Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Mer 18 Oct 2017 12:51

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Ven 12 Sep 2014 15:37 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2323
Localisation: Alsace, Colmar
Shalimar a écrit:
Quant à l'OTAN, ou je me trompe ou ce dinosaure de la Guerre froide aurait dû disparaître en 1991 en même temps que le Pacte de Varsovie. Les Etats-Unis lui ont donné une nouvelle raison d'être, en tant que bras armé de l'Occident sous leadership américain, ce qui donne cette lancinante et dérangeante impression d'une marche vers une sorte de choc des civilisations.


Parce que vous simplifiez de trop. En 91, les USA poussent vers une régionalisation des diverses structures de défense régionale qu'ils avaient mises en place pour contrer le Pacte de Varsovie et ses structures satellites de par le monde. Parce que si on connait bien l'Otan, il y a dans toutes les régions du monde des structures identiques qui étaient et qui sont encore en place. L'idée était que les adversaires d'hier intègrent ces structures, que les problèmes soient réglés au niveau "régional" et que les USA puissent se retirer de ces points d'échauffements locaux. Sauf que cela n'a pas fonctionné. Certaines de ces structures se sont déchirées, les conflits qui étaient masqués par l'opposition entre le "monde démocratique" et le "monde soviétique" explosant tout à coup à la face du monde. D'autres sont restées des coquilles vides. Quand à l'Otan, qui aurait pu devenir l'échelon militaire de l'UE ou qui aurait pu être remplacé par une armée européenne, il a démontré que les nations européennes n'étaient capables de s'impliquer que lorsque les USA étaient à la manœuvre. Lors des guerres de l'ex-Yougoslavie, les USA ont signalé à plusieurs reprises que c'était un problème régional européen et qu'ils pensaient que c'était aux voisins proches de s'impliquer dans la résolution de la crise. Or, la vision de la situation de la France n'était pas la même que celle qu'en avaient les Allemands, ce qui paralysait grandement la résolution de cette crise par les Européens. Sans compter la vision des Grecs ou des Espagnols, car cela à compté.

Bref, le positionnement actuel de l'OTAN est une conséquence de l'échec du plan A qu'avaient les américains des années 91-95 de la question. Ils ont compris que s'ils voulaient un monde en paix, et la paix est nécessaire à la sécurité du commerce mondial, ils devaient continuer à être les gendarmes du monde. Et du coup, ils cherchent bien à en tirer profit. Ne dépensent-ils pas des sommes folles pour garantir que les navires puissent croiser dans le monde sans risquer les pirates, et que le droit de l'ONU soit plus ou moins bien respecté ? Du moins, de leur point de vue.

Les solutions régionales prônées à l'époque voulaient que les pays de la même zone s'allient en décidant de régler entre eux, d'abord pacifiquement et par des moyens diplomatiques, les problèmes touchant la zone concernée. Ils devaient aussi aider pour résoudre les problèmes entre l'un des membres et des pays limitrophes. Ce devaient être des organisations défensives. Mais, dans de nombreuses régions du monde l'idée à fait long-feu. En fait, l'une des seules qui a permit la résolution d'un certain nombre de problèmes fut l'Organisation du traité de sécurité collective (OCTS) dont les 2 membres les plus influents sont la Russie et la Chine. Elle a permit de régler dans le calme les problèmes de frontières nés de l'éclatement de l'URSS entre la Russie, la Chine et les Républiques asiatiques nées de l'éclatement de l'ex-URSS. La Chine et la Russie ont aussi organisé des exercices militaires communs avec les autres pays de cette alliance défensive. Mais, il semblerait que les tensions renaissent entre certains des membres.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Sam 13 Sep 2014 00:03 
Cela n'explique pas pourquoi l'OTAN ne s'est pas auto-dissoute mais il est tout à fait vrai que la première partie des années 90 a vu un apaisement général de la politique américaine vis-à-vis de la Russie, elle-même engluée dans des difficultés sans nom. George Bush père a tourné ses regards vers le Moyen-Orient et l'Irak. De manière moins guerrière, la première administration Clinton a continué à s'intéresser au Moyen-Orient (accords d'Oslo entre Israël et la Palestine) tandis que l'accent était mis sur l'économie (GATT). D'une certaine façon, c'était la suite logique de la chute de l'URSS et on pouvait s'attendre à un climat de détente généralisée dans un monde d'échanges.

Mais un tournant très net et, de notre point de vue, pas très rassurant a lieu dans la deuxième partie des années 90. Ce changement au sein des élites intellectuelles et politiques américaines est bien plus profond et fondamental que l'événementiel (yougoslave ou autre). Quelques faits :
- la lame de fond néo-conservatrice déferle dans tous les think tanks et aboutira d'ailleurs à l'élection de George Bush fils en 2000. En 1997 est fondé le Projet pour un Nouveau Siècle Américain, think tank néo-conservateur qui vise à promouvoir le leadership global des Etats-Unis.
- Bzrezinski publie le Grand échiquier (1997)
- Le faucon Madeleine Albright remplace le placide Warren Christopher au Département d'Etat (1997) tandis que le Républicain William Cohen est nommé au Département de la Défense pour plaire à certains milieux qui trouvent Clinton trop mou (encore en 1997 !)
- Estimations faramineuses (et un peu exagérées, on le sait maintenant) des réserves en hydrocarbures de la Caspienne et de l'Asie centrale.
- Publication du Choc des civilisations par Samuel Huntington (1996).
- Quelques années avant (1992), le néo-conservateur Francis Fukuyama avait publié La fin de l'histoire dans lequel il affirme que la démocratie libérale promue selon lui par les Etats-Unis doit recouvrir le monde et mettre fin à son histoire.
- Guerre du Kosovo "inventée" par l'OTAN pour, entre autres, donner à l'organisation une nouvelle raison d'être.

La parenthèse pacifique et bienveillante de la politique américaine durant la première partie des années 90 cachait en réalité le début du bouillonnement intellectuel au sein des élites, think tanks et groupes de pressions, qui allait prendre son essor durant la deuxième partie de la décennie et aboutir au très net raidissement de la deuxième administration Clinton. La présidence Bush ne fera qu'amplifier le phénomène. Le Grand jeu reprenait ses droits, la Russie restait le concurrent stratégique à abattre (Bzrezinski, Huntington, Projet pour un Nouveau Siècle Américain...) tandis que l'Europe devait être "acquise" d'une manière ou d'une autre pour assurer le leadership des Etats-Unis sur un monde où d'autres "menaces" apparaissaient : développement de la Chine, multipolarité...

Ce qui se passe depuis 15 ans n'est intelligible qu'à la connaissance de cette révolution intellectuelle et stratégique américaine des années 90.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Sam 13 Sep 2014 02:59 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2323
Localisation: Alsace, Colmar
Vous continuez à ne voir qu'une face de la pièce. Le changement de politique américaine au sujet des alliances régionales survient après que les USA aient constaté l'échec de ces mêmes instances. A aucun moment, les acteurs régionaux n'ont été capables de s'entendre. Les USA en ont tiré la conclusion que si personne ne désirait se mettre l'étoile du shérif, il faudrait bien que certains fassent le travail. Les USA, comme la plupart des nations commerçantes, tiennent à ce qu'il y ait un ordre mondial. La présence de l'ordre est nécessaire à la réussite des affaires. Ils peuvent tolérer que le désordre se maintienne dans certaines zones secondaires (comme le Sahara pendant un certain temps), mais quand le désordre devient gênant aux affaires, il faut y remédier.

L'Otan ne devait pas "s'auto-dissoudre", les USA d'avant 1995 espéraient que les européens sauraient régler seuls l'essentiel des problèmes de leurs zone d'influence ou de sa périphérie. Ce qui leur aurait permit de se retirer. Si vous vous souvenez de l'affaire de l'ex-Yougoslavie, les USA et l'Otan mirent un certain temps à s'impliquer. Les USA furent très réticents. Ils espéraient que les européens arriveraient à régler l'affaire. Cette même politique a existé dans d'autres régions du monde. Le "tournant" que vous signalez est dû au constat d'échec de la mise en place de "polices" régionales. Aux USA, il y eût un débat sur la question et ce furent les interventionnistes qui gagnèrent parce que les non-interventionnistes avaient compris que personne ne se précipitait pour prendre leur place. L'Union Européenne était muselée par la décision allemande de ne pas s'impliquer dans des conflits en-dehors de ses frontières. Les allemands durent modifier leur constitution pour fournir de l'aide aux habitants de Sarajevo. Et il ne s'agissait pas d'aide strictement militaire ... Dans certains des pays de l'ex-bloc de Varsovie, il y avait des gens qui parlaient de revenir sur le tracé des frontières. Cela fut gelé par la décision de l'UE que si on désirait y adhérer c'était en acceptant l’intangibilité des frontières existantes à ce moment-là. Les européens auraient-ils eu les moyens de s'opposer à une guerre entre 2 pays du l'ex-bloc de Varsovie qui auraient décidé d'en découdre ?

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Sam 13 Sep 2014 04:17 
Ce que vous décrivez, très justement d'ailleurs, n'est qu'un épiphénomène secondaire centré sur l'Europe. Lisez le Projet pour un Nouveau Siècle Américain, lisez le Grand échiquier, tout y est : diviser l'Eurasie, empêcher par tous les moyens l'émergence de toute puissance concurrente, mettre la main sur l'Europe (et là, les guerres yougoslaves ont effectivement eu leur utilité pour l'OTAN), détacher définitivement l'Ukraine de la Russie (déjà !), contrôler les flux énergétiques...
Si, pendant un laps de temps assez court, la première partie des années 90, les dirigeants américains ne savaient effectivement pas trop quoi faire de l'OTAN, le tournant de la fin des années lui a trouvé un utilité : le bras armé de l'intégration atlantique où l'Europe joue le rôle de junior partner.


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Sam 13 Sep 2014 16:21 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2323
Localisation: Alsace, Colmar
Shalimar a écrit:
Ce que vous décrivez, très justement d'ailleurs, n'est qu'un épiphénomène secondaire centré sur l'Europe.


J'avais lu un article dans Le monde au début des années 90 suite aux déclarations d'un responsable américain de l'époque sur le développement des alliances régionales qui étaient voulues par son gouvernement. Et il citait le cas de l'Asie du Sud-Est où ils espéraient voir se développer l'alliance locale qui était plutôt moribonde, mais qui aurait pu résoudre certains problèmes locaux. C'était une ambition qu'ils avaient pour la planète entière. Quelques années plus tard, il a bien fallu constater que c'était un échec. Il y a bien eu, ici ou la, des tentatives de résolutions locales, mais la plupart restèrent lettres mortes quand il n'y eu pas plus de divisions, les alliés d'hier se déchirant et se plaçant chacun dans un camp opposé. En fait, durant toute la guerre froide, les 2 "parrains", USA et URSS avaient réussi à imposer leurs lois. Ils n'autorisaient les conflits locaux que lorsqu'ils pouvaient en tirer un avantage au plan mondial. Avec la fin de la guerre froide, de nombreux conflits locaux redevinrent ce qu'ils étaient vraiment ... des conflits locaux. Pour le gouvernement américain de l'époque, ils avaient vocation d'être résolus par les acteurs régionaux.

Or, en perdant le financement et le soutien de l'URSS, des groupes "communistes" ou "progressistes" se révélèrent être des groupes nationalistes et ils réussirent à se faire soutenir par des acteurs qui avaient refusé de le faire jusque là à cause de l'opposition démocrates vs communistes. Puisqu'ils faisaient parti de l'autre coté.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Dim 14 Sep 2014 22:43 
Le Grand jeu continue, l'intégration eurasiatique s'accélère... Dans le silence total de la presse française qui préfère s'intéresser au dernier selfie de X ou au dernier buzz sur facebook, l'Organisation de Coopération de Shanghai a tenu son sommet à Douchambé les 11 et 12 septembre. C'était assurément l'un des sommets les plus importants de son histoire. Il a été notamment décidé d'intégrer dès l'année prochaine l'Inde et le Pakistan. A mettre en parallèle avec l'étonnant rapprochement sino-indien, la convergence diplomatique des BRICS...
L'OCS comptera désormais 4 puissances nucléaires, des forces armées plus importantes que celles de l'OTAN, près de la moitié de la population mondiale. Et les candidats sont légion : Iran, Afghanistan, Turquie...


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Mar 16 Sep 2014 18:59 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
Shalimar a écrit:
Cela n'explique pas pourquoi l'OTAN ne s'est pas auto-dissoute

Je pense que pour ses membres elle supplée aux dysfonctionnements de l'ONU, même si ça n'est pas son ordre de mission.
Shalimar a écrit:
- Guerre du Kosovo "inventée" par l'OTAN pour, entre autres, donner à l'organisation une nouvelle raison d'être.

Si vous parlez des événements survenant entre Serbes et Kosovars, c'est vous qui inventez une invention. Si vous ne mentionnez que l'exploitation de ces événements pour mettre au pas la Serbie, vous occultez la première partie.
Shalimar a écrit:
Le Grand jeu reprenait ses droits, la Russie restait le concurrent stratégique à abattre (Bzrezinski, Huntington, Projet pour un Nouveau Siècle Américain...) tandis que l'Europe devait être "acquise" d'une manière ou d'une autre pour assurer le leadership des Etats-Unis sur un monde où d'autres "menaces" apparaissaient : développement de la Chine, multipolarité...

Ce qui se passe depuis 15 ans n'est intelligible qu'à la connaissance de cette révolution intellectuelle et stratégique américaine des années 90.

La référence au "Grand jeu" est usurpée. Le Graal des USA est de perpétrer la révolution libérale partout où elle n'a pas encore accédé. Ils caressent ce projet depuis la fin de la Première Guerre mondiale et n'ont été entravés que par la guerre froide. Il était cohérent qu'ils reprennent leur combat au moment où le bloc soviétique s'effondrait. Le premier a en avoir fait les frais, faute d'avoir perçu l'évanouissement de son protecteur, fut l'Irakien Hussein.
Shalimar a écrit:
Ce que vous décrivez, très justement d'ailleurs, n'est qu'un épiphénomène secondaire centré sur l'Europe.

Non, à l'époque, Bush Sr. tançait les Européens sur le fait que, la guerre froide terminée, l'Europe n'avait plus besoin de protection américaine et que les Américains n'avaient plus à mourir pour sauver l'Europe. Ce sont les dirigeants européens qui chouinèrent auprès de Washington pour briser les guerres en ex-Yougoslavie. C'était dans les journaux, et toute interprétation complotiste ultérieure n'est qu'un fantasme de gros malins qui voient dans les fins les intentions initiales.

Le fantasme des dirigeants américains de l'époque était qu'une fois le communisme démasqué, tous les individus opteraient spontanément et raisonnablement pour le libéralisme. Puis il y eut le Koweït, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo. La Maison blanche fit aussi son hypocrite avec la Somalie, mais sortie des injonctions des pétromonarchies et des alliés européens, elle s'est toujours tenue à l'écart des autres très gros conflits de l'époque, conformément à sa tendance isolationniste : Hutus et Tutsis, Soudan, Sri Lanka, Afghanistan...
Shalimar a écrit:
Le Grand jeu continue, l'intégration eurasiatique s'accélère... Dans le silence total de la presse française qui préfère s'intéresser au dernier selfie de X ou au dernier buzz sur facebook, l'Organisation de Coopération de Shanghai a tenu son sommet à Douchambé les 11 et 12 septembre. C'était assurément l'un des sommets les plus importants de son histoire. Il a été notamment décidé d'intégrer dès l'année prochaine l'Inde et le Pakistan. A mettre en parallèle avec l'étonnant rapprochement sino-indien, la convergence diplomatique des BRICS...
L'OCS comptera désormais 4 puissances nucléaires, des forces armées plus importantes que celles de l'OTAN, près de la moitié de la population mondiale. Et les candidats sont légion : Iran, Afghanistan, Turquie...

Pour moi, ça restera aussi capital que... la Conférence de Bandung et la comédie des soi-disant non alignés.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Jeu 18 Sep 2014 05:43 
Geopolis a écrit:
Si vous parlez des événements survenant entre Serbes et Kosovars, c'est vous qui inventez une invention. Si vous ne mentionnez que l'exploitation de ces événements pour mettre au pas la Serbie, vous occultez la première partie.
Je parlais du génocide inventé de toute pièce par l'OTAN pour justifier la guerre. J'en ai déjà parlé plusieurs fois par ailleurs, je n'y reviens pas.

Citation:
La référence au "Grand jeu" est usurpée. Le Graal des USA est de perpétrer la révolution libérale partout où elle n'a pas encore accédé. Ils caressent ce projet depuis la fin de la Première Guerre mondiale et n'ont été entravés que par la guerre froide.
Vous donnez trop d'importance à l'idéologie... Aucun pays, même quand il revendique haut et fort une idéologie, n'est "pur" vis-à-vis de celle-ci. L'URSS n'était pas plus communiste que les Etats-Unis ne sont libéraux. Sous Reagan, l'économie était tout sauf libérale (Keynes devait s'en réjouir d'où il était). Les écoutes de la NSA sont l'antithèse même du libéralisme. Les Etats-Unis ont soutenu tellement de dictatures/coups d'Etat a-libéraux, tellement de régimes qui n'ont rien de libéraux, que personne ne peut affirmer sérieusement que leur but est de propager la révolution libérale dans le monde. Par contre, l'inverse est souvent vrai et Washington en profite : les libéralolâtres de chaque pays voient souvent les Etats-Unis comme la Mecque de la modernité économique et sont prêts à vendre leur âme et pays pour quelques billets verts et une place en couverture de Forbes (Khodorkovski)

Citation:
Il était cohérent qu'ils reprennent leur combat au moment où le bloc soviétique s'effondrait. Le premier a en avoir fait les frais, faute d'avoir perçu l'évanouissement de son protecteur, fut l'Irakien Hussein.
Vous réécrivez totalement l'histoire pour que ça sied à votre vision des choses. Le problème est que vous dites l'inverse de la réalité. Saddam était le protégé des Américains entre 1984 et 1989, pas des Soviétiques ! Je vous ai donné des faits, un lien qui étudie très minutieusement les relations américano-irakienne dans les années 80. Vous pouvez toujours revenir répéter la même contre-vérité comme une vague qui se brise sur le ressac, ça n'en deviendra pas une vérité. Après avoir utilisé Saddam contre l'Iran jusqu'en 1989, les Etats-Unis et les pétromonarchies l'ont jeté comme un mouchoir... Ca n'avait absolument rien à voir avec une quelconque idéologie libérale ou je ne sais quoi. C'est de la bonne vieille realpolitik.

Citation:
Non, à l'époque, Bush Sr. tançait les Européens sur le fait que, la guerre froide terminée, l'Europe n'avait plus besoin de protection américaine et que les Américains n'avaient plus à mourir pour sauver l'Europe. Ce sont les dirigeants européens qui chouinèrent auprès de Washington pour briser les guerres en ex-Yougoslavie. C'était dans les journaux, et toute interprétation complotiste ultérieure n'est qu'un fantasme de gros malins qui voient dans les fins les intentions initiales.
Ca doit faire la troisième ou quatrième fois que je répète que c'était le cas au début des années 90. :roll: A partir du changement radical à Washington dans la deuxième moitié des années 90, l'OTAN redevient soudain intéressante. L'une des raisons de la guerre du Kosovo est d'ailleurs de lui redonner une nouvelle légitimité.

Citation:
Le fantasme des dirigeants américains de l'époque était qu'une fois le communisme démasqué, tous les individus opteraient spontanément et raisonnablement pour le libéralisme. Puis il y eut le Koweït, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo. La Maison blanche fit aussi son hypocrite avec la Somalie, mais sortie des injonctions des pétromonarchies et des alliés européens, elle s'est toujours tenue à l'écart des autres très gros conflits de l'époque, conformément à sa tendance isolationniste : Hutus et Tutsis, Soudan, Sri Lanka, Afghanistan...
Tellement à l'écart de l'Afghanistan qu'ils donnaient carte blanche au Pakistan pour soutenir Hekmatyar puis les Talibans afin d'unifier le pays pour faire passer le pipeline Unocal. A noter que ces mêmes Talibans étaient invités au Texas pour discuter du projet :
http://news.bbc.co.uk/2/hi/world/west_asia/37021.stm

Les Américains ont suivi leur ligne de toujours : se désintéresser des conflits "inintéressants" (au sens de leurs intérêts) et vice-versa. La tendance isolationniste des Etats-Unis, du moins parmi les élites, n'existe plus depuis 1945 et vous le savez pertinemment. Je comprends que vous ayez un peu de mal avec le fait de devoir jongler entre une hypothétique tendance isolationniste et non-impérialiste des Etats-Unis d'une part, leurs 900 bases militaires dans le monde et leurs multiples interventions d'autres part... :lol:

Citation:
Pour moi, ça restera aussi capital que... la Conférence de Bandung et la comédie des soi-disant non alignés.
Ce faisant, vous vous condamnez à ne rien comprendre à ce qui s'est passé depuis des décennies et à ce qui se passera ces prochaines décennies. Mais après tout, chacun est libre de faire ce qu'il veut...


Haut
  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Jeu 18 Sep 2014 09:07 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2323
Localisation: Alsace, Colmar
Shalimar a écrit:
Geopolis a écrit:
Si vous parlez des événements survenant entre Serbes et Kosovars, c'est vous qui inventez une invention. Si vous ne mentionnez que l'exploitation de ces événements pour mettre au pas la Serbie, vous occultez la première partie.
Je parlais du génocide inventé de toute pièce par l'OTAN pour justifier la guerre. J'en ai déjà parlé plusieurs fois par ailleurs, je n'y reviens pas.


Pas de génocide, mais une menace de reproduire ce qui avait été fait dans d'autres républiques sécessionnistes. Comment on dit déjà ... "On ne prête qu'aux riches". Les serbes s'étaient déjà rendus coupables de purifications ethniques, de viols en série et de massacres dont on continue à trouver les charniers. Lorsque les premiers troubles survinrent et qu'on vit se mettre en place les mêmes logiques, il me semble normal que la plupart des gens aient pensé que ce qui s'était passé quelques années auparavant allait se reproduire. Donc, si je comprend bien votre point de vue, il aurait fallu attendre qu'on soit sûr qu'un génocide avait réellement lieu pour commencer à s'interroger sur l'éventualité d'une intervention ? Vous déclarez souvent que vous êtes pour la protection des populations, mais on dirait que seules le sort de celles qui veulent rester dans l'orbite d'un des pays qui suit le modèle russe vous intéresse. Il est facile d'escamoter les faits en prétendant avoir déjà démontrer leur inexistence. Nieriez-vous la réalité du massacre de Srebrenica ? C'est en grande partie parce que les Serbes ont montré à cette occasion de quoi ils étaient capables que l'on a craint pour la sécurité des Kosovars. Pour une fois, la communauté internationale a préféré prévenir et intervenir au plus tôt. Vous plaignez les serbes ? Mais ce sont eux et leur nationalisme délirent qui ont été la cause de leur chute. Personne ne désirait voir un état génocidaire en Europe à la fin du XXème siècle.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Billard à trois bandes
MessagePosté: Jeu 18 Sep 2014 09:48 
Narduccio a écrit:
Pas de génocide, mais une menace de reproduire ce qui avait été fait dans d'autres républiques sécessionnistes. Comment on dit déjà ... "On ne prête qu'aux riches". Les serbes s'étaient déjà rendus coupables de purifications ethniques, de viols en série et de massacres dont on continue à trouver les charniers. Lorsque les premiers troubles survinrent et qu'on vit se mettre en place les mêmes logiques, il me semble normal que la plupart des gens aient pensé que ce qui s'était passé quelques années auparavant allait se reproduire. Donc, si je comprend bien votre point de vue, il aurait fallu attendre qu'on soit sûr qu'un génocide avait réellement lieu pour commencer à s'interroger sur l'éventualité d'une intervention ? Vous déclarez souvent que vous êtes pour la protection des populations, mais on dirait que seules le sort de celles qui veulent rester dans l'orbite d'un des pays qui suit le modèle russe vous intéresse. Il est facile d'escamoter les faits en prétendant avoir déjà démontrer leur inexistence. Nieriez-vous la réalité du massacre de Srebrenica ? C'est en grande partie parce que les Serbes ont montré à cette occasion de quoi ils étaient capables que l'on a craint pour la sécurité des Kosovars. Pour une fois, la communauté internationale a préféré prévenir et intervenir au plus tôt. Vous plaignez les serbes ? Mais ce sont eux et leur nationalisme délirent qui ont été la cause de leur chute. Personne ne désirait voir un état génocidaire en Europe à la fin du XXème siècle.
Procès d'intention mis à part (voilà maintenant que je ne m'intéresse qu'au sort des populations qui veulent rester dans l'orbite russe et que je plains les Serbes... :roll: ), vous écrivez ce que j'écrivais dans un autre fil : Milosevic a été puni en 1999 pour ses crimes du début des années 90. La discussion ne porte donc pas sur le sort du criminel que personne ne regrettera, mais sur la manipulation par les Etats-Unis et l'OTAN afin de trouver un prétexte pour entrer en guerre. L'étrange "massacre" de Racak (aujourd'hui généralement attribué à l'UCK elle-même) et la pression d'Albright qui a suivi, les rumeurs de nettoyage ethnique distillées faussement et, enfin, les accusations invraisemblables de génocide (un demi-million de Kosovars assassinés, enterrés vivants dans des stades de foot).
A l'époque, Régis Debray avait décidé de passer quelques semaines au Kosovo et il en était revenu en déclarant que ces rumeurs de massacre étaient du pipeau, qu'il ne s'y passait rien. Il a été démonté par la presse (déjà aux ordres, semble-t-il) et a mis des années à se remettre du tombereau d'injures et de haine qui s'est déversé sur lui (les mêmes injures que reçoivent ceux qui ne voient pas la crise ukrainienne et blanc et noir actuellement). Si un simple Debray savait ce qui se passait réellement sur le terrain, que l'on ne vienne pas me dire que les capitales occidentales n'avaient aucun moyen de connaître la situation réelle... Elles ont menti sciemment, et c'est ça qui m'intéresse. Nous étions alors à la fin des années 90, en plein dans le retournement dont j'ai parlé. Le désintérêt des Etats-Unis pour l'Europe ou l'OTAN, au début des années 90, était une période révolue...


Haut
  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 44 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com