Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Jeu 12 Déc 2019 21:23

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 165 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Dim 15 Sep 2019 13:38 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2599
Localisation: Alsace, Colmar
Il y a une réalité technologique, ignorée dans l'étude. Ces gens "très intelligents" semblent s'affranchir allègrement de comment réagit un réseau électrique. Alors, ils ont l'idée géniale, déjà exprimée par les technocrates écologiques de Greenpeace, suivis par les allemands, de prévoir une surproduction d'ENR compensée par du stockage. Plus, une efficacité énergétique axée sur un recours aux technologies de pointe, dont certaines n'ont pas encore réussi le passage entre la "paillasse" des centres de recherches et le monde industriel. Pis, certaines n'ont pas encore réussies a démontrée leurs faisabilité sur une paillasse...

Le réseau allemand, mais je pourrais citer le réseau espagnol ou portugais, présentent la particularité d'arriver à produire sur certaines périodes plus de 100% d'électricité issue des ENR. C'est un très beau laboratoire d'un réseau 100% ENR. Et ces exemples montrent des limites qui ne sont pas prises en compte dans cette fameuse étude... C'est bête, car si le réseau est instable, on a des risques de blackout. Or, notre société repose sur le recours à l'énergie abondante et bon marché. Car, on oublie l'un des pré-requis : le but affiché est de supprimer au maximum le recours aux sources d'énergie productrices de gaz à effet de serre : dit autrement, on doit arriver à la suppression du trio : charbon, gaz, pétrole. Il faut donc transférer les 50-60% de notre mix énergétique produit à partir de ce trio vers d'autres sources. Elles sont de 3 sortes. Il y a par exemple, la biomasse : bois, paille, ... Puis, il y a le gaz "vert" et l'essence "verte", issue de produits agricoles transformés par divers moyens. Ces 2 sources émettent des GES, mais comme il s'agirait de stockage-déstockage "à court terme", on prétend que cela n'a aucune incidence sur l'environnement. Sauf qu'on est en train d'interdire un peu partout le recours direct au bois, à cause de l'émission en masse de particules plus ou moins fines et de leur impact sur la santé et sur l'environnement.

On a simplement oublié qu'historiquement, le recours au gaz et au pétrole avait permis de "nettoyer" l'air de nos villes, mais aussi des vallées industrielles. Oubli regrettable... Mais, on ne peut pas être expert en tout, n'est-ce pas.

La 3ème source, c'est l'électricité soit-disant "verte" produite par les panneaux solaires et les éoliennes, mais je vais y revenir, après avoir évoqué le stockage.
Point suivant, dans le rapport on propose de recourir au stockage de l'énergie, soit via des STEP, soit via des systèmes de stockage. Les emplacements pour les STEPS de grande puissance se comptent sur les doigts des 2 mains. Et quand on voit l'épisode du barrage de Sirvens, on imagine la difficultés à transformer en réalité certains de ses projets. Oui, les écolos seront la première cause d'échec du plan de l'Ademe. Surtout que de nombreux groupes écologistes se sont constitués pour contrer les plans de mise en place sur de grandes surfaces des centrales solaires, éoliennes qui vont devoir produire cette électricité issue des ENR. Une centrale nucléaire a un impact environnemental bien moins important. Certains technocrates semblent l'avoir oublié et n'ont pas tenu compte des kilomètres-carrés nécessaires pour produire cette électricité. Coté stockage, les technocrates écolos ont simplement fait des règles de 3 avec des valeurs moyennes... Mais, cet hiver, il y a eu une période de 6 jours sans vent et avec un ciel voilé. Le ciel était voilé parce que le vent ne balayait pas les brumes matinales. Il y a eu aussi le passage d'une tempête où les éoliennes se sont mises en mode "drapeau". Le mode drapeau c'est lorsqu'on laisse tourner librement les pales sans produire de l'électricité parce que l’effort sur les machines est trop important et risque d'entrainer une rupture des pales. Ce qui donne de très belles vidéos de pales s'envolant au vent. Bref, si on veut dimensionner un système de stockage, il faut tenir compte de ces épisodes que l'on nous promet de plus en plus courants. Donc, il faut calculer les capacités de stockage nécessaire pour passer de 1 à 2 semaines sans production notable. Certains ont fait les calculs, les volumes de batteries requises sont mirobolants. On s'inquiète pour les batteries et le lithium nécessaire pour l'électrification du parc automobile, sachez que c'est de la roupie de sansonnet à coté de ce qui sera requis pour le stockage.

On a aussi calculé les masses de béton nécessaire pour les soubassement des éoliennes, pour pallier un EPR, il faut le béton nécessaire à en construire 2 ou 3... Et cela impacte le bilan carbone. Tiens, c'est vrai, on n'évoque pas cela dans le rapport de l'Ademe. Encore un oubli ...

Revenons au réseau allemand. Actuellement, les allemands démontrent que pour maintenir une stabilité du réseau, il faut environ un tiers d'électricité "pilotable". Donc, quand les ENR produisent plus de 100% des besoins de l'Allemagne, la production allemande représente plus de 130% des besoins de l'Allemagne. Les 30% surnuméraires étant produits par des centrales à gaz et à charbon. Car le nucléaire allemand n'est pas dimensionné pour travailler en pointe. Ce qui fait qu'un tas de personnes pensent que c'est aussi le cas pour le nucléaire français ... Surtout dans les documents directement traduits de l'allemand et qu'on trouve sur de nombreux sites pseudo-écologistes. Ce qui n'est pas vrai, en France, c'est le nucléaire qui pilote le réseau.

Bien entendu, on entend dire que cette énergie "pilotable" pourrait être produite par des moyens de stockage. Mais cela augmente le bilan global. J'ai souvent le débat avec des gens qui attendent le V2G, soit le Vehicule To Grid. En français, le véhicule au réseau. Donc, un recours aux kWh stockés dans les batteries des véhicules électriques pour secourir le réseau au moment où celui-ci en a besoin. Faisons un calcul simple, la batterie de ma zoé fait 22 kWh. Imaginons que j'ai un contrat qui me permet de profiter d'un prix intéressant pour ma recharge si je fais du V2G, et que j'ai pris l'option 20 kWh. En fait, chose que peu de gens savent, mais qu'ils découvrent s'ils surveillent leur consommation lors de l'achat d'un VE, la charge a un certain rendement. Il est d'environ 80%, ce qui veut dire que pour mettre 20 kWh dans ma batterie, je tire 24 kWh du réseau. Il existe aussi un rendement en ce qui concerne la restitution de l'électricité comprise dans ma batterie vers le réseau. Elle devrait être aussi d'environ 80%. Donc, quand je restituerais de l'électricité vers le réseau, mes 20 kWh se transforment en 16 kWh effectivement présents sur le réseau. Et comme, si je charge ma batterie, c'est quand même parce que je dois m'en servir pour me véhiculer, à la fin de la pointe de consommation, je vais retirer 24 kWh du réseau pour remplir ma batterie. Conséquence, j'ai consommé 48 kWh, pour en revendre 16 au réseau et en reprendre 20 dans ma batterie... Ce sera globalement la même chose pour la plupart des opérations de stockage. Certaines ont même démontré des rendements inférieur, comme le P2H ou le P2F.

Le P2H, souvent aussi nommé P2G, on prend de l'électricité issue d'ENR "gratuite", et on la transforme en hydrogène. Le rendement moyen serait au mieux de 18%. Depuis quelques temps certains ont la,cé l'idée d'un fuel issu de cet hydrogène en ajoutant du CO au H2. Bref, en carbonnant cet hydrogène. Le rendement serait d'environ 10%... Mais, l'avantage serait de pouvoir utiliser les moteurs thermiques actuels.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Dim 15 Sep 2019 17:52 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 13 Mai 2006 23:36
Messages: 95
Localisation: Toulouse
Barbetorte a écrit:
L’ADEME avait conclu dans un rapport publié en 2015 qu’un scénario électrique français avec 95 % de renouvelable à l’horizon 2050 ne coûterait pas plus cher que de continuer dans la voie du nucléaire.

Merci de nous mettre à disposition cette intéressante étude.
Mais je n’y vois pas la conclusion que vous évoquez. L’objet de l’étude n’est pas de comparer un scénario 95 % ENR avec le nucléaire, mais de voir si des scénarios à forts pourcentages d’ENR sont viables.
Et elle conclut positivement, avec les réserves suivantes si j’en crois l’édito :
- il faut maîtriser la demande, et en particulier la pointe,
- il faut que le coût des technologies continue à baisser,
- l’acceptabilité sociale sera cruciale.

Si l’on voulait comparer avec le nucléaire, il faudrait donc également se projeter en 2050 et non pas se baser sur des prix contractualisés en 2013 au Royaume-Uni. Car l’objectif est évidemment aussi de faire baisser les prix de revient dans la filière nucléaire.

Les énergies éolienne et solaire sont non seulement non pilotables, mais en plus elles ont un facteur de charge très faible. L’étude conclut donc logiquement que pour un scénario 100 % ENR, il faudrait 196 GW de production installés (contre 115 GW environ pour le scénario 40 % ENR).
Lorsqu’il s’agira de construire ces 80 000 MW de puissance qui ne fonctionneront que 10 à 20 % du temps, je pense que l’ « acceptabilité » en prendra un coup.
L’étude est moins fouillée pour la partie stockage pourtant indispensable au scénario. Les scénarios 80, 95 ou 100 % ENR nécessitent (entre autres) la mobilisation complète d’un « gisement » de 7000 MW de stockage par les STEP : je ne sais pas d’où l’étude tire la valeur de ce gisement, mais en pratique il s’agit de construire au moins 7 ou 8 grands barrages. Là aussi, et à mon grand regret, je crains que l’acceptabilité ne soit pas au rendez-vous. D’autant qu’il s’agira d’installations qui (comme toute installation de stockage) auront un bilan énergétique négatif. C’est l’argument déjà mis en avant par les opposants aux projets existants de STEP.

Barbetorte a écrit:
C’est effectivement un problème mais il y a des réponses. La première action à entreprendre est la diminution des besoins : en diminuant les besoins en électricité, on diminue aussi les besoins de stockage. Il y a lieu de combiner différemment les utilisations de gaz et d’électricité et d'exploiter l'idée de power to gas (https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/resume_etude_powertogas_ademe-grdf-grtgaz.pdf). On peut notamment cesser de chauffer des bâtiments à l’électricité pour les chauffer au gaz.

C’est une idée, mais je ne vois pas comment remplacer du nucléaire par du gaz améliore le bilan carbone.
Cela fait des décennies que l’on parle de maîtriser la demande en énergie : comme dans tout système à rendements décroissants, on a déjà réduit la demande là où c’était le plus facile, cela devient plus dur.
La technologie offrira sans doute des moyens d’adaptation plus réactive de la consommation (encore que, quand on voit le cirque fait autour de Linky qui est la première étape , on peut se dire que le chemin est encore long).
Mais le principal moyen de réduire efficacement la consommation, c’est le signal prix. On revient à la question de l’acceptabilité sociale.

Barbetorte a écrit:
L’hydrogène est produit par électrolyse de l'eau.

Non. Aujourd’hui, l’hydrogène est essentiellement produit à partir d’hydrocarbures. Ça change un peu le raisonnement.
https://www.planete-energies.com/fr/med ... -hydrogene
L’hydrogène est un moyen de stockage (puisqu’on consomme de l’énergie pour le fabriquer et qu’on en récupère en le faisant réagir). Il a donc lui aussi un rendement de cycle < 100 % (il faut consommer plus d’énergie qu’on n’en récupère). Il n’y aura donc pas de miracle sur le prix. Son avantage principal est d’être mobile (sous forme de bonbonne), donc bien adapté pour des véhicules, mais a priori moins concurrentiel en général dans les autres usages. Sans compter que le jour où on m’informe de l’installation d’une réserve d’hydrogène près de chez moi, je déménage. :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 13:30 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 397
Dupleix a écrit:
Mais je n’y vois pas la conclusion que vous évoquez. L’objet de l’étude n’est pas de comparer un scénario 95 % ENR avec le nucléaire, mais de voir si des scénarios à forts pourcentages d’ENR sont viables.
On tire cette conclusion de l’estimation globale donnée page 91 d’un prix de 119 € / MWh qui est équivalent au coût de l’électricité produite par les EPR. Des études ultérieures la confirment. C’est résumé dans un communiqué de presse du 10 décembre 2018 : https://presse.ademe.fr/2018/12/etude-quelle-trajectoire-devolution-du-mix-electrique-francais-dici-2060.html?hilite=%27mix%27%2C%272050%27%2C%27nucl%C3%A9aire%27).

Dans son étude « Trajectoires d’évolution du mix électrique 2020-2060 » l’ADEME prévoit une baisse du coût de l’électricité pour le consommateur français, possible grâce à un fort développement de la part des énergies renouvelables, estimée à 85% en moyenne en 2050 et à plus de 95% en 2060. L’étude montre également que le prolongement d’une partie du parc nucléaire historique permettrait une transition efficiente d’un point de vue économique et climatique, alors que le développement de la filière EPR ne serait pas compétitif.

Dupleix a écrit:
Lorsqu’il s’agira de construire ces 80 000 MW de puissance qui ne fonctionneront que 10 à 20 % du temps, je pense que l’ « acceptabilité » en prendra un coup.
Ce sera acceptable parce qu’au lieu de ne fonctionner que 10 % du temps, pendant les 90 % du temps où ils n’alimentent pas le réseau en électricité, ces générateurs produiront de l’hydrogène. Des installations de toutes dimensions sont disponibles sur la marché : https://mcphy.com/fr/nos-produits-et-solutions/electrolyseurs/.

Dupleix a écrit:
Les scénarios 80, 95 ou 100 % ENR nécessitent (entre autres) la mobilisation complète d’un « gisement » de 7000 MW de stockage par les STEP : je ne sais pas d’où l’étude tire la valeur de ce gisement, mais en pratique il s’agit de construire au moins 7 ou 8 grands barrages. Là aussi, et à mon grand regret, je crains que l’acceptabilité ne soit pas au rendez-vous. D’autant qu’il s’agira d’installations qui (comme toute installation de stockage) auront un bilan énergétique négatif. C’est l’argument déjà mis en avant par les opposants aux projets existants de STEP.
L’étude conclue à un besoin de stockage à court terme (infra-hebdomadaire) d’une capacité de 6 TWh dont 4 au moyen de STEP. Une étude de la Commission Européenne (https://ec.europa.eu/jrc/sites/jrcsh/files/jrc_20130503_assessment_european_phs_potential.pdf) réalisée en 2013 évalue les capacités françaises de STEP de 0,5 TWh avec les réservoirs existants et une capacité de création de réservoirs de 4 TWh. 2 TWh de stockage à court terme seraient apportés au moyen de procédés de stockage d’électricité par air comprimé adiabatique (ACAES).

Dupleix a écrit:
Non. Aujourd’hui, l’hydrogène est essentiellement produit à partir d’hydrocarbures. Ça change un peu le raisonnement.
Cela ne change en rien le raisonnement puisqu’on qu’on ne parle pas de la pétrochimie de 2019 mais de l’électricité de 2050.

Dupleix a écrit:
Sans compter que le jour où on m’informe de l’installation d’une réserve d’hydrogène près de chez moi, je déménage.
Vous aurez peut-être un problème de logement parce que la filière hydrogène va se développer un peu partout. Il y a des stations de recharges pour véhicules légers ou autobus à Paris, Versailles, Houdain, Clermont-Ferrant et probablement encore ailleurs. Bien entendu, l’hydrogène fourni provient d’électrolyse ou d’ »énergie vertes » et non de matières premières fossiles : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/puy-de-dome/clermont-ferrand/bientot-stations-recharge-hydrogene-clermont-ferrand-1516547.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 17:56 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2599
Localisation: Alsace, Colmar
Le développement voulu de la filière hydrogène montre bien que certains n'ont pas le sens des réalités. Je manipule de l'hydrogène au boulot, la règlementation est très stricte pour le stockage de ce gaz qui est hyper-dangereux. Dans ma formation Chef de Secours, j'ai aussi eu droit à une approche du feu d'hydrogène.... En fait, on nous apprend comment le détecter pour qu'on envoie pas nos gars dans la zone dangereuse, pour le reste, on attend les pompiers. Alors qu'on nous a appris comment intervenir sur un feu de gaz (autre que l'hydrogène) ou un feu de fuel.
Que certains pensent stocker un véhicule au réservoir plein d'hydrogène dans leur garage ... me sidère, tout simplement.

Ensuite, effectivement, on parle de 2050. Sauf qu'on ne sait toujours pas produire à bon compte de l'hydrogène avec un rendement acceptable. Et qu'on ne sait même pas si on y arrivera en 2050. Mais, on lance quand même la filière ... Quelle finalité ? Sûrement pas de tuer dans l’œuf le développement des véhicules électriques en laissant espérer une filière plus propre pour l'avenir et en permettant à ceux qui polluent de le faire l'esprit tranquille puisqu'au moment opportun on leur fournira une solution technologique révolutionnaire .... AH, mais oui, en lisant sur les réseaux sociaux, ils y en a bien qui pensent qu'on va trouver une telle solution ...

Au fait, l'hydrogène, ce n'est pas un gaz explosif ? Mais oui : [url=https://www.androidpit.fr/station-service-hydrogene]Une station-service pour voiture à hydrogène explose en Norvège[url]

https://www.youtube.com/watch?time_continue=26&v=R4EqOU2Sdq0[/url]

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 19:40 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 564
Narduccio a écrit:
Que certains pensent stocker un véhicule au réservoir plein d'hydrogène dans leur garage ... me sidère, tout simplement.

J'ai déménagé il y a 3 ans, mais auparavant j'ai stocké dans mon garage un véhicule au réservoir rempli de GPL liquide. (pour une Clio essence+GPL)

Frederick Forsyth, qui n'est jamais très loin des services secrets anglais, a fait un roman sur le thème d'un attentat terroriste visant un méthanier chargé de GPL : les experts considèrent que son explosion dans un port se chiffrerait en kT, et raserait probablement le port en question.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 21:31 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2599
Localisation: Alsace, Colmar
pierma a écrit:
Narduccio a écrit:
Que certains pensent stocker un véhicule au réservoir plein d'hydrogène dans leur garage ... me sidère, tout simplement.

J'ai déménagé il y a 3 ans, mais auparavant j'ai stocké dans mon garage un véhicule au réservoir rempli de GPL liquide. (pour une Clio essence+GPL)

Frederick Forsyth, qui n'est jamais très loin des services secrets anglais, a fait un roman sur le thème d'un attentat terroriste visant un méthanier chargé de GPL : les experts considèrent que son explosion dans un port se chiffrerait en kT, et raserait probablement le port en question.


Ceux qui ont envie de se faire peur, n'ont qu'à faire une recherche sur un moteur de recherche avec youtube et bleve. Par exemple, on trouve : https://www.youtube.com/watch?v=UM0jtD_OWLU

BLEVE, çà veut dire : Boiling Liquid Expansion Vapor Explosion. La hauteur de la flamme quand tout explose est de plusieurs dizaines de mètres.... EN fait, plus proche de 50m que de 10...!

Sur cette vidéo, on voit (autre autres) l'incendie d'un dépôt de bonbonnes de gaz : https://www.youtube.com/watch?v=NuPVEsQaGB0

Là, c'est un BLEVE sur l'autoroute à Bologne, en Italie : https://www.youtube.com/watch?v=f4BlmN5nV-U

C'est spectaculaire et on se dit qu'on a de la chance de ne pas être à proximité.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 21:38 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 397
Notre expert a tranché une fois de plus. L’hydrogène est dangereux. La preuve, une station d’hydrogène a explosé en Norvège. Mais quand je dis que l’atome est dangereux, la preuve, Fukushima, et que, entre autres pour cette raison, il conviendrait de s’en passer, le même expert me prend de haut. Un nouvel accident du type Fukushima n’arrivera pas, c’est impossible. Les Japonais ont été très mauvais, ce qui explique tout. Or les Français, eux, sont très bons. L’atome français n’est pas dangereux. Fermez le ban. Alors je vais répondre de même. L’utilisation de l’hydrogène comme carburant pour véhicules circulant sur les voies publiques est autorisé. Les ingénieurs français savent ce qu’ils font. Ils maîtrisent. Cela peut exploser en Norvège mais cela n’arrivera pas en France.
Cela dit, je sais bien que l’hydrogène est dangereux. Les équipages de sous-marins classiques équipés d’accumulateurs au plomb en sont tout à fait conscients. A la différence des exploitants d’une centrale nucléaire, les sous-mariniers n’attendent pas les pompiers. Ils savent quoi faire et cela fait partie de leur formation. L’Eurydice a peut-être sombré à cause d’une explosion d’hydrogène. Il ne faut cependant pas exagérer le danger. De très nombreux sous-marins équipés d’accumulateurs au plomb ont continué à naviguer partout dans le monde sans exploser. Tout gaz inflammable est dangereux et il arrive que des immeubles soient soufflés par une explosion de gaz naturel. On estime malgré cela le risque suffisamment maîtrisé pour autoriser le chauffage au gaz et l’alimentation des immeubles par des réseaux publics. L’hydrogène est peut-être plus dangereux que le gaz naturel mais ce risque est pris en compte par des normes plus strictes. Des réseaux publics de gaz existent depuis le dix-neuvième siècle sans, que je sache, que la sécurité publique ait été gravement menacée. Sans être un expert, je pense pouvoir avancer qu’on est plus en sécurité avec l’hydrogène en 2019 qu’avec le gaz de ville en 1880.
Quoiqu’il en soit, l’utilisation d’hydrogène se développe. A Dunkerque (à ajouter à la liste des villes maudites), on injecte à titre expérimental (programme Grhyd piloté par Engie) de l’hydrogène dans le réseau public de gaz.

Image

L’installation Grhyd est composée de trois containers pour l’électrolyse, le stockage et l’injection d’hydrogène dans le réseau.

Narduccio a écrit:
Sauf qu'on ne sait toujours pas produire à bon compte de l'hydrogène avec un rendement acceptable.
Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Je l’ai déjà dit et cela est présenté dans l’étude de l’ADEME dont j’ai fourni le lien, l’hydrogène obtenu par électrolyse est un sous-produit. On tire parti de la surcapacité des générateurs d’électricité nécessaire pour absorber les pointes de consommation pour produire de l’hydrogène. Ainsi il n’y a plus de générateur utilisé seulement 10 % du temps. Pendant 10 % du temps il envoie de l’électricité sur le réseau électrique, pendant 90 % du temps, il produit de l’hydrogène. Mieux vaut être utile même avec un rendement médiocre que rester inutile. Petit rappel : le vent et les rayons solaires sont des énergies gratuites. Alors le rendement ... Ce n'est pas comme consommer un produit pétrolier avec un rendement de 30%.

Narduccio a écrit:
Quelle finalité ?
Comme je viens de le dire, la finalité est d’optimiser les investissements de production d’électricité au moyen des énergies renouvelables.

Narduccio a écrit:
Sûrement pas de tuer dans l’œuf le développement des véhicules électriques en laissant espérer une filière plus propre pour l'avenir et en permettant à ceux qui polluent de le faire l'esprit tranquille puisqu'au moment opportun on leur fournira une solution technologique révolutionnaire.
On peut aussi arrêter l'ironie et faire l'effort de s'informer. Le véhicule électrique alimenté par accumulateur lithium-ion est une solution intéressante mais ce n’est pas la panacée. Tout d’abord, son autonomie reste faible. Ensuite, il est loin d’être sans danger. Le lithium, ça explose aussi. Ensuite le bilan carbone est loin d’être excellent : comparé à celui d’une voiture à essence classique, le bilan carbone d’une voiture électrique avec accumulateurs lithium-ions ne devient meilleur qu’après une distance parcourue de l’ordre de cinquante milles km. Enfin sa production provoque diverses nuisances à l’environnement, sans compter que le lithium n’est pas une ressource inépuisable. Il n’est pas impossible que la filière lithium soit abandonnée dans le futur au profit d'une filière hydrogène qui mettrait en œuvre soit des piles à combustibles alimentant des moteurs électriques soit des réservoirs d’hydrogène alimentant des moteurs thermiques.

En ce qui concerne la sécurité, l’idéal serait le stockage de l'hydrogène sous forme solide. Il existe différentes solutions techniques déjà exploitables mais encore très coûteuses. Elles pourraient néanmoins finir par être imposées au motif de la sécurité d’autant plus que les technologies ne cessent de progresser.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 22:08 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2599
Localisation: Alsace, Colmar
L'hydrogène est dangereux. Pas parce que je le dis, mais parce que de nombreux spécialistes le déclarent. Comme à votre habitude, vous aimez tourner en dérision de que j'écris. Mais, parfois, vous feriez mieux de vous abstenir, cela vous éviterais de dire des conneries.

Vous faites l'amalgame entre Fukushima et l'explosion de réservoirs. Mais, il y a une différence, et elle est de taille. Si les japonais avaient pris les précautions qu'il fallait, on n'aurait jamais parlé de Fukushima. Prenez les précautions qu'il faut, et c'était le cas de la station de recharge norvégienne, car elle respectait les normes très strictes en vigueur. Pourtant, il y aura d'autres explosions. Comme j'ai déjà essayé de vous le faire comprendre : la sécurité, c'est mon métier. Il ne faut JAMAIS minimiser un risque si on veut le maîtriser. Que ce soit le nucléaire, ou l'hydrogène, je ne minimise pas les risques. Dans la partie nucléaire de la centrale où je travaille, je risque peu de choses, tant que je respecte les règles. Je fais très attention quand je dois aller dans le parc à gaz.

Si un jour il y a un problème dans le parc à gaz, en tant que chef de secours, je dois créer une zone de sécurité de plus de 50m autour de celui-ci. Dans le cas d'un accident nucléaire, cette distance est nettement moins grande. Dans la plupart des cas, il suffit de fermer la porte de la pièce pour se mettre à l'abri.

Alors, continuez de montrer à quel point pour certains sujets vous savez ne faire preuve d'aucune capacité d'analyse et de raisonnement.

Et si vous pensez que je raconte des bêtises en ce qui concerne les feux de gaz liquide ou d'hydrogène, faites une recherche par vos propres moyens. On verra très vite si vous êtes capable de vous remettre en cause. Mais, cela m'étonnerais, un troll n'est pas capable de se remettre en cause.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 22:11 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2599
Localisation: Alsace, Colmar
Pour ceux qui veulent vraiment comprendre ce qu'est un BLEVE : https://www.youtube.com/watch?v=Cn8JbDz2hLc

Mais, Barbetorte va prétendre que ce sont des conneries et que c'est un document partial. Ben oui, ce pompier ment forcément puisque d'après Barbetorte, il n'y a pas de danger, pas de risques.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 16 Sep 2019 23:14 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 564
Barbetorte a écrit:
Mais quand je dis que l’atome est dangereux, la preuve, Fukushima, et que, entre autres pour cette raison, il conviendrait de s’en passer, le même expert me prend de haut. Un nouvel accident du type Fukushima n’arrivera pas, c’est impossible. Les Japonais ont été très mauvais, ce qui explique tout. Or les Français, eux, sont très bons. L’atome français n’est pas dangereux. Fermez le ban.

L'atome français est aussi dangereux qu'ailleurs, et on ne peut totalement écarter le risque d'une catastrophe majeure. Toutefois, cela supposerait une fracturation de l'enceinte de confinement, alors que Fukushima a montré que ces enceintes bétonnées pouvaient résister à peu près à n'importe quoi. (Cela dit ils se trouvent aujourd'hui à la tête d'un joli merdier, qu'on n'aimerait pas avoir sur les bras.)

Pour ma part je pense que le nucléaire a sa place dans un mix sans CO2 qu'il me paraît très difficile de planifier dès aujourd'hui. Mais je trouve très dommageable que rien ne soit fait sur le solaire et l'éolien, de même que sur l'isolation thermique des logements. (A noter toutefois que chaque projet d'éoliennes soulève des protestations virulentes des écologistes locaux, avec cette invention du danger des "infra-sons" à la clé, ce qui revient à dénoncer de la sorcellerie...)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 165 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com