Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Lun 17 Déc 2018 06:00

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le drame de la drogue
MessagePosté: Jeu 12 Avr 2018 21:28 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 129
Localisation: Lyon
Bonsoir !

La drogue fait des ravages en ce moment dans le monde entier et pourrait redistribuer les cartes de la puissance économique et politique.
On se souvient qu'au 19° siècle la Chine avait été très touchée par l'opiomanie de ses habitants.
Quels sont les pays les plus touchés et les moins touchés par ce fléau ?
(si il est possible de répondre cette question)

Merci de participer à ce débat !
;)

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Sam 14 Avr 2018 12:01 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1109
Peu de choses à répondre pour ma part. La question est légitime. Je crois que les régimes communistes avaient identifié dans les années 1960 la drogue et le terrorisme comme deux façons d'affaiblir l'Occident sans guerre frontale. Cuba notamment serait aller assez loin dans la promotion du trafic...

Dans le forum PH (chapitre guerre froide) marc30 a dit des choses curieuses sur les circuits diplomatiques latino américains (pourtant anticommunistes !)

http://www.passion-histoire.net/viewtop ... 4&start=15


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Sam 14 Avr 2018 13:03 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
Un premier élément de réponse : Le trafic de drogue va bientôt entrer dans le calcul du PIB français

S'agissant d'un article AFP, on trouvera facilement la version "Le Monde", "Libération", ou ... pour ceux qui trouveraient la source partiale ;)

En fait, on voit dans l'article qu'il y a une certaine difficulté à connaitre vraiment les chiffres d'une activité illégale et donc cachée. En fait, en fonction des moyens que l'on met en place pour lutter contre, on sait qu'on va avoir prise sur une partie du traffic (et donc en augmenter les coûts, et sa part dans le PIB, paradoxalement). Bref, si la lutte est lâche, on arrivera à saisir 10 à 15 % du traffic. Plus elle deviendra dure, plus ce chiffre augmentera. Donc, les services concernés font souvent une espèce de règle de 3 : on a intercepté tant de tonnes de drogues, on pense qu'on intervient sur 10% du traffic, donc le traffic global serait de tant, et comme le prix moyen du marché est à XX€/kg, le traffic génère un chiffre d'affaire de ... M€

On voit que l'on est loin des calculs réalisés dans les activités légales avec leurs masses de bordereaux informatiques qui permettent d'avoir une idée en temps réel des valeurs échangées. Bref, dans les diverses statistiques européennes, on pourra avoir une estimation de la consommation de drogue dans les différents pays européens.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Dim 15 Avr 2018 04:46 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 416
C'est à la fin des années 60 que les Etats-Unis - Nixon, en fait, mais ses successeurs ont continué - se sont lancés dans ce qu'ils appelaient "la guerre contre la drogue", guerre qui dure encore aujourd'hui.

A l'époque, où les drogues étaient nouvelles et paraissaient sympathiques aux jeunes Américains - du mouvement hippie, en particulier, mais plus généralement à une grande partie de la jeunesse - il y a eu d'abord de la part des autorités, puis des jeunes eux-mêmes, la prise de conscience que la drogue tuait.

Et comme on en consommait beaucoup, sans que la police réprime très violemment (au moins dans certains Etats) de fait elle tuait beaucoup.

Guerre contre la drogue, c'était un renforcement des moyens de la DEA (Drugs Enforcement Agency) l'implication des Coast Guards dans les interceptions de passages, etc.. - dans les faits, contrôler leur frontière sud, que ce soit l'accès par la mer, la terre ou les airs, est une tâche qui demande de gros moyens - bref, la tentative de couper le robinet d'arrivée, mais a toujours échoué, mais malgré tout avec assez de saisie pour faire monter le prix de vente dans la rue.

C'est à cette époque que les autorités américaines se sont émues des quantités importées par la French Connection, et ont demandé à la France d'y mettre un terme, avec une collaboration des deux pays, ce qui fut fait en quelques années.

Guerre contre la drogue, et c'est là que le bât blesse, c'était aussi un arsenal législatif répressif hallucinant. Si vous êtes convaincus de trafic - donc si vous avez sur vous davantage que la consommation pour quelques jours - la peine encourue atteint tout de suite 15 ans, et monte rapidement à la perpétuité. Les associations noires se sont émues depuis des années du nombre de jeunes incarcérés, souvent très jeunes, pour des peines au delà de 10 ans. C'est le facteur n°1 de la forte proportion carcérale de la population. (A population égale, les USA ont 5 à 6 fois plus de prisonniers que nous.)

Cette politique répressive, avec des tarifs délirants, s'est donc poursuivie depuis la déclaration de guerre de Nixon - vers 70, je crois - et elle n'a jamais été révisée depuis. Parce qu'elle plait au public, qu'elle touche majoritairement les noirs, et enfin parce qu'aucun politique ne prendrait le risque électoral d'y toucher. Alors que cette répression folle n'a jamais démontré son efficacité, et que le robinet d'arrivée n'a jamais été coupé.

Les USA restent donc un des pays où on se drogue le plus, même si ça n'atteint plus les sommets des années 60. Mais la baisse qui a suivi le pic des années 60 est sans doute due en grande partie à la prise de conscience du danger par la population, plus qu'autre chose. Non, la drogue n'était pas un produit sympa et récréatif - certains universitaires en faisaient même la promotion, comme d'un moyen d'ouvrir l'esprit et de développer son imagination et sa créativité - c'était une saloperie mortelle, avec en plus un effet d'addiction très violent. (Pour le LSD et l'héroïne, la mode de la cocaïne n'est venue que plus tard.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Dim 15 Avr 2018 10:56 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
pierma a écrit:
avec en plus un effet d'addiction très violent. (Pour le LSD et l'héroïne, la mode de la cocaïne n'est venue que plus tard.)


Pour parler de l'addiction, on a fait ces dernières années quelques découvertes déconcertantes à ce sujet. Bon, d'un coté il y a des drogues avec un effet addictif très fort : il suffit d'en prendre une seule fois pour en ressentir le manque par la suite (et c'est aussi le cas de certains médicaments qui peuvent être utilisés comme drogues). Le produit qui résiste le plus au "phénomène de manque", c'est l'alcool. Il faut une période de sevrage de 30 jours, alors qu'avec la plupart des drogues cette période est inférieure à la semaine...

Plus déconcertant, des scientifiques américains qui cherchaient à étalonner le phénomène de l'addiction ont eu l'idée de comparer avec le sucre. En fait, ils désiraient faire une espèce d'échelle permettant de connaitre le pouvoir d'addiction de divers produits. Leur idée était de se servir du sucre comme produit de référence. Ils eurent la surprise de constater que les rats opiomanes qu'ils utilisaient étaient plus accros au sucre qu'à la cocaïne ... Ce qui a mis fin à l'étude et à ouvert d'autres voies de recherches...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Lun 16 Avr 2018 08:20 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 416
Un médecin me disait : "l'alcool c'est une drogue dure." C'est infiniment plus difficile a arrêter que le tabac. Ce que tu en dis ne m'étonne pas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Lun 16 Avr 2018 15:05 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
pierma a écrit:
Un médecin me disait : "l'alcool c'est une drogue dure." C'est infiniment plus difficile a arrêter que le tabac. Ce que tu en dis ne m'étonne pas.


En fait l'alcool est une drogue dure dont l'usage est socialement toléré dans certaines limites. Pour savoir si on n'est pas un alcoolique sans le savoir, il "suffit" de cesser d'en boire pendant plus d'une semaine. Si on ne tiens pas, il vaut mieux aller consulter un addictologue ...

Pour le tabac, l'un des effets pervers est que souvent celui qui a arrêté de fumer se retrouve au contact avec d'anciens fumeurs ... qui ont parfois les vêtements imprégnés par la fumée. Il suffit d'être un peu stressé, de respirer, et on se dit qu'une petite cigarette ne peut pas faire de mal....

Pour le cannabis les études sont très contradictoires. Il semblerait que tout le monde n'est pas aussi réceptif à cette drogue, mais surtout que ces effets peuvent différer beaucoup d'une personne à l'autre. Certaines personnes pourraient en fumer beaucoup en n'ayant que des effets bénéfiques, d'autres voient une destruction des neurones avec des usages très modérés... Ce qui explique ces débats de spécialistes qui comparent des études similaires aux conclusions très divergentes. EN fait, il semblerait que le cannabis ne rende pas "fou", mais mettrait en évidence des problèmes psychologiques masqués...

L'un des problèmes est que les résultats d'études récentes changent un peu la donne. Ainsi, on a mis en évidence que le manque de sommeil privilégie la survenue d'un syndrome d’Alzheimer. Mais aussi que le maque de sommeil détruit les neurones. Or, certains qui avaient un usage festif du cannabis ont des symptômes similaires, tandis que d'autres n'en avaient pas les effets. Il faudra peut-être reprendre ces études en tenant compte du temps de sommeil ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Mer 18 Avr 2018 20:49 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 5 Oct 2005 21:39
Messages: 129
Localisation: Lyon
Citation:
Il faut une période de sevrage de 30 jours


Si je comprends bien il faut 30 jours pour se sevrer de l'alcool ?
C'est bien ça ?

Citation:
EN fait, il semblerait que le cannabis ne rende pas "fou",

Je connais des gens qui se sont retrouvés avec des maladies mentales carabinées et inguérissables suite à la drogue....

_________________
Agissez comme si il était impossible d'échouer.
Winston Churchill.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le drame de la drogue
MessagePosté: Mer 18 Avr 2018 21:32 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2475
Localisation: Alsace, Colmar
Pouzet a écrit:
Citation:
Il faut une période de sevrage de 30 jours


Si je comprends bien il faut 30 jours pour se sevrer de l'alcool ?
C'est bien ça ?


Pour un alcoolique, oui ...

Pouzet a écrit:
Citation:
En fait, il semblerait que le cannabis ne rende pas "fou",

Je connais des gens qui se sont retrouvés avec des maladies mentales carabinées et inguérissables suite à la drogue....


Vous avez mal interprété ce que j'ai écrit. En fait, d'après certaines études, ceux qui "deviennent fous" suite à la prise de cannabis sont en fait des gens qui ont déjà un terrain favorable. La question qui se pose ensuite est de savoir s'ils auraient été capables de gérer leurs problèmes psychologiques sans prise de drogue ... Personnellement, je répondrais que oui, car on note bien une augmentation sensible des problèmes psychologiques chez ceux qui prennent du cannabis par rapport à ceux qui n'en prennent pas. Mais, les avis des spécialistes (ce que je ne suis pas) divergent sur la question. Si j'ai bien compris, pour certains de ces spécialistes sans leurs problèmes psychologiques ces gens-là ne se seraient pas retournés vers la consommation de drogues, pour d'autres c'est la consommation de drogues qui auraient induit le déclenchement du basculement d'un état latent à un état maladif ...

Prenons un cas connus pour éviter de discuter dans le vide : Syd Barret

https://s2.qwant.com/thumbr/0x0/e/f/d04e17f78a90f3ca74025baac6ee3089237360e3970b198d5370379be51c68/syd-barrett.jpg?u=http%3A%2F%2Fgroundcontrolmag.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2016%2F01%2Fsyd-barrett.jpg&q=0&b=1&p=0&a=1

Voilà un jeune homme prometteur, un musicien autodidacte qui se révèle un auteur qui joue finement et poétiquement avec la langue anglaise... Bref, il est promis a un bel avenir et ces 3 copains qui ont monté avec lui le groupe Pink Floyd ne peuvent que se féliciter d'avoir attaché leurs wagons à cette locomotive ... Sauf que la consommation de toutes sortes de drogues semble lui avoir "cramé" les neurones. Lors des concerts entre l'enregistrement du premier disque et celui du second on se rend compte qu'il n'est "pas fiable". Un jour il est super sur scène et créé le show, un autre jour il erre hébété au point qu'on envisage de faire appel à un guitariste de remplacement, du moins pour les tournées. A l'époque, il n'est pas le seul musicien a présenter ces symptômes. Brian Wilson, compositeur des Beach Boys cessera de tourner pendant des années alors qu'il sera un membre "intermittent" du groupe ...
Au début de l'enregistrement du second disque des Pink Floyd, on se rend compte que Syd Barret n'est plus capable de composer, et le groupe prendra la décision de le remplacer définitivement. Et connait la suite ...

En fait, si on suit les tenants de la première théorie, Syd Barret aurait déjà été psychologiquement fragile, et il trouvait un certain réconfort dans l'usage des drogues ... Jusqu'au moment où il n'a plus sut "gérer" sa consommation. Pour les tenants de la seconde théorie, s'il n'avait pas consommé de drogues, il ne serait pas devenu mentalement malade et il aurait pu continuer sa carrière ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com