Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Mar 14 Juil 2020 05:36

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 10:09 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 1 Déc 2007 13:34
Messages: 125
Bonjour, je souhaiterais lancer un débat sur la désindustrialisation de la France qui n'est plus un mythe ou à relativiser. Via un article intitulé "La désindustrialisation: quelles réalités dans le cas français?" de François Bost et Dalila Messaoudi. L'article date de 2017. Les causes notamment selon les deux auteurs de ce phénomène assez grave pour l'économie française sont les suivantes: la concurrence par les coûts en provenance des pays en développement, des pays développés eux-mêmes, notamment membres de l'UE. 30% du total des pertes d'emplois industriels en France depuis 2000 sont le fait de l'aggravation du différentiel de compétitivité avec les voisins, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ou encore le Royaume-Uni. Handicap avec la fiscalité appliquée aux entreprises françaises, qui est la seconde la plus élevée d'Europe, avec un taux moyen de 33,33% en 2017. La moyenne de l'UE se situant autour de 25%. Les coûts salariaux élevés de la main d'oeuvre, le coût horaire moyen de la France se situe en 2017 au quatrième rang européen, derrière ceux de la Belgique, de la Suède et du Danemark. Les lourdeurs évidentes de l'actuel Code du travail qui ne facilitent pas la fluidité du marché de l'emploi, contrairement notamment de pays d'Europe du Nord. En outre, les exportations industrielles françaises sont trop peu diversifiées. Le positionnement sectoriel de l'industrie française demeure encore trop marqué par le bas et le moyen de gamme.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 10:12 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 1 Déc 2007 13:34
Messages: 125
Voici le lien vers l'article: http://journals.openedition.org/rge/6333

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 10:57 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 1 Déc 2007 13:34
Messages: 125
Bien entendu, ces propos notamment sur les coûts salariaux élevés de la main d'oeuvre dans le secteur industriel ou les lourdeurs évidentes de l'actuel Code du travail n'engagent que leurs auteurs. Dans les autres causes importantes au sujet de la désindustrialisation de la France il y'a le fait selon les deux auteurs que la France est encore loin du seuil annuel des 3% du PIB en 2016 pour la recherche et le développement. La France en outre manque d'entreprises moyennes et de taille intermédiaire, au contraire de l'Allemagne par exemple. Ce sont d'abord celles-ci qui tirent l'emploi et les exportations, et au final investissent le plus dans la recherche et développement (hors grands groupes). La part de l'emploi industriel dans les secteurs des moyennes-hautes technologies de l'ordre de 24% et surtout des hautes technologies de l'ordre de 10% est donc encore trop faible en France. C'est pourtant dans ces domaines que les pouvoirs publics voient le salut de l'industrie française.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 16:02 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2946
Localisation: Alsace, Colmar
Artigas a écrit:
Bonjour, je souhaiterais lancer un débat sur la désindustrialisation de la France qui n'est plus un mythe ou à relativiser. Via un article intitulé "La désindustrialisation: quelles réalités dans le cas français?" de François Bost et Dalila Messaoudi. L'article date de 2017. Les causes notamment selon les deux auteurs de ce phénomène assez grave pour l'économie française sont les suivantes: la concurrence par les coûts en provenance des pays en développement, des pays développés eux-mêmes, notamment membres de l'UE. 30% du total des pertes d'emplois industriels en France depuis 2000 sont le fait de l'aggravation du différentiel de compétitivité avec les voisins, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ou encore le Royaume-Uni. Handicap avec la fiscalité appliquée aux entreprises françaises, qui est la seconde la plus élevée d'Europe, avec un taux moyen de 33,33% en 2017. La moyenne de l'UE se situant autour de 25%. Les coûts salariaux élevés de la main d’œuvre, le coût horaire moyen de la France se situe en 2017 au quatrième rang européen, derrière ceux de la Belgique, de la Suède et du Danemark. Les lourdeurs évidentes de l'actuel Code du travail qui ne facilitent pas la fluidité du marché de l'emploi, contrairement notamment de pays d'Europe du Nord. En outre, les exportations industrielles françaises sont trop peu diversifiées. Le positionnement sectoriel de l'industrie française demeure encore trop marqué par le bas et le moyen de gamme.


Ils ont oublié un point important : le consommateur. On a le choix. Vos livres, vous pouvez les acheter chez le libraires du coin, dans une grande surface généraliste, dans une grande surface spécialisée, comme la Fnac, en ligne chez Amazon ou dans un service en ligne comme lalibrairie.com, voire privilégier les livres d'occasion qu'on trouve même en ligne : RecycLivre. Donc, le consommateur a le choix. Dans certains milieux, on aime bien mettre la faute sur les grands groupes mondiaux aux pouvoirs tentaculaires. Mais, Amazon n'a pas un nervi avec un fouet derrière chaque consommateur.

J'ai connu le livre durable, celui qu'on prenait le temps de choisir et qu'on achetait en connaissance de cause, et la littérature des quais de gare. Le livre qu'on achetait pour ne pas passer 3 heures à voir un paysage qu'on ne connaissait que trop bien. Maintenant, on a l'achat "coup de cœur" impulsionnel : on lit sur un article qu'il faut "avoir lu" telle œuvre. En quelques clics, il est commandé, on peut en disposer dans l'heure si on habite dans une grande ville, et demain il y en aura un autre.

Le consommateur n'est pas une victime innocente qui subit la loi des grands groupes, il est un acteur agissant. Souvent il privilégie son porte-monnaie (voire la remise, mais cela est un autre débat). Pour quelques centimes, car pour l'achat des bestsellers tout le monde s'aligne sur le prix prévu, il va privilégier un mode qui se révèle lourd de conséquence. C'est le consommateur qui s'est précipité sur le "made in China" pour remplir ses placards de choses plus ou moins utiles.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 16:17 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2946
Localisation: Alsace, Colmar
Artigas a écrit:
Handicap avec la fiscalité appliquée aux entreprises françaises, qui est la seconde la plus élevée d'Europe, avec un taux moyen de 33,33% en 2017.


Voilà un argument rabâché à l'envi ... J'ai la chance de vivre dans un département frontalier, et frontalier de 2 pays. Pouvez-vous m'expliquer le cas de la Suisse ? Je connais pas mal de travailleurs frontaliers qui vont tous les jours travailler en Suisse. Il y a quelque chose de sidérant à cela quand on pense qu'ils gagnent souvent plus que leurs voisins qui restent à travailler en France. En fait, ce qui est sidérant est la comparaison des fiches paye : le patron suisse paye plus cher les ouvriers qu'un patron français.

Alors, vous me direz : "C'est normal, le patron français paye plus de charges, donc c'est normal que le net soit plus faible en France... Mais quand le salaire net en suisse se trouve supérieur au salaire brut en France, donc charges patronales comprises ? Comment cela peut-il s'expliquer. Et les patrons suisses aiment bien les ouvriers français, ils seraient très professionnels et plus productifs... En fait, c'est la pénurie de main d’œuvre qualifiée en Suisse alémanique qui explique cela. Les entreprises suisses, qui trouvent des avantages à rester en Suisse, malgré le coût de la main d’œuvre payent très cher l'ouvrier allemand ou français qui accepte de passer 2 heures par jour dans des embouteillages pour aller bosser en Suisse.

Coté allemand, c'est plus complexe, j'ai déjà cité plusieurs fois sur ce forum comment cela se passe. En fait, les entreprises qui ont besoin d'une main d’œuvre peu qualifiée préfèrent rester sur le sol allemand, car le droit est plus favorable au patronat quand il s'agit d'emplois peu qualifiés ou précaires. Mais, quand ils ont besoin d'une main d’œuvre qualifiée, ils jouent à saute-frontière. A ce jeu-là, c'est la Pologne et la Tchéquie qui s'en sortent le mieux, ils ont les avantages d'une main d’œuvre qualifiée et à bas-coût. Mais, il y a quelques entreprises allemandes installées en Alsace.

Mais, il y a une nouveauté : dans les cartons du post-Fessenheim, il y a un projet d'une zone industrielle franco-allemande. Sauf que les entrepreneurs allemands ne veulent s'engager là-dessus que s'ils ont la certitude que c'est le Droit du Travail allemand qui s'appliquerait, ce qui pose quelques problèmes constitutionnels.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La désindustrialisation de la France.
MessagePosté: Lun 8 Juin 2020 18:31 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 1 Déc 2007 13:34
Messages: 125
Narduccio a écrit:

Voilà un argument rabâché à l'envi ... J'ai la chance de vivre dans un département frontalier, et frontalier de 2 pays. Pouvez-vous m'expliquer le cas de la Suisse ? Je connais pas mal de travailleurs frontaliers qui vont tous les jours travailler en Suisse. Il y a quelque chose de sidérant à cela quand on pense qu'ils gagnent souvent plus que leurs voisins qui restent à travailler en France. En fait, ce qui est sidérant est la comparaison des fiches paye : le patron suisse paye plus cher les ouvriers qu'un patron français.

Alors, vous me direz : "C'est normal, le patron français paye plus de charges, donc c'est normal que le net soit plus faible en France... Mais quand le salaire net en suisse se trouve supérieur au salaire brut en France, donc charges patronales comprises ? Comment cela peut-il s'expliquer. Et les patrons suisses aiment bien les ouvriers français, ils seraient très professionnels et plus productifs... En fait, c'est la pénurie de main d’œuvre qualifiée en Suisse alémanique qui explique cela. Les entreprises suisses, qui trouvent des avantages à rester en Suisse, malgré le coût de la main d’œuvre payent très cher l'ouvrier allemand ou français qui accepte de passer 2 heures par jour dans des embouteillages pour aller bosser en Suisse.

Coté allemand, c'est plus complexe, j'ai déjà cité plusieurs fois sur ce forum comment cela se passe. En fait, les entreprises qui ont besoin d'une main d’œuvre peu qualifiée préfèrent rester sur le sol allemand, car le droit est plus favorable au patronat quand il s'agit d'emplois peu qualifiés ou précaires. Mais, quand ils ont besoin d'une main d’œuvre qualifiée, ils jouent à saute-frontière. A ce jeu-là, c'est la Pologne et la Tchéquie qui s'en sortent le mieux, ils ont les avantages d'une main d’œuvre qualifiée et à bas-coût. Mais, il y a quelques entreprises allemandes installées en Alsace.

Mais, il y a une nouveauté : dans les cartons du post-Fessenheim, il y a un projet d'une zone industrielle franco-allemande. Sauf que les entrepreneurs allemands ne veulent s'engager là-dessus que s'ils ont la certitude que c'est le Droit du Travail allemand qui s'appliquerait, ce qui pose quelques problèmes constitutionnels.

Merci Narduccio pour votre réponse complète et pertinente. L'exemple de la Suisse est un bon contre-exemple au sujet des coûts salariaux par rapport à ceux pratiqués en France qui sont un handicap selon les deux auteurs de l'article pour l'industrie française. Selon l'article, l'actuel Président de la République veut faire passer en 2022 le taux moyen de la fiscalité appliqué aux entreprises françaises de 33,3% â 25%.

_________________
''L'histoire, je le crains, ne nous permet guère de prévoir, mais, associée à l'indépendance d'esprit, elle peut nous aider à mieux voir.'' Paul Valéry


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com