Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Lun 28 Nov 2022 07:02

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 390 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 39  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Ven 11 Sep 2009 21:25 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3284
Localisation: Alsace, Colmar
Oui, c'est bien 78% pour la France et 136% pour les USA. Je suis désolé, j'ai mal interprété un document. :oops:
J'ai confondu la dette qui est de l'ordre de 70-80% et le déficit public qui va tourner aux alentours de 7-8% pour cette année.

Mais, en pourcentage du PIB, l'endettement des USA est bien le double de celui de la France qui reste l'un des plus vertueux des grands pays industriels occidentaux. Quand à l'endettement en valeur absolue, le notre est vraiment minime par rapport à celui des USA, mais ils s'appuient sur le fait que personne n'a intérêt à ce que le dollar perde toute valeur.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Ven 11 Sep 2009 22:14 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 891
Jean-Marc Labat a écrit:
Je serais curieux de savoir si notre 7,8% contient les dettes de la Sécu, les dettes de l'assurance chômage, et les provisions de retraite des fonctionnaires. Celle des fonctionnaires n'est pas provisionnée, mais la dette est certaine.

Vous oubliez les collectivités locales... :mrgreen:

J'ai une indication là-dessus : les dettes de l'Etat représentent 80% de la dette totale, qui inclut donc la "dette sociale" et celles des collectivités locales.

Les collectivités locales sont en apparence plus vertueuses. C'est vrai pour une part... mais c'est lié aussi à l'alourdissement de la fiscalité locale.

Par contre je ne sais pas dire si ces 78% du PIB concernent uniquement la dette de l'Etat ou la totalité. (Si je tombe sur le montant du PIB français je ne manquerai pas de faire le calcul :-)

Pour les retraites, il n'y a aucune provision à l'avance, et bien entendu l'alourdissement prévisible ne figure pas dans la dette actuelle. On ne parle ici que des "dettes constatées."

C'est logique, d'ailleurs : en théorie, rien ne prouve que ces retraites plus élevées ne seront pas compensées par une augmentation du PIB et/ou par une augmentation du nombre des actifs. (la France est un des pays européens qui a le taux d'emploi le plus faible. - Taux d'emploi = population active / population en âge de travailler.) Bref, on n'intègre pas les "dettes prévisibles" dans la dette actuelle... mais il n'est pas interdit de s'en préoccuper. :P


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Sam 12 Sep 2009 05:33 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 1 Nov 2006 17:49
Messages: 121
Localisation: Triangle des bermudes
Pierma ;
Citation:
C'est logique, d'ailleurs : en théorie, rien ne prouve que ces retraites plus élevées ne seront pas compensées par une augmentation du PIB et/ou par une augmentation du nombre des actifs. (la France est un des pays européens qui a le taux d'emploi le plus faible. - Taux d'emploi = population active / population en âge de travailler.) Bref, on n'intègre pas les "dettes prévisibles" dans la dette actuelle... mais il n'est pas interdit de s'en préoccuper.


Ou, comment réussir à motiver de potentiels actifs dans l'augmentation du PIB national :lol:
Dans la versions pessimiste, je mets en avant la productivité du travail en France, l'écart entre les bas, moyens et très bons salaires, la recherche d'emploi dans un tissu social fermé. Pour les besoins d'une version optimiste, mes arguments sont les dispositifs de formations pour un retour à l'emploi, le travail formidable des acteurs sociaux, et de probables créations d'emplois dans les années à venir.

Loin de contredire l'argument de Mr Narduccio sur l'amélioration de notre productivité au cours de ses dernières années, il faut aussi prendre en compte l'impact des cadences de travail sur "les mentalités" dans les entreprises. Il y a une prolifération de pratiques du management que l'on peut qualifier de "fasciste", la France et avec le Japon l'un des pays où le suicide au travail est le plus élevé. Les outils de contrôle, d'identification et de mise sous pression du salarié n'ont de limites que celles de notre capacité psychologique à tenir le coup. Combien d'entreprises licencient par une augmentation abusive des cadences ou rythmes de travail ? Ce ne sont pas les règles de licenciement qui sont à revoir mais l’utilisation du pouvoir dans un cadre hiérarchique. Dans les entreprises où sévissent ces pratiques, les seuls salariés à ne pas tourner (turn-over) sont les cadres et les syndicalistes… Situation qui vous écoeure de la vie active. Le salarié est de plus en plus souvent confronté à des jugements subjectifs de part sa hiérarchie qui se complaît dans un sordide sadisme pour asseoir son autorité à travers l’écoeurement collectif. Ce sont des pratiques qui poussent ses collègues au mutisme. Avec le temps, les entreprises ont développé un véritable arsenal pour la gouvernance. Les RH ne font plus psychologie ou sociologie mais sciences politiques, on leur apprend comment écraser les socialismes qui pourraient se former içi ou là. Et dans ce monde de jouissance hiérarchique, le pauvre salarié a 6€80 centime de l’heure qui commence un jour à 7 heure et le lendemain à 13h pour accomplir sa journée de 7 heures, il en pense quoi de la productivité, lui qui est obligé de remplir un dossier de RSA pour boucler ses fins de mois et attendre la prime pour l’emploi afin de renflouer son compte ? Car en effet, il y a différents traitements, un salarié à 6€80 travaille 5 jours sur sept mais il veut gagner plus donc il vient un sixième jour pour travailler 6 ou 7 heurs à environ 8€ net, il ne sait pas vraiment car avec les grèves de train, il est arrivé plusieurs jours en retard, elles seront payées en complémentaire à 6€80. Bien sûr, notre salarié du lundi au samedi dispose de cinq semaines de congés payés, heureusement. Et pourtant, il y a bien des emplois où les salariés travaillent 6 semaines, touchent au minimum un 13ième mois et se permettent de réclamer une augmentation de salaire. Mon salarié à 6€80, il est bien fatigué lorqu’il rentre chez lui avec ses insomnies ou pour d’autres ses problèmes de santé. Et pourtant, il existe encore des gens nombreux à vouloir lui retirer le peu qu’il a en arguant que c’est mieux ailleurs. Et puis, notre salarié a 6€80 se fait licencier après une longue lutte d’épuisement. Dehors, il aimerait trouvé un meilleur emploi mais le tissu social constitué d’innombrables réseaux lui est étranger. D’ailleurs à ce sujet, le site européen pour l’emploi confirme l’impression de ce pauvre salarié.

Cette mise en scène, d’actualité, a pour objectif de vous permettre d’identifier le décalage entre les bas salaires et le reste. Plus bas, il y a les démotivés ou démoralisés, celles et ceux qui refusent d’être ce salarié à 6€80 mais qui restent sans emploi, et d’autres moins identifiables. C’est utile de s’en préoccuper, il y a une panoplie de contrat pour le retour à l’emploi avec des formations qualifiantes qui leurs sont proposées. En amont, des acteurs sociaux tentent de les associer à ces dispositifs d’entrée ou de retour dans la vie active. Enfin, il faut espérer que la hausse de l’activité entraîne une meilleure image du travail pour un retour massif de gens qui ne supportent pas les conditions actuelles de travail.

_________________
Le Méandriste
(11.2006)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Sam 12 Sep 2009 13:28 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3284
Localisation: Alsace, Colmar
Il faut aussi voir que la productivité ne tient pas compte des heures effectivement réalisés par de nombreux cadres. Dans de nombreuses entreprises, les cadres ne pointent pas et réalisent souvent de 9 à 11h par jours, 5 à 6 jours par semaines. On est très loin des 35 heures. Ce n'est peut-être pas pour rien que c'est dans cette catégorie qu'il y a le plus de problèmes de maladies socioprofessionnelles, certaines à pathologies très lourdes : dépressions, tentatives de suicides, ....
De plus, dans certains secteurs, il y a des cadres qui ont un taux horaire inférieur au SMIC ... Ben oui, quand vous êtes payé 1700€ par mois (pour un cadre débutant) et que vous faites 50 à 55 heures par semaines, vous n'êtes même pas payé au SMIC. De plus, les droits des travailleurs sont garantis, ceux d'un cadre qui désire faire carrière sont très loin de l'être et en plus, un certain nombre finissent par découvrir la réalité qui se cache derrière les promesses : elles n'engagent que ceux auxquels on les fait.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Dim 13 Sep 2009 22:17 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 891
Méandre a écrit:
Il y a une prolifération de pratiques du management que l'on peut qualifier de "fasciste"

Elles ne sont pas fascistes, mais staliniennes. :mrgreen: (les châtiments corporels au travail n'ont pas été rétablis)

Comme dans un régime communiste, le problème vient de l'écart entre le discours officiel (positif) et les pratiques réelles. (nulles, au mieux, détestables, au pire)

En clair, on met en avant un discours langue de bois : "responsabilisez-vous, soyez pro-actifs, partagez les valeurs de l'entreprise, etc... " culpabilisant pour ceux qui n'atteignent pas... des objectifs inaccessibles. La traduction en français :"Démm... -vous, et si ça ne marche pas on vous collera tout sur le dos."

Comme ce genre de discours remplace souvent une stratégie et des consignes explicites, l'effet auprès des cadres et A.M. est très souvent inverse : démobilisation de cadres stressés et saturation des troupes surchargées. "Moi, maintenant, je fais ce qu'on me dit, rien de plus, je cherche plus à comprendre..."

Je connais quelques consultants RH qui prétendent faire de l'organisation en usine en appliquant ce genre de méthodes avec un enthousiasme qui fait peine à voir. :roll:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Mer 16 Sep 2009 21:11 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 1 Nov 2006 17:49
Messages: 121
Localisation: Triangle des bermudes
Citation:
Elles ne sont pas fascistes, mais staliniennes. (les châtiments corporels au travail n'ont pas été rétablis)


Oui, les châtiments psychologiques sont peu visibles, et, assurez sa défense contre des géants avec des mots quand en bas de l'échelle les maux ne sont pas verbalisables comme le détail d'une entaille réalisée avec un scalpel, la partie a de forte chance de tourner au désavantage de l'intéressé.

La guerre froide est terminée, j'ai travaillé un temps durant mes études sur quelques unes de ces pratiques pour des causes qui nous semblent aujourd'hui totalement dépassées. A mon avis, comme dans de nombreux cycles d'idées, des gens ont récupéré içi et là les travaux et les pratiques de ses temps de guerre froide, ils en ont compilé un tas de méthodes nommées "management" et ils l'ont vendu comme... la recette miracle. Bien sûr, dans les 10 années qui suivent les 10 années de détente, ces mauvaises pratiques se répandent dans l'économie jusqu'à l'écoeurement et le cruel constat qu'elles ne sont pas efficaces sur du moyen à long terme. A mon avis, encore, ce seuil est en passe d'être atteint et le fichage de cette délinquance devrait remédier rapidement à ce phénomène de " résurgence fasciste ou stalinien ".

_________________
Le Méandriste
(11.2006)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Mer 16 Sep 2009 22:12 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Dim 4 Juin 2006 13:47
Messages: 1758
Localisation: RP
Citation:
l'écoeurement et le cruel constat qu'elles ne sont pas efficaces sur du moyen à long terme. A mon avis, encore, ce seuil est en passe d'être atteint et le fichage de cette délinquance devrait remédier rapidement à ce phénomène de " résurgence fasciste ou stalinien ".

Je ne crois pas que l'on puisse vraiment remédier à ces pratiques (tout au plus aux excès les plus criants) car elles sont la conséquence directe du néo-libéralisme dont l'approche manageuriale typique est de tirer profit du sadisme latent chez pas mal de gens (et de leur peur du chômage) pour améliorer la productivité, réduire les coûts, se débarrasser des éléments insufisamment productifs etc.
Quant à dire qu'elles ne sont pas efficaces à long terme, ce n'st pas sûr: elles ne sont pas efficaces au niveau du coût social général, dont une partie est absorbée par les dépenses sociales de toute façon mais elles sont efficaces à long terme pour beaucoup d'entreprises qui trouvent facilement à remplacer des employés qu'elles poussent aux extrêmes du surmenage.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Mer 16 Sep 2009 22:41 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 891
Méandre a écrit:
A mon avis, comme dans de nombreux cycles d'idées, des gens ont récupéré içi et là les travaux et les pratiques de ses temps de guerre froide, ils en ont compilé un tas de méthodes nommées "management" et ils l'ont vendu comme... la recette miracle.

Douuuuuuucement ! Vous êtes en train de fabriquer une théorie du complot. :mrgreen:

J'ai fait la comparaison avec les pratiques staliniennes... parce qu'elle s'impose, et en pensant à ce consultant (J-P Carillon, auteur de "le Juste-à-Temps pour l'Europe") qui racontait sa confrontation avec la DG d'un grand groupe du CAC40, lesquels lui demandaient comment s'y prendre pour "changer les mentalités" dans l'entreprise. Il dit avec humour qu'il s'est retenu de leur répondre que leur demande était celle de dangereux maoïstes : "changer l'homme" était l'objectif explicite du Grand Timonier.

La réponse d'un consultant industriel sensé, en pareil cas, est d'expliquer que c'est en changeant les ateliers (implantation par unités, organisation des postes, changement de la répartition des tâches,etc...) que les habitudes et les mentalités changent. Ce ne n'est donc pas un but en soi.

Par contre je n'ai pas dit que le KGB avait inspiré des ouvrages de management. :mrgreen: Lesquels ne contiennent d'ailleurs pas que des insanités. (pas tous, en tous cas !)

Vous avez raison de souligner que ces méthodes ne sont pas viables à long terme. Tout comme le travail à la chaîne dans les années 60, il y a des limites humaines qui plafonnent les performances du système. Et c'est heureux.

Pour revenir au sujet, il faut noter que la forte productivité horaire française - combinée avec le plus faible taux d'emploi d'Europe occidentale - fait peser de lourdes contraintes sur ceux qui travaillent, et qu'on atteint sans doute une limite.

EDIT - en réponse à Tonnerre. Je ne suis pas certain qu'on trouve toujours à remplacer les hommes qu'on a cassés. Il y a un problème de gestion des compétences : toutes ne sont pas disponibles à tout moment parmi les chômeurs. De plus on voit se dessiner en ce moment une sorte de consensus social pour s'opposer à ces méthodes. Et puis, fondamentalement, des gens motivés travaillent mieux que des gens harcelés.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Jeu 17 Sep 2009 00:14 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juil 2007 16:02
Messages: 1238
Localisation: Montrouge
Ce qui est étrange, c'est de constater que les syndicats entre autres citent sans cesse la productivité horaire comme réponse à la critique des 35 heures et de leur effet sur les couts et donc l'endettement, sans voir que cette mesure des 35 heurs a ainsi contribué à stresser les employés. Cette conséquence est de plus en plus confirmée: il faut faire en 35, le travail de 39 heures disent les intéressés. Comme quoi, l'enfer est bien pavé de bonnes intentions!

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Jeu 17 Sep 2009 00:33 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 1 Nov 2006 17:49
Messages: 121
Localisation: Triangle des bermudes
Citation:
Je ne crois pas que l'on puisse vraiment remédier à ces pratiques (tout au plus aux excès les plus criants)


Ce serait déjà une première avancée. Le sujet est l'endettement de la France, vers la faillite, n'oublions pas que la fonction RH et les pratiques du management ne sont pas négligeable pour la mobilisation et la motivation des actifs.

Citation:
Une théorie du complot


A mon sens, il s'agit uniquement d'une évolution des comportements avec les répercussions qu'elle occasionne.
D'ailleurs, le coût de tels pratiques pour la société est sous-évalué. A mon avis, il ne faudrait pas négliger l'impact de tels pratiques dans la sphère privé. Comment les salariés peuvent-ils "digérer" les injustices vécues ? On peut supposer qu'il y a un manque d'extériorisation des malaises produits ou à l'inverse une extériorisation parfois violente à l'égard de son entourage. Bref, ma conclusion qui n'est pas complice d'un complot mais de supposition comportementale consiste à poser l'idée suivante ;
La pratique d'un management agressif, incompris et sans logique de production, est néfaste à l'image de l'entreprise. A moyen et long terme, elle prend le risque de perdre de nombreux marchés. Ce n'est pas dans l'intérêt économique général. Pour les salariés, cette pratique est dangereuse. Elle peut provoquer des séquelles à moyen et long terme. La violence de ces pratiques peut engendrer en dehors de l'entreprise des violences préjudiciables dans la sphère privé des salariés avec toutes les répercussions que l'on peut imaginer sur l'éducation de jeunes enfants. C'est à la fois un coût social important et une influence néfaste pour la sécurité de nos concitoyens. (J'adore ce finish, on dirait un document d'Arte)C'est une théorie comportementale vous dis-je :mrgreen:

_________________
Le Méandriste
(11.2006)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 390 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 ... 39  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com