Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Mar 16 Juil 2019 21:23

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mar 15 Déc 2015 20:20 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1138
Quand on voit ce sketche, on peut se demander si la Suisse ne Ve pas prendre le chemin de la Belgique

https://m.youtube.com/watch?v=GyKYhmSqT1Y


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mar 15 Déc 2015 20:27 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Mer 29 Nov 2006 19:35
Messages: 431
:roll:

Vous êtes sérieux ? A quoi rime ce poste ? Quel rapport à la Belgique ?
Il n'y a pas réellement d'animosité entre francophones et suisses-allemands, juste une ignorance réciproque principalement dû à la barrière de la langue...

Pour l'anecdote l'humoriste en question est sorti il y une vingtaine d'année avec l'un de mes profs et on avait été le voir dans l'émission "ça colle et s'est piquant" présenté à l'époque par Maitena Biraben qui officie maintenant sur Canal+.

_________________
Dix pourcent de chômage en France, c'est encore 90 % d'actifs qui s'enrichissent en travaillant
Geopolis


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mar 15 Déc 2015 22:04 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1165
Le sketche est assez drôle mais aussi assez méchant. En France il tomberait sans doute sous le coup des lois qui répriment l'excitation à la haine.

Plus globalement il est certain que les Romands (peut être sous l'influence des médias français ?) sont plus europhiles et moins libéraux que les Alémaniques ....l'idée que les deux blocs linguistiques s'éloignent l'un de l'autre est banale me semble t il ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mar 15 Déc 2015 23:34 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2531
Localisation: Alsace, Colmar
Aigle a écrit:
Plus globalement il est certain que les Romands (peut être sous l'influence des médias français ?) sont plus europhiles et moins libéraux que les Alémaniques ....l'idée que les deux blocs linguistiques s'éloignent l'un de l'autre est banale me semble t il ...


Il y aurait à y redire. Bâle-ville, cité très alémanique est très pro-européenne et cela se confirme lors de chaque votation. Bâle-campagne est très europhobe. En fait, comme dans d'autres pays, il y a une césure entre les métropoles et les arrières-pays. Lors de nombreuses votations, Bâle-ville vote comme les romands.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mar 15 Déc 2015 23:51 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 1165
Narduccio a écrit:
Aigle a écrit:
Plus globalement il est certain que les Romands (peut être sous l'influence des médias français ?) sont plus europhiles et moins libéraux que les Alémaniques ....l'idée que les deux blocs linguistiques s'éloignent l'un de l'autre est banale me semble t il ...


Il y aurait à y redire. Bâle-ville, cité très alémanique est très pro-européenne et cela se confirme lors de chaque votation. Bâle-campagne est très europhobe. En fait, comme dans d'autres pays, il y a une césure entre les métropoles et les arrières-pays. Lors de nombreuses votations, Bâle-ville vote comme les romands.


Bâle ville est elle représentative de la Suisse alémanique ?

Un vote qui a divisé les Suisses et la Suisse

http://www.tdg.ch/chart_map.html?id=1531

Un article qui s'élève contre l'idée reçue d'une Suisse divisée
http://www.tdg.ch/lesquotidiennes/polit ... y/31855272
Dont je retiens ceci : " la directrice romande d’économie suisse Cristina Gaggini réfute l'analyse selon laquelle la Suisse est systématiquement divisée. " cette division linguistique ne serait apparente que sur les questions liées à l'ouverture du pays.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Mer 16 Déc 2015 19:46 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2531
Localisation: Alsace, Colmar
Aigle a écrit:
Bâle ville est elle représentative de la Suisse alémanique ?

Dans les votations ? Plutôt non. Bâle-campagne vote conformément aux autres cantons alémaniques.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Ven 16 Juin 2017 10:52 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1138
Rebondissement de la question jurassienne

http://www.liberation.fr/planete/2017/0 ... de_1577120


Même la paisible Suisse est traversée de temps à autre par des questions identitaires


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Dim 18 Juin 2017 20:30 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1138
51,7 pour le Jura, ca n'est pas un vrai triomphe

http://www.liberation.fr/planete/2017/0 ... ra_1577682


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Sam 30 Mar 2019 23:17 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1269
Localisation: France
Réflexion intéressante sur la Suisse et sa stabilité :
Citation:
La récente crise mondiale a fait de la Suisse un paradis économique encore plus sûr qu’il ne l’était, augmentant du même coup la valeur de sa monnaie d’une manière spectaculaire – la Suisse est l’endroit le plus antifragile de la planète ; elle bénéficie des chocs qui ont lieu dans le reste du monde. […] Oui, le révolutionnaire russe, Vladimir Ilitch Oulianov, connu plus tard sous le nom de Lénine, séjourna quelque temps en Suisse pour élaborer son projet d’immense État moderniste top-down et la plus grande expérience de l’humanité en matière de contrôle étatique centralisé. […] Voltaire, ce taon pourtant si bien protégé, ne s’en précipitait pas moins à travers la frontière après avoir insulté le roi de France, l’Église catholique ou quelque autre autorité ; ce qu’on ignore en général à son sujet, c’est qu’il y cherchait aussi une protection pour des raisons financières. Voltaire était le fils de ses œuvres, un riche marchand, un investisseur et un spéculateur. Il est intéressant d’observer qu’une grande partie de sa fortune provenait de l’antifragilité des difficultés, puisqu’il commença à s’enrichir au début de son exil.

[…] Mais tous ces réfugiés ne remarquent pas ce qui crève les yeux : le pays le plus stable du monde n’a pas de gouvernement. Et ce pays n’est pas stable malgré l’absence d’un gouvernement ; il est stable parce qu’il n’en a pas. Demandez à des citoyens suisses pris au hasard de vous dire le nom de leur président, et vous verrez la proportion de ceux qui le savent : ils connaissent en général le nom des présidents de la France et des États-Unis, mais pas celui de leur propre président. Le franc suisse est une monnaie très compétitive (à l’heure où j’écris ces lignes, elle s’avère la plus sûre), et pourtant la Banque centrale suisse est minuscule, même par rapport à la taille du pays.

[…]

Il n’est pas tout à fait exact de dire que les Suisses n’ont pas de gouvernement. Ce dont ils sont dépourvus, c’est d’un gouvernement central important, ce qu’on nomme communément « le » gouvernement : leur gouvernement à eux est entièrement bottom-up, puisque constitué d’espèces d’entités régionales ou municipales qu’on appelle cantons, des mini-États presque souverains unis par une confédération. La volatilité y est abondante, et si l’animosité existe entre les résidents, elle ne dépasse pas le niveau des conflits autour d’une fontaine ou d’autres querelles tout aussi ennuyeuses. Cela n’est pas forcément agréable, vos voisins se transformant ainsi en fouineurs ; c’est une dictature exercée par le bas, et non par le sommet, mais une dictature tout de même. Si ce n’est que cette forme de dictature bottom-up est une garantie contre le romantisme des utopies, car aucune grande idée ne peut naître dans une atmosphère si peu intellectuelle : il suffit de passer du temps dans les cafés de la vieille ville de Genève, le dimanche après-midi en particulier, pour comprendre que ce procédé est extrêmement peu intellectuel, dépourvu de tout sentiment de grandiose, et même franchement médiocre (il existe une célèbre boutade selon laquelle la plus grande réalisation des Suisses a été l’invention de la pendule à coucou alors que d’autres nations ont produit de grandes choses : l’histoire est plaisante, en effet, à ceci près que les Suisses n’ont pas inventé la pendule à coucou). […]

Remarquez enfin, mais nous y reviendrons, que la Suisse est le dernier pays développé qui ne soit pas un État-nation, mais plutôt un ensemble de petites municipalités qui se débrouillent toutes seules.

Nassim Nicholas Taleb, Antifragile


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La Suisse : quel avenir ?
MessagePosté: Dim 31 Mar 2019 11:26 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1269
Localisation: France
Ajout du même auteur :
Citation:
Autre aspect de la Suisse : il s’agit sans doute du pays le plus prospère de l’histoire, bien que le niveau de ses diplômés à l’université ait toujours été traditionnellement bas comparé aux autres nations développées (mais ne l’est malheureusement plus). Son système, jusque dans le domaine bancaire à l’époque où j’en faisais partie, était fondé sur des modèles d’apprentissage, plutôt professionnels que théoriques. Autrement dit, sur la tekhnê (« l’art, le métier, le savoir-faire ») et non sur l’épistémè (« les connaissances livresques, les concepts »).

Nassim Nicholas Taleb, Antifragile

Cette citation m'a interpellé sur plusieurs plans :

1. Taleb stipule que le niveau d'instruction est induit par la richesse (des familles, des populations) et jamais l'inverse. Il cite Abou Dhabi ou l’Égypte qui financent vainement des universités tandis que Taïwan ou la Corée du Sud ont accru leur potentiel économique avant d'atteindre un des meilleurs niveaux d'instruction actuels, supérieurs aux nôtres.

2. Il stipule que les savoirs viennent du bricolage et du terrain vers la théorie et l'université et très rarement l'inverse (les inventions et découvertes partant des théories scientifiques sont rarissimes, elles proviennent presque toutes du bricolage et du terrain, en médecine comme en aéronautique).

3. Dans les formations d'instituteurs, les théories pro-communistes tenant de l'éducation nouvelle assènent que leur théorie d'apprentissage, le socioconstructivisme, élaboré intellectuellement avant d'être imposé dans les écoles occidentales, est seul valable, et taisent et veulent faire oublier la pédagogie par objectif (PPO), élaborée sur le terrain pour former les ouvriers et les artisans. Je pense que les différentes théories d'apprentissage valent pour des types de compétences différents, la PPO primant pour les savoir-faire ("capacités" dans le jargon de l’Éducation nationale). L'école nouvelle a, selon moi, ruiné les systèmes éducatifs occidentaux tandis que les systèmes orientaux qui remportent les comparaisons internationales sont calqués sur les systèmes éducatifs occidentaux du début du XXe siècle (de type pédagogie frontale).

4. Pour aller plus loin, je pense que les familles, tous profils socio-économiques égaux par ailleurs, dont les enfants réussissent à l'école sont celles qui transmettent des valeurs artisanales.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com