Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Jeu 24 Sep 2020 13:13

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 39 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Mer 30 Oct 2019 02:24 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 532
Selon le journal Les Echos (jeudi 24 octobre 2019) Mario Draghi a obtenu des résultats qui sont probants mais qui atteignent leurs limites.
https://www.lesechos.fr/monde/europe/bi ... te-1142381
« Il a réussi à imposer des politiques monétaires non conventionnelles à une zone euro dont une partie ne voulait pas. Grâce à ces mesures, l'économie est repartie et n'est pas tombée en déflation. Mais le retard pris pendant la crise n'a pas été rattrapé, l'inflation déçoit et les dernières décisions sont vivement critiquées. »

Il est vrai que l'inflation reste inférieure à l'objectif officiel de la BCE. Mais Draghi restera dans les mémoires celui qui a prononcé cette phrase le 26 juillet 2012 : « La BCE est prête à faire tout ce qu'il faudra pour préserver l'euro. »

Le moment est venu de faire un bilan sur le salon géopolitique de Passion-Histoire.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Mer 30 Oct 2019 16:54 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 728
Arkoline a écrit:
Le moment est venu de faire un bilan sur le salon géopolitique de Passion-Histoire.

Vous êtes gentil (gentille ?) de nous indiquer le programme. :lol:

Pour moi, je ne sais rien de l'action de Mario Draghi.

En revanche, une question : pour quelle(s) raison(s), si vous avez un avis, ne réussit-on pas à atteindre 2% d'inflation ?

(Toute ma vie j'ai vu des gouvernements lutter CONTRE l'inflation, le phénomène inverse est totalement nouveau pour moi. En principe, le risque de déflation est dû à une réduction du pouvoir d'achat, ou en tout cas de la consommation - consommation intérieure et exportation - qui poussent les producteurs de biens et de services à baisser leurs prix. Mais je ne vois pas vraiment qu'on soit au bord de cette situation, ou alors les indices m'échappent.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Jeu 31 Oct 2019 18:33 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1294
Je vous suggère quelques pistes d'analyse.

On peut admettre sur le plan tristement géopolitique qu'il a préservé l'euro (qui aurait pu disparaître) et qu'il est parvenu à préserver la zone euro intacte (sans aucun retrait). Ce n'était pas gagné d'avance ...

On peut aussi sur un plan plus économique reconnaître que l'inflation a quasiment disparu de la zone euro, que les taux d'intérêt nominaux y sont très bas (voire négatifs dans certains compartiments), que les taux réels sont nuls (voire négatifs) ... Rappelez vous (au hasard) la France de 1986:inflation à 2%, taux à court terme à 7 (soit taux réels à 5) et taux à long terme supérieurs à 10...
Le système bancaire et financier européen a aussi tenu le choc dans un contexte qui était loin d'être facile...

S'agissant de l'emploi (qui n'est pas sa responsabilité prioritaire), vous noterez que le chômage à quasiment disparu en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Scandinavie ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Ven 1 Nov 2019 14:35 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1294
pierma a écrit:
Arkoline a écrit:
Le moment est venu de faire un bilan sur le salon géopolitique de Passion-Histoire.

Vous êtes gentil (gentille ?) de nous indiquer le programme. :lol:

Pour moi, je ne sais rien de l'action de Mario Draghi.

En revanche, une question : pour quelle(s) raison(s), si vous avez un avis, ne réussit-on pas à atteindre 2% d'inflation ?

(Toute ma vie j'ai vu des gouvernements lutter CONTRE l'inflation, le phénomène inverse est totalement nouveau pour moi. En principe, le risque de déflation est dû à une réduction du pouvoir d'achat, ou en tout cas de la consommation - consommation intérieure et exportation - qui poussent les producteurs de biens et de services à baisser leurs prix. Mais je ne vois pas vraiment qu'on soit au bord de cette situation, ou alors les indices m'échappent.)


Cher Pierma, le but de la BCE n'est pas d'atteindre 2% d'inflation mais d'assurer la stabilité du pouvoir d'achat de l'€. Soit une inflation nulle. C'est par facilité qu'à certaines périodes on pense que 2=0...

"L’ensemble formé par la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales constitue l’Eurosystème, système d’activité de banque centrale de la zone euro. L’objectif principal de l’Eurosystème est de maintenir la stabilité des prix, en d’autres termes de sauvegarder la valeur de l’euro.
La Banque centrale européenne est chargée de la surveillance prudentielle des établissements de crédit établis dans la zone euro et les États membres participants n'appartenant pas à la zone euro, au sein du mécanisme de surveillance unique, qui comprend également les autorités compétentes nationales. Il contribue ainsi à la sauvegarde et à la solidité du système bancaire et à la stabilité du système financier, au sein de l’Union européenne et de chaque État membre participant.
Nous nous engageons, à la Banque centrale européenne, à accomplir efficacement toutes nos missions en nous efforçant d’atteindre le plus haut degré d’intégrité, de compétence, d’efficacité et de responsabilité. Nous respectons la séparation entre nos missions de politique monétaire et de surveillance prudentielle. Nous sommes transparents, tout en observant pleinement les exigences applicables en matière de confidentialité, dans l'accomplissement de nos missions."
source : https://www.ecb.europa.eu/ecb/orga/escb ... ex.fr.html

C'est au vu de la mission qui lui a été confiée qu'il faut évaluer Mario Draghi - avec deux réserves évidemment : nous ne savons pas aujourd'hui ce que sera l'€ dans les années à venir (si une bulle spéculative explosait demain, on pourrait en faire porter la responsabilité, au moins partielle, aux dirigeants précedents de la BCE) et Draghi, n'était pas seul aux commandes (la gouvernance de la BCE est fortement collégiale et le président ne pèse pas dans la nomination des autres dirigeants).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Mar 5 Nov 2019 01:48 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 532
Aigle a écrit:
Soit une inflation nulle.

C'est votre interprétation. Vous pensez que « stabilité des prix » est synonyme de « stagnation des prix ».
La BCE a répété inlassablement qu'elle voulait une inflation proche de 2%.
L'inflation dans la zone euro a souvent été très faible (2009 ; 2014-2015-2016), ce qui a suscité une grande inquiétude parmi les dirigeants de la BCE. Malgré une amélioration depuis 2017 le taux d'inflation est encore jugé trop faible.



Aigle a écrit:
Draghi, n'était pas seul aux commandes (la gouvernance de la BCE est fortement collégiale et le président ne pèse pas dans la nomination des autres dirigeants).

On peut élargir le débat : quel est le bilan de la BCE sous le mandat de Draghi ?



pierma a écrit:
En revanche, une question : pour quelle(s) raison(s), si vous avez un avis, ne réussit-on pas à atteindre 2% d'inflation ?

En Europe (BCE) et au Japon (BoJ) on n'a pas réussi à lutter contre la modération des prix. On a pourtant tout essayé ou presque. Aux Etats-Unis les forces déflationistes sont peut-être moins fortes, ce qui permet à la Fed d'atteindre plus facilement une inflation à un niveau raisonnable. On peut donc dire que la Fed est plus chanceuse.
La hausse des prix est freinée par la rigueure salariale qui rend impossible la spirale prix-salaire (quand la hausse des salaires provoque la hausse des prix, qui elle même va engendrer des revendiquations salariales).
L'affaiblissement des syndicats est probablement une des causes de la modération salariale. Les syndicats ne sont pas en position de force pour obtenir des hausses de salaire.
Les réformes du marché du travail ont également fragilisé les travailleurs.



pierma a écrit:
En principe, le risque de déflation est dû à une réduction du pouvoir d'achat, ou en tout cas de la consommation - consommation intérieure et exportation - qui poussent les producteurs de biens et de services à baisser leurs prix. Mais je ne vois pas vraiment qu'on soit au bord de cette situation, ou alors les indices m'échappent.)

Nous sommes "au bord de cette situation" dans la zone euro. Le risque de déflation était considérable en zone euro pendant les années 2014-2015-2016. Avec le "quantitative easing" on a sans doute évité une inflation inférieure à zéro. En 2019 l'inflation est plus proche de 1% que de 2%.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Sam 9 Nov 2019 22:14 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 532
une question : pour quelle(s) raison(s) ne réussit-on pas à atteindre 2% d'inflation ?

Lutter contre la modération des prix est sans doute la tâche la plus difficile de nos jours.
Dans les Echos Yann Rousseau a écrit ceci : « Le Japon a mis un pied hors de la déflation. Grâce aux dépenses délirantes de la banque centrale, qui détient désormais un volume d'actifs supérieurs au PIB total du pays, la hausse des prix évolue désormais entre 0,5 % et 1 %. C'est loin des 2 % promis mais beaucoup mieux que la stagflation passée. »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Dim 10 Nov 2019 10:13 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1294
La mondialisation contribue à la stabilité des prix car tout client peut refuser d acheter local si le prix demandé augmente et se tourner vers un fournisseur étranger.

L arrivee de travailleurs étrangers et (en France) le chômage de masse continuent aussi à la modération salariale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Lun 11 Nov 2019 02:14 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 208
Localisation: Lyon-Vénissieux
Citation:
La mondialisation contribue à la stabilité des prix car tout client peut refuser d acheter local si le prix demandé augmente et se tourner vers un fournisseur étranger.


Non pas forcément...
Au Vénézuela et en Argentine les prix s'envolent...
Pour se tourner avantageusement vers un producteur étranger encore faut-il que la monnaie du pays ne se dévalue pas trop fortement par rapport à ce pays étranger.
C'est le drame de l'Argentine.

Beaucoup de biens et de services ne sont pas ou peu exposés à la concurrence internationale...
C'est le cas des loyers des appartements, des hôtels, restaurants, des services de santé (en général), des services de télécommunications, de réparation, etc..
Je dirais que la faiblesse de l'inflation est due d'abord, malgré les politiques d'assouplissement quantitatif des banques centrales, au fait que la masse monétaire dans la plupart des pays augmente raisonnablement lentement (en particulier par rapport aux années 1970).
Si la création monétaire se déchaine dans l'avenir, l'inflation s'envolera même si on bloque les salaires...
La hausse des prix se portera alors par exemple sur les loyers ou le prix des appartements...

Les salariés, les syndicalistes qui peuvent ou ne peuvent arracher des hausses de salaires qui sont en général absorbées par des gains de productivité, ne sont pas responsables de l'inflation...
Au 16° siècle ou il y avait fort peu de salariés, de grèves, ou de syndicats les prix ont fortement augmenté à cause de l'afflux de métaux précieux d'Amérique.....

Non, les responsables de l'inflation sortent des meilleurs écoles ou universités, portent de beaux costumes et sont à la tête des banques centrales ou ils appliquent une politique monétaire qui détermine la croissance de la masse d'argent en circulation, c'est à dire la masse monétaire, et partant de là le niveau des prix, c'est à dire l'inflation....

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Mer 13 Nov 2019 23:37 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 532
Pouzet a écrit:
Je dirais que la faiblesse de l'inflation est due d'abord, malgré les politiques d'assouplissement quantitatif des banques centrales, au fait que la masse monétaire dans la plupart des pays augmente raisonnablement lentement (en particulier par rapport aux années 1970).

Quelles sont vos sources pour affirmer que la masse monétaire (money supply) augmente lentement ? Je n'ai jamais entendu ça sur BFM Business. Je n'ai jamais lu ça dans Les Echos et autres journeaux.
Sauf erreur de ma part la masse monétaire a augmenté fortement. Quand les banques centrales (BCE, Fed, BoE) ont comencé leur politique de "quantitative easing" la plupart des économistes avaient annoncé que cela pouvait entrainer une très forte inflation. Je constate que l'inflation est faible. J'en conclu que la corrélation entre "inflation" et masse monétaire n'est plus ce qu'elle était jadis. Nous sommes dans un monde nouveau.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bilan de Draghi à la BCE
MessagePosté: Jeu 14 Nov 2019 00:43 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 208
Localisation: Lyon-Vénissieux
Je m'exécute !
Voici ce que j'ai trouvé sur https://www.creationmonetaire.info/2018 ... fonce.html
Et ce graphique
Image

Il faut considérer la courbe verte qui mesure le % d'évolution de M3, l'indicateur principal de mesure de la masse monétaire, sur une échelle située à droite du graphique
On constate que jusqu'en 2008 on avait une croissance de la masse monétaire importante (parfois à + de 10%) d'ou l'accélération de l'inflation en 2008 par exemple.
En 2009 la courbe de l'évolution de M3 s'effondre, on a une récession et une très faible inflation
Si on regarde pour les périodes les + récentes (par ex FEV-2018) on constate un taux de croissance de M3 de l'ordre de 4% ce qui correspond à un taux de croissance "raisonnable" comme je l'avais précisé.

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 39 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com