Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Lun 25 Sep 2017 20:58

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 17:54 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 9 Aoû 2006 07:30
Messages: 712
Localisation: Allemagne
Le climat avec les militaires s'est déjà assombri et la crise est sérieuse

Il n'y a pas que les militaires. Car, quand même, que Bercy ait taillé lourdement dans les ministères régaliens qui sont le plus au créneau (défense, intérieur, justice) alors que la principale préoccupation des Français est l'insécurité, la criminalité et le terrorisme ne dénote pas le fait d'avoir un grand sens de l'état et n'est surtout pas une posture gaullienne. Après tout, Macron étant né dans le sein de la grande finance, ce n'est pas étonnant qu'il ait entériné les choix de Darmanin et de Le Maire.
S'il fallait à tout prix passer sous les fourches caudines d'Angela Merkel, il y avait d'autres postes budgétaires qu'on pouvait solliciter. Mais, dans ce cas, on renonçait à acheter la paix sociale. En Français, cela s'appelle de la démagogie, pas gaullien, ça non plus

_________________
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie "
(Renan à Déroulède)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Sam 22 Juil 2017 17:58 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 920
Merci cher Faget.

Pendant que les uns économisent les autres dépensent. À la fin de ce mois Areva (qui était il y a15 ans un fleuron technologique, industriel et financier) aura reçu 5 milliards d'euros pour éviter le dépit de bilan.

"Mercredi matin, devant la commission des finances de l'Assemblée Nationale, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait qualifié la gestion d'Areva de « scandaleuse », dénonçant « la manière dont cette entreprise publique a été gérée et le coût que cela représente pour les finances publiques ». « Une gestion aussi indigente des deniers publics est absolument inacceptable », a-t-il ajouté."

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... VLdsGV8.99

Détail cocasse : 3,4 Mds € auraient suffi ...mais Bercy a vu large

"L'été dernier, Areva, qui affichait 6 milliards d'euros de dette, évaluait à 3,4 milliards d'euros ses besoins de financement non couverts d'ici à fin 2017, mais plaidait pour que l'Etat voie un peu plus large, afin de lui donner les moyens de se développer."
En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/27/01/2016/lese ... LDeEBKj.99


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 14:08 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1132
Aigle a écrit:
Merci cher Faget.

Pendant que les uns économisent les autres dépensent. À la fin de ce mois Areva (qui était il y a15 ans un fleuron technologique, industriel et financier) aura reçu 5 milliards d'euros pour éviter le dépit de bilan.

"Mercredi matin, devant la commission des finances de l'Assemblée Nationale, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, avait qualifié la gestion d'Areva de « scandaleuse », dénonçant « la manière dont cette entreprise publique a été gérée et le coût que cela représente pour les finances publiques ». « Une gestion aussi indigente des deniers publics est absolument inacceptable », a-t-il ajouté."

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... VLdsGV8.99

Détail cocasse : 3,4 Mds € auraient suffi ...mais Bercy a vu large

"L'été dernier, Areva, qui affichait 6 milliards d'euros de dette, évaluait à 3,4 milliards d'euros ses besoins de financement non couverts d'ici à fin 2017, mais plaidait pour que l'Etat voie un peu plus large, afin de lui donner les moyens de se développer."
En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/27/01/2016/lese ... LDeEBKj.99


C'est absolument effrayant.
Il faudrait savoir qui a fait ça et quand ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 14:09 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1132
Faget a écrit:
Le climat avec les militaires s'est déjà assombri et la crise est sérieuse

Il n'y a pas que les militaires. Car, quand même, que Bercy ait taillé lourdement dans les ministères régaliens qui sont le plus au créneau (défense, intérieur, justice) alors que la principale préoccupation des Français est l'insécurité, la criminalité et le terrorisme ne dénote pas le fait d'avoir un grand sens de l'état et n'est surtout pas une posture gaullienne. Après tout, Macron étant né dans le sein de la grande finance, ce n'est pas étonnant qu'il ait entériné les choix de Darmanin et de Le Maire.
S'il fallait à tout prix passer sous les fourches caudines d'Angela Merkel, il y avait d'autres postes budgétaires qu'on pouvait solliciter. Mais, dans ce cas, on renonçait à acheter la paix sociale. En Français, cela s'appelle de la démagogie, pas gaullien, ça non plus


J'ai l'impression que les militaires s'en sortent pas si mal

http://www.liberation.fr/france/2017/07 ... 17_1585612


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 15:48 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2310
Localisation: Alsace, Colmar
marc30 a écrit:
C'est absolument effrayant.
Il faudrait savoir qui a fait ça et quand ?


Une partie du problème vient de la longueur des procédures administratives. Quand on a commencé à évoquer la fusion d'Areva et EDF, le besoin de financement était presque nul ... J'ai bien dit "presque", et cela ne concernait que la partie effectivement reprise par EDF. Donc, il avait été convenu pour passer les réticences d'EDF de mettre un peu d'argent dans la corbeille de mariage pour faire passer la pilule de la restructuration. Sauf qu'entretemps, il a fallu demander à la commission européenne, mais aussi aux USA, s'il n'y avait pas de problèmes avec les lois sur la concurrence ... Le temps d'étudier le dossier éclatait le scandale des fichiers biffés de la Forge du Creusot ... Donc, plongée du tire en bourse. Puis, les tergiversations sur les lois de la transition énergétique, et là, c'est l'action d'EDF qui plonge. ET comme la décision était figée dans l'attente du feu vert des différents organismes qui décident si les lois sur la concurrence sont respectées ...

Il y a eu, à différents niveau, des gens qui ont traité ce dossier en dilettantes... Tout ce qu'il ne fallait pas faire comme erreurs, ils réussirent à le faire. Et certaines déclarations ministérielles ont été faites aux pires moments ... A moins que le but n'ait été de tuer la filière énergétique française ...

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 17:05 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 9 Aoû 2006 07:30
Messages: 712
Localisation: Allemagne
[
Citation:
J'ai l'impression que les militaires s'en sortent pas si mal

http://www.liberation.fr/france/2017/07 ... 17_1585612

[/quote]

Vous rendez vous compte de ce que vous dites marc :?:
Ce qui vient de se produire est la démonstration du problème que j'avais évoqué avec Narduccio :le gel des crédits votés. Tout d'abord il y a le côté solennel : les Représentants du Peuple ont voté la Loi des Finances pour l'année prochaine. Mais ensuite, les petites mains de Bercy (dans le temps c'était la rue de Rivoli) se prennent le droit de ne pas appliquer la loi votée et ferment le robinet quand il faut mettre en place une part des crédits prévus. Les sommes sont gelées et parfois on ne voit jamais le dégel.
Donc Marc, détrompez vous : ce n'est pas un cadeau , cet argent devait revenir au armées d'après le budget voté fin 2016. S'il n'y avait pas eu l'épisode Villiers -Macron, on ne l'aurait jamais vu. Je suppose que la ministre s'est décarcassée pour le faire débloquer, pensant ainsi gagner un peu de crédibilité aux yeux des cadres et de la troupe. Car, il faut bien dire que cette pauvre madame Parly n'a pas décroché le gros lot en héritant de ce portefeuille. D'abord , elle doit découvrir un monde étrange dont elle ignore tout et en plus, elle hérite de la démission du CEMA dès ses premiers jours de fonction.

_________________
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie "
(Renan à Déroulède)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 18:20 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 320
Ce qu'il s'est passé.

Tous les ans, c'est la même comédie : lors de l'adoption du budget, on sous-estime les dépenses et l'on surestime les recettes de sorte que l'on termine systématiquement l'exercice avec un déficit supérieur à celui prévu dans la loi de finance. Mais soyons juste avec François Hollande, le déficit a tout de même été réduit significativement au cours de son quinquennat. Pas assez selon les uns, en adoptant une politique libérale alignée sur celle de l'Allemagne en contradiction avec ses promesses de campagne selon les autres, mais c'est un fait, le déficit s'est réduit.

Cette année, la Cour des comptes a tapé du poing sur la table : insincérité. C'est une évidence lorsqu'on adopte un budget pour les opérations extérieures de 400 M€ alors qu'on sait pertinemment qu'elles vont en coûter 1 000. De fait, le point fait fin juin révèle que les dépenses, au train où vont les choses, seront supérieures d'1 milliards d'euros à ce qui a été voté.

Ce qui est nouveau est que le président, en réponse au rapport de la Cour des comptes, a lui aussi tapé du poing sur la table : on dépensera ce qui a été budgeté, pas plus, débrouillez-vous. Les armées devront se serrer la ceinture. Elles le feront, non en réduisant les dépenses de fonctionnement, ce qui est impossible, sauf à mettre fin à l'opération Barkane, par exemple, mais en hypothéquant les investissements futurs. Ce manque de 0,8 Mds€ devrait être comblé par l'augmentation annoncée des budgets des armées qui passeraient en cinq ans de 1,7% du PIB à 2,0%. Mais il faudra, à ce rythme, attendre 2 ou 3 ans, sachant de plus que la les excédents de dépenses entraînées par les opérations extérieures ne seront plus mutualisés avec les autres ministères. Finalement, on peut raisonnablement attendre une sanctuarisation des budgets militaires, mais une augmentation réelle de celles-ci n'est pas du tout certaine.

Autre chose à relever dans cet article : un comportement césariste du nouvel exécutif.

Ce n'est pas dans le rôle du CEMA de défendre le budget des armées selon le président de la république. Si l'on s'en tient à l'organisation de la Défense définie par les textes, c'est parfaitement exact. Le CEMA n'a que des compétences opérationnelles. Les compétences organiques appartiennent aux chefs d'Etat-major des trois armées sous l'autorité du ministre. Cela étant, prétendre interdire aux commissions parlementaires d'entendre qui elles veulent, c'est tout de même un peu fort et vouloir édifier une cloison étanche entre chaînes organiques et opérationnelles n'est pas très intelligent. Si les parlementaires veulent des éclairages en matière militaire, ils interrogent des militaires, et ceux qu'ils souhaitent interroger, en matière de justice, des magistrats, en matière d'éducation des enseignants etc et non pas seulement le ministre de tutelle. Il semblerait qu'on ait élu à la tête de l'Etat un nouveau Bonaparte et au parlement des députés godillots appelés à entériner ce qu'ordonne l'Elysée. C'est ce qui existe ou se se met en place en Russie, en Turquie, en Hongrie ou en Pologne. Mais ce n'est pas dans les usages des vraies démocraties et il est douteux que les citoyens français acceptent longtemps une telle conception du pouvoir. Peut-être n'est-ce qu'un faux pas qui sera corrigé. Espérons.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 19:03 
Hors ligne

Inscription: Mar 21 Jan 2014 10:15
Messages: 320
Le déblocage de 1,2 Mds€ et le coup de rabot de 800 M€ met fait penser à un patron qui accepterait d'accorder une avance sur salaire à un de ses employés mais refuserait de lui payer ses heures supplémentaires.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 19:46 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 2310
Localisation: Alsace, Colmar
Barbetorte a écrit:
Le déblocage de 1,2 Mds€ et le coup de rabot de 800 M€ met fait penser à un patron qui accepterait d'accorder une avance sur salaire à un de ses employés mais refuserait de lui payer ses heures supplémentaires.


C'est quelque chose de plus en plus courant dans certains secteurs. Avec parfois la tartufferie de dire : "Si vous aviez mieux sût vous organiser, vous n'auriez pas eût besoin de faire ces heures supplémentaires..."

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: 2017 : quelle stratégie internationale pour la France ?
MessagePosté: Dim 23 Juil 2017 20:11 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 9 Aoû 2006 07:30
Messages: 712
Localisation: Allemagne
La dernière trouvaille de Macron et de son porte parole fait sourire : le CEMA ne s'occupe pas du budget qui est du rôle du domaine du ministre. Le CEMA est pour la stratégie. J'imagine donc devant la commission de la DN, un général gesticulant devant une carte , dessinant des flêches et des olives et concluant que " l'on vaincra parce que nous sommes les plus forts". Si un député pose une question sur les moyens, il devra répondre selon M.Macron "qu'il ne manque pas un bouton de guêtre". Si j'ai cité Paul Reynaud et Emile Ollivier, c'est pour montrer que notre histoire est riche en couillonnades de ce genre. Dans la prestation du Général de Villiers, on n'a retenu que le fait qu'il ne voulait pas se faire baiser. Mon Dieu, quelle vulgarité :roll:Ce que les journalistes ignares (pléonasme) ont oublié de rapporter, c'est qu'il avait tout de suite pensé aux conditions déplorables de logement des sous-officiers célibataires. C'est là que l'on voit le vrai chef qui sait se mettre à l'oreille de la troupe qui souffre et qui n'a que ses chefs pour espérer que les choses aillent mieux. Et le CEMA étant le numéro un, c'est le dernier recours.

_________________
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie "
(Renan à Déroulède)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 3, 4, 5, 6, 7  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com