Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Dim 20 Aoû 2017 04:14

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2
Auteur Message
 Sujet du message: Re: BLITZKRIEG au Mali ?
MessagePosté: Lun 18 Mar 2013 19:06 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1211
Localisation: France
Bob d artois a écrit:
Avec en sus une reprise de la bataille au canon que l'on croyait désormais réservée à la lutte antiaérienne

D'où un problème de portée de ces armes, en revanche coté dégâts, la précision et la cadence de tir de nos canons de 100 et 76mm équivaut à de nombreux gros calibres de la seconde guerre mondiale.

En fait, l'artillerie sert à saturer une zone et a pour avantage d'être prête à tirer en permanence.

Pour la portée, l'aviation est mieux placée, mais elle n'assure pas de permanence hors des rotations des appareils sur le champ bataille.

Toujours pour la portée, le seul intérêt d'avoir une artillerie à longue portée est de la laisser en batterie hors de portée des tirs adverses. Comme ici les djihadistes n'ont pas de puissance de feu propre à menacer notre artillerie, une longue portée n'est pas nécessaire. D'ailleurs, la proximité des pièces d'artillerie a tendance à accroître leur réactivité.

Dans les deux cas (artillerie ou avion), il faut localiser les cibles et transmettre leurs positions.

Merci en passant à Histoire & stratégie 8 (oct.-nov. 2011), "Histoire de l'artillerie des balistes aux missiles" et je ne saurais trop vous recommander de suivre sur les couvertures de ce bimestriel le thème de chaque numéro (dissuasion nucléaire ; systèmes d'armes européens, russes et autres ; puissance aérienne...), des fois que ça vous intéresse, sans aucune réclame (6 pages sur 100, couvertures comprises) autre que pour les parutions du groupe.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BLITZKRIEG au Mali ?
MessagePosté: Lun 18 Mar 2013 22:13 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2296
Localisation: Alsace, Colmar
Il y a un article d'Atlantico sur le sujet L'intervention au Mali révèle l'efficacité de l'école française de la guerre non-conventionnelle.

Citation:
L'intervention au Mali, saluée par plusieurs responsables occidentaux, a révélé la relative capacité de l'armée française à faire face à des adversaires très mobiles et dispersés. L'opération Serval pourrait ainsi devenir un cas d'école dans les stratégies de contre-guérilla...

Atlantico : La stratégie opérationnelle employée par Paris au Mali peut-elle faire école pour les autres armées occidentales ?
Jean-Bernard Pinatel : L’Armée française a en effet beaucoup amélioré sa stratégie opérationnelle dans la décennie 2000-2010 en réussissant l’amalgame de ses valeurs opérationnelles traditionnelles et des apports technologiques ainsi que des capacités d’intégration et de coordination opérationnelle de l’armée américaine.

Les parachutistes et les forces spéciales françaises ont su conserver intactes les valeurs qui ont fait la réputation mondiale des soldats de Bigeard en Algérie et qu’il définissait lui-même par : "soyez souples, félins et manœuvriers". Qualités auxquelles il faut ajouter la rusticité : c'est-à-dire la capacité de durer sur le terrain en utilisant les ressources locales et sans un appui logistique sophistiqué.

A Kolwezi, c’est la première vague française du 2ème régiment étranger de parachutistes[1], commandé par le Colonel Erulin, composée de 405 hommes qui libère les 2 800 ressortissants français et étrangers pris en otages. Les Américains nous avaient adressé leur évaluation des moyens nécessaires pour mener cette opération : c’était une brigade de 5000 hommes et dans ces 5000 hommes il y en aurait eu, comme toujours chez eux, 4500 hommes en soutien et en appui logistique pour seulement 500 combattants[2].

Le Général Beaufre, un des grands analystes stratégiques français, affirmait que ce qui nous différenciait des Américains c’est que chez nous "la tactique commande les opérations". La fameuse phrase lancée par le Général de Gaulle : "l’intendance suivra", l’illustre parfaitement. Dans la tradition américaine, c’est "la logistique qui commande les opérations". Ce que l’expérience d’Afghanistan a apporté aux forces françaises, c’est cette capacité d’intégration totale du renseignement et de la conduite des opérations de toutes les forces armées : avions, hélicoptères, forces spéciales, forces classiques et l’apport de technologies de rupture comme les drones. La grande réussite de la France au Mali ou en Libye provient du fait que nos officiers ont conservé cet esprit manœuvrier, de prise de risque qui est très étranger à la culture américaine même si les guerres asymétriques d’Irak et d’Afghanistan les ont amenés à oublier quelque peu leur ambition de mener la guerre "de loin et avec zéro mort" qu’illustre parfaitement la guerre des drones.

Les tactiques de contre-insurrection employées par la France durant la bataille d'Alger sont encore enseignées à West Point, prestigieuse école militaire américaine. Comment s'explique notre habilité à faire face à ce type de conflits ?
La France du fait de son empire colonial et des guerres de décolonisation qu’elle a conduites de 1945 à 1962 est la seule nation à avoir été confrontée à 17 ans de guerre asymétrique. Nos officiers ont ainsi accumulé une expérience inestimable qui a été théorisée au sein de nos écoles de guerre. Quand ils ont été confrontés après 1966 à la guerre du Vietnam, les Américains ont essayé de s’en inspirer sans réussir à l’intégrer réellement dans leur stratégie opérationnelle, tant leur culture militaire y est étrangère.


Par ailleurs, la coopération assez équilibrée avec les forces du Tchad et de la CEDEAO peut-elle devenir un modèle porteur pour ce genre de théâtres d'opérations ?
Attention de ne pas confondre l’image que nous voulons donner pour des raisons politiques et la réalité militaire sur le terrain. Car en dehors des forces tchadiennes (le Tchad n’appartenant pas à la CEDEAO), je doute de l’apport opérationnel des forces de la CEDEAO si elles ne sont pas appuyées au plus près, (j’ai presque envie d’écrire encadrées) par les forces françaises. La présence des forces du Nigéria entraînant en plus un risque d’exactions auprès des populations locales qu’il ne faut pas sous-estimer. Il est de toutes les façons trop tôt pour en faire un modèle.

Propos recueillis par Théophile Sourdille



--------------------------------------------------------------------------------

[1] En sautant à 250m d’altitude sur l’ancien hippodrome.

[2] Au Mali deux sauts opérationnels furent exécutés : le premier à Tombouctou par LA 2ème compagnie du 2ème REP. Le second à Tessalit par un détachement du 17ème RGP. Depuis 50 ans, seule la France a réalisé des sauts opérationnels. 2 autres sauts de dissuasion-diversion furent réalisés par les français en Bosnie et par les américains en Afghanistan.



Pour ce qui est de la composante africaine des forces d'interventions, il semble qu'il n'y a que le Tchad qui soit à la hauteur. Et quand on compare les français aux américains, il semble que pour l'instant nous n'ayons pas à rougir.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BLITZKRIEG au Mali ?
MessagePosté: Mar 19 Mar 2013 07:11 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1211
Localisation: France
Narduccio a écrit:
Pour ce qui est de la composante africaine des forces d'interventions, il semble qu'il n'y a que le Tchad qui soit à la hauteur.

Une chaîne de radio (RMC, Europe 1 ou France Info ?) disait que seuls trois pays avaient des troupes au front (France, Tchad, Niger), les autres contingents restant en arrière.
Narduccio a écrit:
Et quand on compare les français aux américains, il semble que pour l'instant nous n'ayons pas à rougir.

Je pense que les problèmes opérationnels américains ont une large base culturelle.

Comme en Irak et en Afghanistan, il y a peut-être une meilleure adaptabilité (accomodation) culturelle des Français (respect mutuel, réciprocité égalitaire et fraternité d'armes) et des Britanniques (intelligence et prise en compte des hiérarchies sociales) aux populations autochtones.

Les Américains ne semblent globalement développer ni respect mutuel (condescendance), ni prise en compte sociétale (individualisation grossière et factice des sociétés rencontrées, par exemple déni ou omission des féodalités, des susceptibilités culturelles avec tentatives de soudoiement généralisées, heurt des territorialités, des hospitalités, des moeurs...).

On a aussi l'impression que les Américains ont un manuel de comportement identique partout où ils dépêchent leurs soldats tandis que la France adapte ses consignes en fonction des terrains et des contextes(pas de sortie des casernes en ex-Yougoslavie, camaraderie entre les troupes et les locaux en Côte d'Ivoire (allant jusqu'aux unions mixtes avant novembre 2004) ou au Tchad).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BLITZKRIEG au Mali ?
MessagePosté: Mar 26 Mar 2013 00:03 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 285
Geopolis a écrit:
Je pense que les problèmes opérationnels américains ont une large base culturelle.

Comme en Irak et en Afghanistan, il y a peut-être une meilleure adaptabilité (accomodation) culturelle des Français (respect mutuel, réciprocité égalitaire et fraternité d'armes) et des Britanniques (intelligence et prise en compte des hiérarchies sociales) aux populations autochtones.

La vieille Europe a peut-être un fond de culture historique qui l'invite à ne pas négliger d'autres organisations sociales que "l'american way of life."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: BLITZKRIEG au Mali ?
MessagePosté: Mar 26 Mar 2013 06:55 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1211
Localisation: France
pierma a écrit:
La vieille Europe a peut-être un fond de culture historique qui l'invite à ne pas négliger d'autres organisations sociales que "l'american way of life."

Il me semble que ce sont surtout les Britanniques et les Français qui s'adaptent et s'associent aux cultures exotiques. On sent un encadrement expérimenté et aguerri, que les prochaines coupes budgétaires enverront peut-être à la retraite.

Les dernières expériences espagnoles et portugaises datent (Rif, Angola, Mozambique...) et semblent montrer une arrogance contre-productive, certes compensée par une efficace brutalité.

A l'inverse, les Allemands venus protéger la Turquie (contre des incursions gouvernementales syriennes) ces derniers mois connaissent des déboires relationnels intenses. L'expérience d'un contingent autrichien au Tchad en 2008 reste honteuse.
Citation:
[…] lors des combats qui ont ravagé N’Djamena, une quinzaine de soldats autrichiens sont terrés dans leur hôtel. Bien qu’armés, ils ne peuvent rejoindre l’aéroport, sécurisé par les Français. Les Autrichiens appellent au secours. Nos militaires envoient alors un Groupement des forces spéciales pour récupérer le groupe isolé et « apeuré », et le ramener au camp Kossei. Le ministère de la Défense autrichien a confirmé l’anecdote en expliquant qu’il n’avait sur place qu’un seul commando et que les autres soldats n’étaient pas entraînés pour traverser une ville durant les combats.

2008, Le Point 1848, 16


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 15 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com