Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Sam 20 Juil 2019 10:28

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 45 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mer 15 Mai 2019 15:35 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 156
Localisation: Lyon
Ce qui se passe aussi c'est que avec les allègements de charge type CICE les syndicats sont allés voir les patrons en revendiquant un supplément de hausse des salaires qui .... a été accordé !
Ce qui fait que le coûdu travail n'a été que peu allégé....

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mer 15 Mai 2019 22:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 489
Pouzet a écrit:
Ce qui se passe aussi c'est que avec les allègements de charge type CICE les syndicats sont allés voir les patrons en revendiquant un supplément de hausse des salaires qui .... a été accordé !
Ce qui fait que le coût du travail n'a été que peu allégé....

Je n'en ferais pas un cas général. Le pouvoir de pression des syndicats dépend totalement du type d'entreprise, de son secteur, du niveau de compétence du personnel...
Il peut être pratiquement nul (par exemple, le personnel des entreprises de nettoyage est à la fois remplaçable, taillable et corvéable à merci : quand on n'a que ses bras à vendre...) ou dans certains cas (rares) constituer la loi. (C'est le cas des syndicats dans les situations de monopole : les dockers du port de Marseille, le syndicat du livre CGT... Mais c'est un cas de figure assez rare.)

Avec bien sûr toutes les situations intermédiaires possibles, mais enfin le chômage de masse ne fait pas pencher le rapport de force vers les salariés.

Le but du CICE était-il vraiment de baisser le coût du travail ? (je n'oublie pas qu'il a commencé par être une décote à l'impôt sur les bénéfices.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Sam 1 Juin 2019 08:29 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1269
Localisation: France
"Chômage structurel" reste l'expression tant pudique qu'hypocrite que les journalistes, et derrière eux les politiciens et les Français, pour expliquer ce taux de chômage.

Voici quelques causes directes de notre chômage élevé, presque toutes sises dans notre Code du travail :
- les soi-disant charges patronales qui constituent en fait un véritable prélèvement sur les salaires (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins que ce que l'employeur verse) ;
- tous les salaires minimum (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins) ;
- le CDI (dans les pays à faible chômage, tous les contrats sont identiques et révocables, ce qui permet d'embaucher en toute sécurité - le CDI est comme un mariage sans divorce possible) ;
- les rentes sociales qui rendent l'inactivité plus rentable que l'emploi.

Quand j'en parle, certains naïfs rétorquent que ça nous ferait revenir cinquante ans en arrière... Justement, lors des Trente Glorieuses, plein emploi, salarié roi toujours certain de retrouver un contrat, inflation sur les salaires pour trouver des salariés, fort accroissement des conditions de vie générales et personnelles...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mar 4 Juin 2019 13:21 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 381
Je fais partie de ces naïfs qui pensent qu'en supprimant le salaire minimum, en permettant les licenciements à la discrétion de l'employeur sans indemnité et en supprimant les aides sociales on ne reviendrait pas cinquante ans mais cent ans en arrière ou, plus exactement, on aboutirait à une société très inégalitaire où la moitié de la population aurait un niveau de vie de pays sous-développé.

Citation:
les soi-disant charges patronales qui constituent en fait un véritable prélèvement sur les salaires (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins que ce que l'employeur verse)
Si l'on supprime les charges sociales, donc les aides sociales, il faudra augmenter les salaires. Il faut bien comprendre que les charges sociales sont une composante de la rémunération. Ces emplois qui ne rapportent rien resteront non rentables. Les maintenir est économiquement aberrant. La solution n'est pas la baisse de la rémunération des salariés les plus modestes qui leur permet tout juste de satisfaire à leurs besoins, mais la création d'emplois économiquement rentables.

Charges patronales ou patronales, peu importe. Ce qu'il faut considérer est le coût global du travail incluant salaire, charges sociales, congés payés et autres coûts tels mutuelles, participation aux frais de transport et autres. Le coût horaire d'un ouvrier qualifié en France est de l'ordre de 30 €. Aux Etats-Unis, un ouvrier dans l'industrie automobile est payé plus de 60 $ de l'heure. Leurs niveaux de vie sont comparables. Car si le salaire de l'ouvrier américain est beaucoup plus élevé, il doit permettre de payer une assurance maladie très coûteuse, de cotiser à un fonds de pension en vue de sa retraite, de payer fort cher les études des enfants. Le coût du travail dans l'industrie américaine est-il vraiment moins cher qu'en France ?

Citation:
tous les salaires minimum (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins) ;
Ces emplois qui rapportent moins que le SMIC ne permettent tout simplement pas de vivre décemment. En poursuivant le raisonnement, on milite pour le rétablissement de l'esclavage.

Citation:
le CDI (dans les pays à faible chômage, tous les contrats sont identiques et révocables, ce qui permet d'embaucher en toute sécurité
Complètement faux. Dans ces pays, comme l'Allemagne, les pays scandinaves, la Suisse, la réglementation du travail est peut-être plus souple qu'en France, mais on embauche tout de même en CDI, l'employeur verse des indemnités en cas de licenciement et les conventions collectives sont tout aussi contraignantes qu'en France.

Citation:
- le CDI est comme un mariage sans divorce possible) ;
Même en France, le CDI n'est pas un mariage sans divorce possible. Il y a de multiples motifs de rupture de la relation de travail à commencer par le motif économique, qui est loin d'être le seul. Le mécanisme de la rupture conventionnelle a considérablement facilité les possibilités de résiliation de contrat. En fait, ce que voudraient de nombreux employeurs est un droit de modifier unilatéralement le contrat de travail et de licencier ad nutum sans indemnité, ce qui est contraire aux conventions internationales qui sont respectées dans ces fameux pays à faible chômage. On en reviendrait aux rapports entre employeurs et salariés du dix-neuvième siècle.

Citation:
les rentes sociales qui rendent l'inactivité plus rentable que l'emploi
C'est complètement faux. Une pure légende. Les dites rentes sociales ne permettent pas à une personne capable de travailler de vivre correctement et durablement sans travailler.

Il y a d'autres causes directes au chômage qui ne viennent pas du tout du code du travail.

La principale est la désindustrialisation. Les emplois industriels n'ont qu'en partie été remplacés par des emplois de service, ces derniers souvent à temps partiel et très mal payés. L'Allemagne et la Suisse sont restées plus industrialisés que la France.

Il y a aussi la démographie. La France connaît la plus forte fécondité des pays d'Europe. Sa population vieillit moins vite.

Il y a encore d'autres causes comme l'inadaptation de la formation professionnelle.

Le problème est complexe et ne se résoudra pas en appliquant des solutions qui ne reposent que sur l'idéologie dans l'ignorance totale des réalités aussi bien économiques que sociales.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mar 4 Juin 2019 20:23 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 489
Merci Barbetorte d'avoir pris le temps de mettre un peu de bon sens face à ce qui n'est QUE de l'idéologie.

La libération de ces "entraves", pour augmenter les profits (parce que c'est de cela qu'on parle, bien davantage que du chômage) est maintenant la règle sur la planète, et pour demeurer compétitifs, on peut peut-être chercher d'autres solutions que l'alignement sur les salaires polonais. :roll:

Les fameuses charges (d'ailleurs couvertes, désormais, pour 20 milliards €, par le CICE) s'appellent en réalité le salaire différé. C'est évident pour la retraite, mais ça vaut aussi pour l'assurance santé, l'invalidité, les accidents du travail, la formation professionnelle, etc...)

Tout ça il faudra de toutes façons le financer.

Peut-on suggérer que les entreprises françaises pourraient commencer par investir (c'est un point noir) au lieu de distribuer toujours le maximum de dividendes ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mar 4 Juin 2019 20:51 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 156
Localisation: Lyon
Citation:
des solutions qui ne reposent que sur l'idéologie dans l'ignorance totale des réalités


Il ne faut quand même pas exagérer, ces allègements de charges et autre simplification du code du travail sont réclamés par les employeurs qui savent à quel point il est difficile de créer des emplois.

Enfin c'est un fait que beaucoup de gens profitent de notre système de protection sociale, en se mettant en invalidité alors qu'ils pourraient malgré tout travailler, en restant le plus longtemps possible au chômage ou en abusant des arrêts maladies..
Vous ne connaissez vraiment aucun exemple de ces cas ?

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mar 4 Juin 2019 22:11 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 29 Nov 2006 19:35
Messages: 431
@Pouzet

C’est justement à ce titre que le poste de Barbetorte est pertinent alors que celui de Geopolis n’est que propagande.

Bien évidemment qu’il y a des profiteurs à l’aide sociale.. Pourquoi alors faire croire que les élites et plus généralement les entrepreneurs ne sont pas concernés ? Ils ne relèvent pas de l’espèce humaine ? Pour eux la transparence n’a aucun intérêt, l’auto-contrôle fonctionne etc. Restons sérieux…

D’autant que le pouvoir de nuisance est sans commune mesure. Pour continuer dans la lancée de Geopolis, on va estimer que les 3.3 millions d’allocataires du RSA sont à 100% des grosses feignasses qui ne pensent qu’à cuver des bières au PMU du coin. Ils arrivent à peine à frauder 10 milliards par an.
La clique (quelques dizaines ?) qui a truqué les marchés publics d’Ile de France a fait perdre plus de 3 milliards à la collectivité…

D’autant qu’encore une fois il faut arrêter la schizophrénie. A la limite le poste de Geopolis se tient si l’on a que le fric en ligne de mire. Il ne faut juste pas parler de valeurs, républicaines ou autres… Un peu à l’image du Medef qui explique que « la vie et la santé sont précaires pourquoi pas le travail » (de mémoire) et après mettre sur pieds des comités éthiques et autres chartes bidons.

_________________
Dix pourcent de chômage en France, c'est encore 90 % d'actifs qui s'enrichissent en travaillant
Geopolis


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Mer 5 Juin 2019 05:12 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1168
Geopolis a écrit:
"Chômage structurel" reste l'expression tant pudique qu'hypocrite que les journalistes, et derrière eux les politiciens et les Français, pour expliquer ce taux de chômage.

Voici quelques causes directes de notre chômage élevé, presque toutes sises dans notre Code du travail :
- les soi-disant charges patronales qui constituent en fait un véritable prélèvement sur les salaires (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins que ce que l'employeur verse) ;
- tous les salaires minimum (qui rendent perdant tous les emplois qui rapportent moins) ;
- le CDI (dans les pays à faible chômage, tous les contrats sont identiques et révocables, ce qui permet d'embaucher en toute sécurité - le CDI est comme un mariage sans divorce possible) ;
- les rentes sociales qui rendent l'inactivité plus rentable que l'emploi.

Quand j'en parle, certains naïfs rétorquent que ça nous ferait revenir cinquante ans en arrière... Justement, lors des Trente Glorieuses, plein emploi, salarié roi toujours certain de retrouver un contrat, inflation sur les salaires pour trouver des salariés, fort accroissement des conditions de vie générales et personnelles...


C est en tout cas ce que l'expérience prouve abondamment.

Avec le SMIC horaire le plus élevé de l UE et la durée du travail la plus basse, l'économie française ne brille pas par sa capacité à créer des emplois. Ni les chômeurs par leur capacité d adaptation.

Une anecdote : Je devais recruter une collaboratrice hier. Elle n est pas venue prendre son poste ayant trouvé mieux ailleurs .pourtant j offrais 1567 euros mensuels pour une débutante sans aucune expérience ni même formation ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Jeu 6 Juin 2019 09:34 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 381
Ce que l'expérience prouve abondamment est un profond mépris pour les travailleurs dont on supprime les emplois. On parle de destruction créatrice mais c'est un mensonge, on détruit beaucoup plus qu'on ne crée.

Le SMIC le plus élevé de l'UE ? Ci-dessous les SMIC mensuels les plus élevés :

Luxembourg : 2071
Pays-Bas : 1616
Irlande : 1656
Belgique : 1594
Allemagne : 1557
France : 1521
Royaume-Uni : 1453

Le doute est donc permis sur ce que vous assénez comme un fait indéniable.

Mais surtout, si l'on veut discuter sérieusement, il faut produire des données significatives. Le SMIC n'en est pas une. Comme je le disais précédemment, ce qui est significatif est le coût effectif du travail. Le coût horaire d'un travailleur sans qualification est-il plus élevé en France que dans les pays comparables ? Ce serait intéressant à savoir. Vous n'en dites rien. Je n'exclus pas une certaine cherté du travail en France. Admettons que ce soit un problème. Alors étudions-le. Je propose une expérience tout à fait réaliste : donnons 2 000 € d'avance et la valeur du SMIC remise chaque mois à quelques dirigeants du MEDEF et lançons-les sans rien d'autre dans la nature pour six mois. A la fin de cette période, ils remettrons un rapport dans lequel ils raconteront comment ils se sont débrouillés et ils concluront en indiquant le revenu minimal qui permet de vivre décemment.

Une expérience similaire, une journaliste, Florence Aubenas, l'a menée en 2007 et la raconte dans Le quai de Ouistreham paru en 2008. C'est à lire.

Vit-on bien avec un SMIC ? Ce n'est pas facile. Un jour alors que je me trouvais dans une agence immobilière à Compiègne, entra une jeune fille qui cherchait un logement. Elle avait un emploi et gagnait le SMIC. On lui répondit qu'elle ne trouverait pas. Car le loyer ne devait pas excéder 30% du salaire et qu'on ne pouvait trouver un studio à Compiègne dont le loyer ne dépassait pas 30% du SMIC. Peut-être faudrait-il augmenter le SMIC. Mais il y a peut-être une autre solution, celle de Fernand Raynaud : « Je vous trouverai un hôtel moins cher ». En effet, avec un logement moins cher, les salariés seraient certainement moins exigeants sur le salaire. En Allemagne, le logement est est 30% moins cher qu'en France, à l'achat comme à la location. On pourrait peut-être penser à une politique du logement visant à en faire baisser le prix.

La durée du travail la plus basse ?

Encore une légende. Les études montrent qu'en ce qui concerne la durée du travail sur un an, la France est dans la moyenne, tout simplement parce que beaucoup de travailleurs font des heures supplémentaires.

L'incapacité des chômeurs à s'adapter ?

Des propos tout simplement insultants. C'est refuser d'admettre la réalité : l'adaptation qu'on demande de la part de milliers de chômeurs n'est en réalité que l'acceptation d'une régression, à savoir de passer d'un travail qualifié à un emploi très peu qualifié et, bien sûr, mal payé dans des secteurs comme les services à la personne ou la sécurité. Les emplois supprimés dans l'industrie le sont définitivement. La plupart des ouvriers licenciés doivent accepter un déclassement. Seule une petite minorité parvient à se reclasser après une formation qualifiante nécessairement longue d'au moins un an. Plus que les chômeurs eux-mêmes, c'est le système des formations qui est inadapté.

L'économie française ne brille pas par sa capacité à créer des emplois.

C'est vrai. La faute à qui ? Lorsque les ingénieurs qui sortent des grandes écoles préfèrent travailler dans la finance que dans l'industrie, c'est de la faute de ces cochons de travailleurs tous fainéants et inadaptés ?

Citation:
Une anecdote : Je devais recruter une collaboratrice hier. Elle n est pas venue prendre son poste ayant trouvé mieux ailleurs .pourtant j offrais 1567 euros mensuels pour une débutante sans aucune expérience ni même formation ...
Faut-il comprendre que ça vous défrise qu'un autre fasse des ponts d'or encore plus mirobolants que les vôtres à une personne qui ne sait rien faire ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Retour au plein emploi ?
MessagePosté: Jeu 6 Juin 2019 11:43 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 156
Localisation: Lyon
Citation:
La principale est la désindustrialisation. Les emplois industriels n'ont qu'en partie été remplacés par des emplois de service, ces derniers souvent à temps partiel et très mal payés. L'Allemagne et la Suisse sont restées plus industrialisés que la France.


Oui en effet la France a perdu 4 millions d'emplois industriels depuis 1975 pas seulement du fait des délocalisations d'ailleurs, et l'hémorragie se poursuit, l'industrie française perd 100 000 emplois par an !
Et pour 10 emplois industriels il y a plusieurs emplois de service
Les petites villes ont beaucoup souffert.

C'est aussi vrai qu'un pays comme la Suisse a moins souffert de désindustrialisation car l'industrie y est plus positionnée sur le haut de gamme, très innovante et que les travailleurs suisses sont très sérieux et performants.

Concernant les travailleurs payés au SMIC, n'ont-ils pas droit aux aides au logement (APL) ?

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 45 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com