Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Mer 12 Déc 2018 19:52

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 123 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 ... 13  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Dim 23 Sep 2018 15:31 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 368
pierma a écrit:
Côté voitures, Toyota fait beaucoup de battage autour de sa Prius hybride rechargeable.

Il annonce 1,4 l/100 km. Impressionnant ! (Après il faudrait voir dans quelles conditions cette consommation a été mesurée.)
En supposant une surface frontale de 1,7 m², un coefficient aérodynamique de 0,30 et un rendement global de la chaîne de propulsion de 0,25, la consommation de 1,4 l / 100 km a pu être constatée sur terrain parfaitement plat à une vitesse parfaitement constante de 35 km/h. La puissance fournie est alors seulement de 1,7 ch. A des vitesses supérieures, puissance et consommation deviennent :

50 km/h : 3,0 ch - 1,8 l/100 km
80 km/h : 7,7 ch - 2,8 l/100 km
110 km/h : 16,3 ch - 4,3 l/100 km
130 km/h : 24,9 ch - 5,6 l/100 km

Une très faible consommation en parcours urbain peut être atteinte grâce à la batterie tampon qui permet au moteur de ne tourner qu'à son régime optimal et grâce au ralentisseur électro-magnétique qui permet de récupérer une partie de l'énergie cinétique perdue lors des freinages.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Dim 23 Sep 2018 18:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 416
2,8l à 80 km ça reste intéressant, mais bon, ce n'est pas la solution transcendante non plus...

Au fait, à propos de consommation, je suis stupéfait par la décision de surtaxer le diesel, et cela de façon très violente, dans le but de le faire disparaître. (C'est au point, par exemple, que Peugeot Sochaux - qui fabrique la 308 - ne peut livrer toutes les voitures essence en commande, faute de moteurs. Son usine de moteurs dans le nord - j'ai oublié sa localisation - est en cours de reconfiguration sur l'essence.)

Mais enfin, qu'est-ce qu'on veut ? Emettre encore plus de gaz carbonique ? Augmenter la facture pétrolière française ?

Sans compter que ça soulève une question récurrente : les écolos sont-ils de gauche ? ou bien doit-on considérer comme normal que seuls les plus aisés puissent se déplacer sans contrainte ?

Tiens je viens de trouver sur Facebook un joli texte sur le fait que la transition écologique n'est pas optionnelle, dont je vous fais profiter :
Citation:
Lettre de Fred Vargas : la troisième révolution

Nous y sommes
Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.

Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance. Nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes.

Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :
Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse). Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix. On s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais. Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille, récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).

S'efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.

Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore''.

Fred Vargas
Archéologue et écrivain


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Dim 23 Sep 2018 23:38 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 368
pierma a écrit:
Barbetorte, sur le démantèlement on a déjà une expérience complète sur un réacteur (900 MW il me semble) et il s'agissait d'un réacteur PWR identique aux nôtres - Les réacteurs français sont des réacteurs Westinghouse sous licence, c'est le cas de 60% du nucléaire mondial. Cette expérience est américaine, et à coûté dans les 350 M€, de mémoire.

Disons 400 M€, ce qui fait en gros une facture de 20 milliards € pour démanteler les réacteurs actuels. Bon, c'est une grosse facture, mais pas délirante, et de plus étalée sur 10 ans au moins. (2 milliards d'euros, c'est ce qu'on consacre annuellement en ce moment à la mise à niveau de la dissuasion nucléaire, sans parler des milliards d'Euros consacrés au service de la dette : à vue de nez, plus de 30 milliards, on en est là...)
C'est vrai, il faut regarder ce qui se fait en dehors de la France. Le coût de 350 M€ pour un démantèlement aux Etats-Unis est cohérent avec les coûts estimés en France : EdF a déjà provisionné environ 36 Mds€ pour les démantèlements dont 19,6 pour le traitement des déchets radioactifs et 16,4 pour le démantèlement des installations proprement dit.

pierma a écrit:
Quand je parlais de laisser tomber l'EPR... (Cette idée était motivée par le fait que nous avons une grande expérience sur la sécurité des réacteurs PWR, mais si en plus ils sont moins chers...)
L'EPR n'est qu'un PWR sécurisé dont l'enveloppe du réacteur ne devrait pas céder en cas de fusion du cœur. La difficulté de parvenir à cet objectif de sécurisation explique les retards et les dérives de prix. Il ne peut y avoir qu'une alternative, soit la sortie du nucléaire soit une continuation mais avec des installations du type EPR, les autres filières, comme celle sur surrégénérateur Super Phénix ayant été abandonnées.

Pour le gazole, je n'ai pas d'opinion. Le moteur diesel fonctionne avec un rendement légèrement supérieur à celui d'un moteur à essence. A puissance égal il émet donc un peu moins de CO2 qu'un moteur à essence. Mais sa combustion dégage plus de particules nocives que celle de l'essence tandis que celle de l'essence émet plus de gaz toxiques que celle du gazole. Pour ces raisons, je suis sceptique contre l'offensive lancée contre le gazole d'autant plus qu'elle ne concerne pas les poids lourds. Je crois qu'on tracasse les particuliers comme les industriels pour peu de choses.

Il faudrait surtout inverser la tendance que vous avez relevée qui fait que les voitures sont de plus en plus massives et leurs moteurs de plus en plus puissants, ce qui ne répond à aucune nécessité. Cette tendance réduit à néant les progrès faits sur les rendements et les pollutions des moteurs.

Il faudrait aussi favoriser les transports fluviaux et ferroviaires.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 24 Sep 2018 07:24 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 416
Un montage photo trouvé sur Facebook. Amusant. Enfin si on veut...

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Lun 24 Sep 2018 21:23 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
Barbetorte a écrit:
pierma a écrit:
Quand je parlais de laisser tomber l'EPR... (Cette idée était motivée par le fait que nous avons une grande expérience sur la sécurité des réacteurs PWR, mais si en plus ils sont moins chers...)
L'EPR n'est qu'un PWR sécurisé dont l'enveloppe du réacteur ne devrait pas céder en cas de fusion du cœur. La difficulté de parvenir à cet objectif de sécurisation explique les retards et les dérives de prix..


C'est très loin d'être vrai... En fait, EDF s'est fait imposer un modèle industriel contre lequel elle a résisté durant quelques années : la coopération franco-allemande qui s'est concrétisée par une alliance Areva-Siemens menée grand train par les politiques... EDF avait une évolution des sa filière REP dans les cartons nommée REP 2000. Pas une révolution, une évolution qui réponds très bien au cahier des charges tel que vous l'avez justement défini :
Barbetorte a écrit:
L'EPR n'est qu'un PWR sécurisé dont l'enveloppe du réacteur ne devrait pas céder en cas de fusion du cœur.


Donc, l'EPR est un mix technologique entre les technologies françaises et allemandes. Mais, c'est aussi un projet qui devrait répondre aux attentes, parfois contradictoires des Autorités de Sûreté françaises et allemandes. Juste un exemple, en France on a développée une redondance construite sur 2 "voies" qui font chacune 100% de la fonction. Les 2 voies sont disponibles en permanence, ainsi, en cas d'accident, la fonction serait assurée malgré la défaillance possible d'une des 2 voies. La redondance allemande, c'est 4 "trains" qui remplissent chacun 50% de la fonction. Et les Autorités de Sûreté autorisent donc la maintenance d'un train en fonctionnement. L'EPR est bâti sur la méthode de redondance allemande et Areva présentait cela comme une avancée pour la disponibilité puisque la maintenance des systèmes de sûreté peut se faire hors arrêt de tranche. Solution rejetée par l'Autorité de Sûreté française qui dit que selon son analyse, elle refuse que l'on mette volontairement hors de service (pour maintenance) un train. En fait, si on veut obéir à l'ASN, il aurait fallu construire un 5ème train pour en mettre 1 hors service et maintenir 200% de la fonction disponible en permanence. Trop tard.... Du coup, les arrêts seront plus longs, et les coûts d'exploitations en prennent un coup sur la gueule. C'est ballot que lors de la conception personne chez Areva n'a songé à poser la question à l'ASN sur ce qu'elle accepterait ou pas ...

Mais çà, c'était avant les autres avanies ne tombent sur cet EPR.

Avanie suivante. Lors de la construction du Parc actuel EDF s'est appuyé sur un certain nombres d'entreprises. Mais, lors de l'appel d'offre pour le gros œuvre, c'est Bouygues qui n'avait pas l'habitude du nucléaire qui a emporté le lot. Ce jour-là, pas mal de gens ont prévenu EDF qu'ils allaient au-devant des problèmes.

En fait, dans le nucléaire on a un cahier des charges rigoureux. Dès que quelque chose ne correspond pas, on analyse, et selon les cas, on refait ou on aménage. Quand Bouygues a commencé à couler des bétons qui ne correspondaient pas aux attentes, les ingénieurs de l'équipement d'EDF ont demandé qu'on détruise les ouvrages concernés pour qu'ils soient refaits selon les normes. Et là, ils ont vu débarquer les avocats de Bouygues qui leur ont dit qu'à leurs avis, ce béton était très bien et qu'il fallait faire avec... D'habitude, l'ASN laisse EDF s'occuper des entreprises prestataires. Pour l'EPR, on a vu une grande première, l'ASN a compris que Bouygues s'était lancé dans une guérilla juridique contre EDF, elle a directement mis en garde Bouygues sur le fait qu'on était dans le nucléaire, et que c'était elle qui fixait la règle du jeu. Si l'ASN dit que le béton ne correspond pas, on détruit le mur et on le refait, et cela autant de fois que l'ASN juge qu'il ne correspond pas ... L'ASN en est même arrivé à bloquer le chantier et mettre Bouygues en demeure de refaire certaines parties.

Quand le gros-œuvre a été terminé, EDF a poussé un ouf de soulagement, pensant les ennuis terminés. Bon, avec les péripéties avec Bouygues, le chantier avait déjà plus d'un an de retard ...

Mais, entretemps, il y a eu Fukushima, et la sortie de l'Allemagne du nucléaire. Et le gouvernement allemand qui a imposé aux entreprises allemandes de quitter le nucléaire (enfin, il y a encore des filiales de Siemens qui travaillent sur des chantier dans des centrales nucléaire françaises ...). Donc, Siemens se retire, et il emporte avec lui ses brevets. Il se trouve qu'une bonne partie du contrôle-commande était sous brevet Siemens... Du coup, Areva refait l'étude en catastrophe, avec l'ASN qui tique car elle avait validé certaines choses, et ce n'est pas ce qu'on va installer.

Entretemps, EDF s'est rendue compte qu'elle a perdu la maîtrise de grands chantiers... Et là on a dû faire appel à des experts chinois qui ont réappris à EDF des choses qu'elle leur avait appris il y a 30 ans. Mais, dans le même temps, les ingénieurs d'EDF ont vu que les chinois avaient progressé, et ils ont appris certains trucs et techniques qu'ils n'avaient jamais envisagés...

En fait, l'EPR est devenu un chantier caricatural où tout ce qui pouvait aller de travers est allé de travers. Et, une question se pose, est-ce qu'il y aura d'autres EPR ? En fait, la réponse est connue. On a communiquer sur le fait qu'on allait retenir le retour d'expérience de Flamanville 3 pour la suite de la filière. A tel point qu'on parle d'un EPR-NG ... NG pour Nouvelle Génération ou Next Generation ... Bon, sans dévoiler un ssecret de polichinelle, l'EPR-NG, c'est le REP 2000 réactualisé. Li correspondra au cahier de charge initial bien résumé, ici :
Barbetorte a écrit:
L'EPR n'est qu'un PWR sécurisé dont l'enveloppe du réacteur ne devrait pas céder en cas de fusion du cœur.


En fait, que ce soit EPR et EPR-NG, on va un peu plus loin, quelque soit le type d'accident, toute la contamination devra rester dans le bâtiment réacteur. Ce n'est pas l'enveloppe du réacteur qui est sensée résister, mais carrément le bâtiment réacteur. Dans le cas le plus grave, on ne confinera personne en-dehors du site, et on ne déplacera pas de population. Ca, on sait faire, et ce n'est pas là-dessus que se concentrent les problèmes qu'à connu EDF avec le chantier de l'EPR

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Mar 25 Sep 2018 01:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 416
En somme l'EPR version "coopération avec Siemens" obligeait EDF à modifier toutes ses procédures de sécurité ? (Je n'en crois pas mes oreilles !)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Mar 25 Sep 2018 11:18 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 368
Communiqué de l'ASN (https://www.asn.fr/Controler/Controle-du-reacteur-EPR-de-Flamanville-en-construction/Anomalies-de-la-cuve-du-reacteur-EPR) :
Citation:
Le 10 octobre 2017, l’ASN a rendu son avis relatif à l’anomalie de l’acier du fond et du couvercle de la cuve du réacteur EPR de Flamanville. L’ASN considère que cette anomalie n’est pas de nature à remettre en cause la mise en service de la cuve sous réserve de la réalisation de contrôles spécifiques lors de l’exploitation de l’installation. La faisabilité de ces contrôles n’étant aujourd’hui pas acquise pour le couvercle, l’ASN considère que le couvercle actuel ne peut être utilisé au-delà de 2024.

Les industries métallurgiques participant au programme EPR sont sollicitées à la limite de leur savoir-faire technique et peinent à respecter les prescriptions. L' anomalie mentionnée dans le communiqué de l'ASN est un taux de carbone excessif de l'acier qui favoriserait la propagation de fissures. Un équipementier automobile fabriquant des milliers de culasses par jour qui détecte un défaut similaire sur un lot envoie celui-ci au rebut sans état d'âme. Mais il ne s'agit pas là d'une production en série et l'enjeu financier est d'un tout autre ordre de grandeur. C'est pourquoi l'enveloppe du réacteur pourra être mise en service mais sous réserve de contrôles à exécuter lors des visites décennales. Or le grand nombre de traversées du couvercle fait qu'il n'est possible d'inspecter qu'un pour cent de sa surface par les moyens de contrôle usuels. A défaut de pouvoir mettre au point un procédé adéquat, ce qui paraît très difficile, EdF devra changer ce couvercle au plus tard en 2024 ce qui alourdira le coût du programme d'une centaine de millions d'euros. Un nouveau forgé, le bloc d'acier autour duquel est fabriqué le couvercle, a déjà été commandé dans cette perspective, à Japan Steel Works cette fois et non plus à Creusot Forge.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Mar 25 Sep 2018 15:58 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
Barbetorte a écrit:
Les industries métallurgiques participant au programme EPR sont sollicitées à la limite de leur savoir-faire technique et peinent à respecter les prescriptions.


Là-aussi, c'est beaucoup plus compliqué. Comme je l'ai déjà écrit, EDF était une entreprise d'ingénieurs. Donc, quand on a créé les cahiers des charges des premiers réacteurs on a pris les "meilleurs" aciers. ET comme les méthodes de contrôle de l'époque était moins pointues que celles d'aujourd'hui ... c'est passé à travers les contrôles. Aujourd'hui on sait contrôler au-moins 10 000 fois "mieux". Enfin... "mieux", on va dire de manière plus précise et plus fine. Et du coup on a l'impression qu'on redécouvre une évidence : l'acier n'est pas un métal homogène. D'ailleurs, il n'existe aucun métal homogène. L'acier peut se voir comme une multitudes d'îles de fer pur dans une mer de carbone ... Un peu comme les images suivantes, où l'on voit divers aciers au mricroscope :

Image

Image

En fait, suite au scandale de la forge du Creusot et des générateurs de vapeurs forgés au Japon, le microcosme nucléaire français pensait qu'il y aurait un scandale mondial.... Sauf qu'apparemment les autres pays auraient été plus intelligents. Plutôt que d'écrire : "Pour réaliser aux contraintes prévues, il faut tel type d'acier .....", ils ont des phrases du genre : 'L'acier utilisé devra être capable de résister à telles contraintes ...., et on contrôlera régulièrement en soumettant des éprouvettes calibrées à des batteries de tests". Du coup, ils ont pris des éprouettes d'irradiation, ils les ont testées, et ils ont conclu que l'acier répondait aux normes. Bref, les mêmes aciers ont occasionnés des retraits d'exploitations, en France, et un haussement des sourcils dans les autres pays...

Pour s'en sortir, l'ASN a sollicité un groupe permanents d'experts en métallurgie. Les experts ont reçu les dossiers, ils les ont étudiés, ils se sont réunis et ils ont déclaré qu'ils étaient du même avis que les AS des autres pays, les aciers allaient résister aux contraintes prévues. Mais, du fait du système français, EDF a dû quand même prendre des engagements auprès de l'ASN : révision des contraintes d'exploitation, engagement à changer le couvercle de Flamanville ... Officiellement, ces engagements sont le fait du non-respect du cahier des charges initial validé par l'ASN. Bref, on n'a pas respecté les règles qui avaient été convenues entre EDF et l'ASN, mais cela n'a pas de conséquences pratiques, donc, EDF est quand même punie, pour ne pas avoir respecté le cahier des charges. Et l'ASN réponds, en plus, à EDF que ce qu'il y a dans les Rapports de Sûreté, c'est EDF et Areva qui l'ont écrit ... Et ils n'ont pas tort

Est-ce dangereux ? Les expertises semblent montrer que les aciers forgés pour les cuves sont nettement plus solides que prévus. C'est ce qui justifie qu'aux USA des réacteurs sont proposés pour pouvoir être exploités jusqu'à 80 ans. Au vu du vieillissement constatés par les essais non-destructifs (END) et sur les éprouvettes, ces réacteurs ont moins vieillis qu'attendu

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Mar 25 Sep 2018 21:04 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 368
Ces inspecteurs qui fourrent leur nez partout avec des instruments qui mesurent trop bien, ah là là !

A première vue, l'histoire du taux de carbone me semblait sensée : comme me l'avait appris mon prof de physique-chimie au lycée, pas assez de carbone, l'acier est trop mou, trop de carbone, il devient cassant. Mais ça, c'est la théorie et rien ne vaut la pratique. La pratique, c'est le test comme on fait chez Ikea. On fait assoir un éléphant sur le fauteuil, si le fauteuil résiste, c'est bon. Ensuite on éprouve le fauteuil sur la durée en le martyrisant pendant trois jours. S'il n'en ressort pas trop défoncé, c'est qu'il résistera au moins dix ans chez le client et on peut le mettre en vente. Je ne sais pas comment on teste le travail en fatigue des enveloppes de réacteurs nucléaires, mais chez Seb où l'on fabrique des cocottes-minutes depuis un siècle, on doit bien avoir des idées. Enfin, il faut se souvenir des vieux trucs de mécano. Une culasse qui devient un peu poreuse, cela peut s'arranger simplement avec du silicate de soude dans le circuit de refroidissement. Finalement on se fait beaucoup de mouron pour pas grand-chose à l'ASN.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: écologie
MessagePosté: Mer 26 Sep 2018 10:55 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
Ben justement, les experts qui ont l'habitude d'intervenir sur des questions de métallurgie et de Résistance des Matériaux ont trouvé que la "faute" d'EDF était une peccadille. En fait, dans des pièces forgées de cette dimension, la qualité de l'acier n'est jamais homogène. Et, pour ces experts, on est dans des tolérances qu'ils ont estimées normales. De plus, EDF a réalisé des pièces sacrificelles dans certains cas. Pour démontrer que les pièces en questions résistaient bien aux contraintes auxquelles elles devaient résister.

Pour les inspecteurs de l'ASN, ils ont accès à tout. Il y a une centrale (Paluel de mémoire) qui les a vu débarquer un 31 décembre vers minuit pour s'assurer que même à ce moment-là personne ne sortait une bouteille d'alcool pour fêter la nouvelle année. "Inspection surprise", on a aussi droit à des inspections réactives, suite à un incident. Ils peuvent aussi débarquer à une dizaine et mener une inspection d'une journée entière sur un thème particulier. Puis, il y a les inspections d'après arrêt de tranche. Là, on lur présente l'intégralité des dossiers d'interventions ou d'essais et l'intégralité des rapports de l'arrêt qui vient de se terminer. J'avoue que j'ignore comment elle se passe actuellement où tout cela migre sur informatique, mais je l'ai connue il y a 15 ans lorsque j'ai été détaché à la structure d'arrêt. Avec parfois des anecdotes amusantes avec le recul. Par exemple, pour les essais réalisés par mon service, il y avait un collègue qui faisait l'analyse "second niveau" de tous les essais. Donc, ils les relisaient tous. Quand il voyait des écarts ou des erreurs, ils instruisait l'écart. Tous les spécialistes du comportement disent que c’est normal que les gens qui ont des procédures à cocher oublient de cocher certaines cases, ou qu'il est normal qu'il y ait des ratures. Ben lui, pendant 15 jours, il relisait tout, et chaque fois qu'une case était mal cochée, il allait voir la personne en question pour savoir ce qu'i s'était passé, et il faisait un rapport pour chacun des écarts (puisqu'on ne modifie pas un document après qu'il a été soldé. Un travail de titan, et réalisé par un gars hyper consciencieux... Malgré cela, les 2 nuits avant l'inspection, il ne dormait pas, tellement il stressait. Une année, on le voit revenir de l'inspection le visage blanc. Il y a une expression qui dit "blanc comme un linge", et bien c'est la première fois, et la seule, de ma vie où j'ai vu que cette expression pouvait s'appliquer à quelqu'un. Il s'était présenté devant l'inspecteur chargé du contrôle des essais. Bien entendu, lors d'une telle inspection, les instructeurs ne relisent pas tout, ils piochent au hasard et il contrôlent par sondage. Donc, notre inspecteur prend un essai au milieu de la pile au hasard. Il l'ouvre au milieu, et là il y a une case non cochée, et sans le rapport explicatif... Le reste de l'inspection s'est bien passée. Après l'inspection, mon collègue et un adjoint du chef de service ont revérifié l'ensemble des essais, c'était la seule case non cochée sur des dizaines de milliers de cases. Et cet inspecteurs ils tombe dessus tout de suite .... Je vous dit pas comment était mon collègue à la veille de l'inspection suivante ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 123 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 ... 13  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com