbare de conserver sur des fichiers le nom d'islamistes susceptibles de passer à l'acte homicide.

La gauche féministe a aussi le jugement sélectif. Mesdames Autain et Schiappa adorent regarder les porcins balancés.
Mais les deux dames ont leurs porcs saints. C'est ainsi que la féministe Insoumise tient à défendre l'honneur des bars unisexes de Trappes et que la Secrétaire d'État qui traque volontiers le cochon en cravate n'a pas vu d'exactions sexistes à la Chapelle. Il est vrai que la strabique n'a pas vu non plus d'antisémites dans les quartiers islamiques.

Cette famille politique portée à l'hystérie se veut toujours vertueuse. Mais l'hystérique politique est souvent amnésique. Dans ma chronique de la semaine passée je rappelais que ce monsieur Weinstein était issu du camp du Bien autoproclamé.
Longtemps protégé par les très féministes Hillary Clinton et Jane Fonda.
Longtemps protégé par le très libéral New York Times ou le très intransigeant Quentin Tarantino.
En France, l'hyperactif Denis Baupin est issu du parti gauchisant des Verts qui aura fermé les yeux sur son activisme sexuel pendant des années tout en promouvant le féminisme le plus agressif.
Décidément les grands prêtres les plus fanatiques de la religion des droits de l'homme auront commis, à l'abri de leur soutane, bien des turpitudes et des tartufferies .
Méfaits commis, aussitôt oubliés, voici leurs amis hystériques qui poussent des cris d'orfraie.
La même famille politique qui chante les louanges de la dénonciation électronique célèbre théoriquement la liberté d'expression.

Malheur pourtant à ceux qui comme moi s'interrogent à voix haute sur les vertus dénonciatrices, tantôt ce sont des harceleurs en puissance qui s'ignorent, tantôt des collaboratrices des violents, comme l'ineffable Caroline de Haas, qui gazouille sur Twitter: «Eugénie Bastié, alliée indéfectible des agresseurs…».
Rappelons en passant que la gazouilleuse intraitable proposait pour régler la question du harcèlement de rue à la Chapelle d'élargir les trottoirs, seuls responsables des agressions. Cochons de trottoirs.
On peut, on doit aussi et surtout décrire les ravages de la crise hystérique électronique. Il n'y a pas que la laideur de la délation. Après tout que les femmes, massivement, décrivent leurs souffrances peut avoir un effet apaisant et obliger, qui sait, certains salauds à prendre conscience.
Mais il y a aussi la calomnie. Avec son cortège de couples brisés, de carrières gâchées et de vies piétinées. Car des patronymes ou des individus reconnaissables ont été donnés en pâture par des personnes anonymes ou sous pseudonymes. Et ici habite l'essentialisme abject, maître de tous les racismes.

De la même manière que tous les hommes ne sont pas des harceleurs, toutes les femmes ne sont pas des victimes innocentes. Il y a des femmes menteuses. Il y a des femmes mythomanes. Il y a des maîtresses vengeresses. Il y a des maîtresses chanteuses. Il y a même des harceleuses que j'ai fait condamner.

Dans le Monde, une sociologue se réjouissait samedi de ce que la peur avait changé de camp. Il est des expressions qui vous glacent le sang. Il n'est pas bon que les innocents puissent éprouver la peur ou la honte de se voir reprocher des fautes qu'ils n'ont pas commises.
L'être humain est complexe et pluriel. Les rapports entre les hommes et les femmes peuvent être très laids, très douloureux, très injustes, ou encore magnifiques, sublimes ou très mystérieux.
Le monde de l'hystérie électronique, le monde du lynchage, le monde de la suspicion généralisée et organisée entre les hommes et les femmes, le monde du simplisme et des rôles distribués et stéréotypés, n'est pas un monde très humain.
C'est même un monde très bête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 21:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 360
Ce genre de point de vue ne m'empêchera pas de me réjouir que l'affaire Weinstein ait été l'occasion d'une salutaire et historique libération de la parole des femmes.

Après, toute avancée historique de cette ampleur peut provoquer des excès, mais on ne me fera pas avaler que les droits des femmes c'est juste un caprice "politiquement correct" de quelques gauchos hystériques.

Quel plaisir, par exemple, de voir déculottée la double tartuferie d'un crypto-islamiste comme Tarik Ramadan, qui se révèle donc à la fois intégriste et détraqué sexuel ! :lol:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Lun 27 Nov 2017 21:43 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1089
pierma a écrit:
Ce genre de point de vue ne m'empêchera pas de me réjouir que l'affaire Weinstein ait été l'occasion d'une salutaire et historique libération de la parole des femmes.

Après, toute avancée historique de cette ampleur peut provoquer des excès, mais on ne me fera pas avaler que les droits des femmes c'est juste un caprice "politiquement correct" de quelques gauchos hystériques.
el ! :lol:



Maintenant l'Amérique impose une nouvelle pensée unique qui place à nouveau la Vertu en référence centrale de la société...49 ans après mai 68..

Sur le fond peu importe après tout (même si je comprends qu on préfère la vertu à la débauche ) mais sur la forme on doit constater que c'est l Amérique qui donne le la ...

Encore 5 ans et on supprime la mixité scolaire ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Mar 28 Nov 2017 18:39 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juin 2014 16:09
Messages: 313
Aigle a écrit:
Maintenant l'Amérique impose une nouvelle pensée unique qui place à nouveau la Vertu en référence centrale de la société...49 ans après mai 68..

Sur le fond peu importe après tout (même si je comprends qu on préfère la vertu à la débauche ) mais sur la forme on doit constater que c'est l Amérique qui donne le la ...

En ce qui me concerne, je ne vois rien d'anormal dans le fait que les États-Unis influencent culturellement l'Europe... Parce que ça fait déjà quelques décennies que le fait est bien connu.
Maintenant, affirmer que ce phénomène touche les non-occidentaux avec la même ampleur, là, il faudrait parvenir à le prouver.
Est-ce que cette histoire de #balancetonporc bouleverse vraiment la société à Shangaï, Bombay ou Le Caire ?

Par ailleurs, personnellement, je m'en fiche bien qu'un phénomène vienne des pieux musulmans, des prudes chinois ou des puritains américains...
Ce que je constate, et ce que Goldnadel relevait plus haut, c'est que l'on est en train d'encourager une forme de délation et de mise au pilori de certains individus, au nom de la lutte contre certains abus.
Désolé mais, jusqu'à présent, on m'avait toujours dit qu'en démocratie, il y avait des choses qui s'appelaient " justice " et " présomption d'innocence."

Ici, on part du postulat que - désormais - toutes les femmes seraient des innocentes victimes et diraient toujours la vérité, tandis que les hommes seraient tous des abuseurs et des menteurs....
Ou se cache la " justice " dans ce système ? Et comment est-ce que l'on peut espérer faire progresser les choses avec ce genre de méthode ?
Admettons que l'on ait officiellement encouragé la dénonciation anonyme en France pour lutter contre le terrorisme... Comment cela aurait-il été accueilli ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Mar 28 Nov 2017 20:52 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 360
LordFoxhole a écrit:
Admettons que l'on ait officiellement encouragé la dénonciation anonyme en France pour lutter contre le terrorisme... Comment cela aurait-il été accueilli ?

Remarque HS : Je serais surpris que les services antiterroristes négligent les dénonciations anonymes. Ou alors c'est qu'ils ne font pas leur travail, qui est de vérifier, même par acquit de conscience.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Mar 28 Nov 2017 22:14 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Jeu 18 Mar 2004 00:16
Messages: 762
Je pense, LordFoxhole, qu’il faut distinguer la démocratie des traits culturels d’une société.

Les sociétés protestantes, nordiques, toutes démocratiques qu’elles soient de longue date, se sont cependant toujours caractérisées par un fort contrôle social, à base de fortes pressions collectives sur les individus et de culture de la dénonciation, de l’aveu et de la repentance publique.

La société éclaire le système politico-juridique autant que le système politico-juridique ne se comprend qu’à la lumière des normes socio-culturelles de tel ou tel pays.

Les ligues de vertu, les prédicateurs autoproclamés dénonçant la dépravation de telles ou telles mœurs sont au moins aussi vieux que la plus ancienne des 13 colonies. De même que le goudron et les plumes, ou le lynchage. De même que le bourrage des urnes, les manœuvres dilatoires pour empêcher les électeurs favorables au camp adverse de voter et le bidonnage des listes électorales, le défaut de contrôle pour permettre le vote de personnes non autorisées à voter dans la circonscription voire dépourvues du droit de vote, le charcutage des circonscriptions électorales, et le trucage des tirages au sort.

La Justice est un idéal qui n’est pas toujours atteint. Au quotidiennement, il y a les procédures juridiques, les rapports de pouvoir et d’habilete Qui ne permettent pas toujours à la Justice de triompher.


En revanche, Pierma, je ne pense pas qu’il faille assimiler l’affaire Weinstein à la libération de la parole des femmes contre les abus du machisme et les survivances des errements hérités des sociétés patriarcales.

L’affaire Weinstein n’est en fait pas une affaire d’oppression masculine. C’est une affaire d’abus de pouvoir.

Il y a aussi des Weinstein hommes et femmes même s’il y a tout lieu de penser que les femmes sont moins nombreuses que les hommes parce qu’elles occupent moins que les hommes des positions de pouvoir dans les domaines politique, économique, artistique, ... etc.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mondialisation : mœurs et médias
MessagePosté: Mer 29 Nov 2017 09:55 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 29 Nov 2006 19:35
Messages: 420
@LordFoxhole

Sauf qu’on peut aussi retourner le raisonnement. Au final est-ce qu’il y a plus de chance que la justice soit appliquée avec la méthode « balance ton porc » ou par la silence qui a régné jusqu’à présent ? Car honnêtement qui dis que tous les femmes sont innocentes et tous les hommes des menteurs vicieux… ?

_________________
Dix pourcent de chômage en France, c'est encore 90 % d'actifs qui s'enrichissent en travaillant
Geopolis


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com