Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Dim 19 Nov 2017 08:44

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 132 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 14  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Lun 11 Mai 2009 15:15 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Dim 4 Juin 2006 13:47
Messages: 1758
Localisation: RP
Le GOP peut-il faire son come back?
Beaucoup d'observateurs, y compris dans les rangs conservateurs, s'accordent pour constater qu'il est en piteux état:

http://www.nytimes.com/2009/04/13/opini ... .html?_r=1

Dans cet article récent, Paul Krugman souligne qu'il est devenu le parti d'une minorité; cela semble assez peu discutable, ne serait-ce que pour des raisons démographiques--alors que les blancs seront devenus minoritaires dans 15 ou 20 ans, le PR reste obstinément un parti de blancs, et un parti de blancs du Sud qui plus est---il n'est que d'observer le public des meetings républicains pour réaliser à quel point les minorités en sont absentes.
Parti minoritaire aussi parce que son discours serait gravement déconnecté des préoccupations actuelles de l'électeur moyen, ce qui est particulièrement flagrant dans la (non)réponse du GOP à la crise économique: les Républicains ont refusé de voter le "stimulu package" (plan de relance) de l'administration Obama à la Chambre des représentants, refusé de voter des crédits pour rénover les infrastructures (autoroutes, ponts, égouts, etc.), ont posé qu'il n'était pas souhaitable que l'Etat renfloue les grandes compagnies menacées de faillite, que c'était mauvais parce que cela accroissait la dette publique (déjà considérable suite aux baisses d'impôts républicaines entre autres, et ce alors que Reagan avait incarné la notion que les deficits publics ne comptent pas), et aussi parce que cet engagement financier de l'Etat dans des compagnies diverses détruirait l'entreprise privée et faisait avancer le pays à pas de géant vers le socialisme.
Selon eux, mieux vaut laisser mourir les compagnies/canard boiteux de leur mort naturelle, quite à provoquer une considérable aggravation du chômage aux US et à faire souffler un vent de panique sur toute l'économie américaine par l'effet domino que des faillites en chaîne de très grandes compagnies ne manquerait pas de provoquer.
Ils continuent impertubablement à soutenir la privatisation des retraites, à un moment où les électeurs qui avaient des comptes retraites (401K) investis en bourse ont vu ces comptes fondre de 40%; ils ont refusé aussi de voter une disposition permettant aux propriétaires en difficulté de renégocier leur emprunt pour éviter que leur maison ne soit saisie par leur banque en cas de situation de défaut de paiement. Et refusé de voter des crédits pour les emprunts étudiants, pour le planning familial, pour la couverture maladie (minimale) des plus pauvres (Medicaid), etc. Le message que tout cela fait passer est clair: vous êtes une victime de la crise économique, tant pis pour vous, "you are on your own".
Un tel darwinisme économique intégral passe mal auprès des électeurs américains en ce moment: dire aux chômeurs et aux propriétaires expropriés: vous avez tout perdu, c'est regrettable mais ce n'est pas notre problème; ne comptez pas sur nous pour vous apporter l'aide de l'Etat pour vous en sortir car cela va à l'encontre de nos dogmes économiques, ce n'est pas vraiment un message porteur pour les prochaines élections législatives.
De plus, leurs propositions de sempiternelles "tax cuts for the rich" (baisse d'impôts pour les riches), qu'ils proposent d'octroyer aux grandes compagnies comme solution miracle à la crise (après plusieurs décennies de cadeaux fiscaux républicains aux contribuables les plus favorisés) passent tout aussi mal, dans un contexte de parachutes dorés pharamineux et de bonus exorbitants reçus par des dirigeants de compagnies renflouées par l'Etat. Les Etats-Unis sont depuis la fin des années 60/70 un pays où la protestation sociale est minimale, où les syndicats sont faibles et où les travailleurs sont plutôt dociles, mais la crise fait souffler un vent de populisme sur ce pays, et le déni qu'opposent les Républicains à ces sentiments "anti-riches" qui travaillent les profondeurs de l'opinion publique risque de leur coûter cher politiquement.

D'après Krugman, les Républicains ne peuvent actuellement jouer aucun rôle politique important, ne peuvent plus influer sur la politique US de façon significative; cependant, ils gardent encore le pouvoir de détruire les démocrates, tout au moins de les harceler et de leur causer des dommages importants--en bref, ils ne représentent plus actuellement qu'un pouvoir de nuisance. Comme tels, leur seule option politique est l'opposition systématique en général, et l'obstructionnisme au Sénat en particulier, dont ils ont amplement usé jusqu'ici. Mais même cette dernière arme va leur être enlevée par la confirmation, après trois mois de contestations et de vérifications, de l'élection du démocrate (et ex stand up comedian) Al Franken au poste de sénateur du Minnesota, qui leur donne la majorité au sénat.

Cette "stratégie refuge" d'opposition systématique les incite plus que jamais à avoir recours à leurs arguments habituels de "culture war", et à leurs sempiternelles méthodes de rumeurs et d'attaques personnelles, extrêmes, absurdes et souvent contradictoires.
Quelques exemples de cette rhétorique républicaine: Obama est un socialiste, son plan de relance est du "marxisme économique" (Bachmann), il veut détruire le capitalisme en faisant rentrer l'Etat comme actionnaire/bailleur dans des top 50 companies, détruisant ainsi la notion même d'entreprise privée. Michelle Bachmann, représentante du Minnesota au Congrès, l'accuse aussi de vouloir créer des "politically correct reeducation camps where young people would be trained in the philosophy the government puts forward" (des camps politiquement corrects où les jeunes seraient formés à la philosophie soutenue par le gouvernement). Elle accuse le président de tyrannie, taxe certains membres du Congrès d' "anti-américanisme", et invite les medias à enquêter sur le patriotisme de ces politiciens. BO est accusé de vouloir transformer les US en pays socialiste européen comme la France ou la Suède, et le parti Démocrate est invité à se rebaptiser "Parti Socialiste Démocrate" américain.
Contradictoirement, Glenn Beck, célèbre "shock jock" de la droite, traite BO de fasciste, tandis que Quinn Hyllier compare les 100 premiers jours du président à la Maison blanche aux 100 premiers jours de Mussolini après sa prise du pouvoir. Obama, marxiste ET fasciste? Accordez vos violons!
Autres spécialité Républicaine, la rumeur délirante: après avoir été accusé d'être musulman et d'avoir été éduqué dans une madrassa (école coranique), BO est maintenant accusé de ne pas être né en Amérique, donc de ne pas avoir été élu président légalement (il faut être citoyen et né aux US pour pouvoir être candidat à la présidence). Enfin, on lui reproche d'avoir aggravé la crise économique--causée par les Dems.

Ce qui amène Krugman a son dernier point: le GOP est "fou" (et selon lui, il l'était déjà tout autant il y a 15 ans, ce avec quoi je ne suis pas tout à fait d'accord). Il n'a rien à proposer politiquement, hormis des idées discréditées. Il ne représente pas une alternative viable aux Démocrates, sa capacité de proposition est nulle, le naufrage de l'hyperlibéralisme l'a laissé idéologiquement sur le sable et il n'y a pas de personnalité forte, de vrai leader rassembleur pour en prendre la tête. Steele ne fait pas le poids et est même un maillon faible; Bobby Jindall, Huckabee, Romney et Palin sont inconsistants et/ou intellectually challenged. Les vrais leaders du GOP, ce sont les "shock jocks" charismatiques comme Rush Limbaugh, Shean Hannity ou Michael Savage, ces grandes gu...les hyperréactionnaires qui tiennent une place disproportionnée sur les ondes (radios) américaines (pour donner une idée, Savage trouvait Bush II "trop libéral", au sens US de "trop à gauche" bien sûr.)
N'ayant à proposer que de vieilles recettes discréditées, ces "desperate Republicans" tendent à compenser ce vacuum par une surenchère délirante ("paranoid delirium" dit Krugman) et les pires excès dans les attaques personnelles et les rumeurs.

Récemment, pour tenter de sortir de ce marasme politique, le GOP a lancé le mouvement des "tea parties", mouvement de protestation antifiscale nommé par analogie à la "Boston Tea Party", révolte des contribuables américains contre le pouvoir colonial anglais.
Le concept à la base de ce mouvement, est que la pression fiscale résultant des réformes passées par les démocrates est devenue insupportable et que la classe moyenne en est ou va en être la première victime.
Ce qui est totalement faux: les réformes fiscales d'Obama ont justement pour but de réduire ladite pression fiscale sur les classes moyennes et inférieures et seuls moins de 5% des contribuables US verront leurs impôts directs augmenter. Et augmenter à un niveau ....d'environ 10% inférieur à ce qu'il était sous la plus grande partie de l'administration Reagan, rapporte Krugman. De nouveau, l'approche des Reps est de créer leur propre réalité en pratiquant la désinformation --suivant l'adage goebbelsien que "plus le mensonge est gros, mieux ça marche"-- mais ce qui leur a si bien réussi, du moins pendant un temps, sous l'administration Bush pourrait ne plus séduire les électeurs: à plus de 60% d'opinions favorables, les récents sondages d'opinion montrent que la popularité d'Obama auprès d'eux reste inchangée.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mar 12 Mai 2009 00:26 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juil 2007 16:02
Messages: 1238
Localisation: Montrouge
Rien n'arrive jamais comme prévu en politique. A tout moment surgissent des hommes nouveaux, surtout aux EU, qui profitent des circonstances et de bons conseillers. Car tout est évènement! Il peut arriver tellement de choses et rien ne dit qu'Obama aura toujours la baraka qui est nécessaire en politique. Ce que César appelait sa "fortune". 100 jours ce n'est rien! Quand à sa côte de popularité, n'a t-elle pas été la même pour d'autres Présidents arrivés à 100 jours ?

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mar 12 Mai 2009 01:56 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 15 Nov 2006 18:43
Messages: 398
Localisation: Lorrain en exil à Paris
Alain.g a écrit:
100 jours ce n'est rien! Quand à sa côte de popularité, n'a t-elle pas été la même pour d'autres Présidents arrivés à 100 jours ?


Pas tout à fait si on en croit cet article:

Citation:
Selon un sondage d'ABC News et du Washington Post, le président américain Barack Obama bénéficie, après les premiers cent jours de son mandat, d'opinions plus positives que ses prédécesseurs depuis vingt ans. 69% des Américains approuvent son action, ce qui représente le meilleur score en deux décennies. Toutefois, son action est approuvée par 93% des Démocrates et seulement 36% des Républicains.
50% des Américains pensent que leur pays est sur la bonne voie, contre 19% avant l'investiture d'Obama.

Mieux qu'ils ne l'attendaient
54% des personnes interrogées estiment qu'Obama fait mieux qu'ils ne l'attendaient, bien davantage que les présidents George W. Bush (39%) et Bill Clinton (35%) au cap des cent jours, qui sera atteint mercredi.
63% des personnes interrogées estiment qu'Obama a déjà accompli beaucoup pendant les trois premiers mois de son mandat. 37% pensaient la même chose de Bill Clinton, au bout de 100 jours.
Six Américains sur dix pensent qu'Obama tient la plupart de ses promesses de campagne, contre seulement quatre sur dix pour Bill Clinton.

Le sondage a été effectué entre le 21 et le 24 avril sur un échantillon aléatoire de 1.072 adultes et contient une marge d'erreur de plus ou moins 3 points.


Je n'ai hélas pas réussi à trouver de courbes permettant de comparer clairement au premier coup d'oeil...

_________________
"Vendre la merde, oui, mais sans dire un gros mot
Tout le monde est gentil, tout le monde il est beau."
Jean Yanne


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mar 12 Mai 2009 12:26 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Dim 4 Juin 2006 13:47
Messages: 1758
Localisation: RP
Citation:
Car tout est évènement! Il peut arriver tellement de choses et rien ne dit qu'Obama aura toujours la baraka qui est nécessaire en politique.

Ce n'est pas la baraka d'Obama qui est la clé des élections futures, alain, c'est le fait que, tant par ce qu'ils sont que par ce qu'ils proposent, les Républicains ne sont plus en adéquation avec la réalité démographique, économique et culturelle du pays.
Je ne l'ai pas mentionné plus haut mais il y a aussi, en plus du "race gap", un "gender gap" qui s'accentue et qui dessert le GOP: il n'y a que 9% environ de femmes Reps élues au Congrès, contre environ 24% de femmes Dems. Ceci alors que les femmes représentent 51% de la population américaine et votent davantage (de plus en plus, semble-t'il) en faveur des Dems que des Reps:
aux dernières élections, les femmes ont voté à plus de 56% pour Obama contre 43% pour McCain, alors que les hommes ont voté 49% pour Obama et 48% pour McCain.
La droitisation du GOP est telle que les modérés du parti l'abandonnent l'un après l'autre--récemment Arlen Specter, sénateur de Pennsylvanie qui, pour garder son siège dans un état devenu démocrate, a décidé de changer son affiliation. Il n'y a pratiquement plus de realpoliticiens à l'ancienne tels que James Baker ou même Bush I dans ce parti, et le nombre des femmes qui en sont membres est en chute également.
Un parti anti-minorités, anti-femmes, anti-gays, anti-avortement, anti tout en fait, n'a pas d'avenir aux US; à noter aussi une autre cause croissante d'inadéquation politique: le GOP est dominé idéologiquement par les fondamentalistes chrétiens/social conservatives alors que l'athéisme, ou du moins la non-affiliation religieuse, sont en nette augmentation aux US, d'après les recensements les plus récents, faisant des athées/non affiliés le groupe le plus important après les catholiques et les baptistes dans ce pays.
Selon le plus récent recensement de l'ARIS (American Religious Identification Survey), le nombre de personnes qui se déclarent sans religion est maintenant de 15%, alors qu'il n'était que de 8% en 1990. Toutes les religions chrétiennes, protestantes, baptistes, catholiques perdent des fidèles, ainsi que la religion juive. Ce déclin, selon les organisateurs du recensement, est du à la "rejection of all forms of organized religions" (rejet de toutes les formes de religion organisée.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mar 12 Mai 2009 20:45 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juil 2007 16:02
Messages: 1238
Localisation: Montrouge
N'y a t-il pas une comparaison possible avec Reagan sur la popularité en début de mandat. Et avec Eisenhower? Ils étaient très haut je crois.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mar 12 Mai 2009 22:35 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Dim 4 Juin 2006 13:47
Messages: 1758
Localisation: RP
Deux mois après leur inauguration, Reagan et Obama avaient les mêmes chiffres, à un % près, dans les sondages: 60% pour Reagan et 59% pour Obama. Mais la cote de Reagan a connu des hauts et des bas en fonction de ses vicissitudes politiques: 73% après son assassinat manqué, mais ça tombe à 35% en 83; Reagan n'est pas le Président qui a eu les meilleurs sondages pendant ses deux mandats--il est dans le peloton de tête sans plus--, mais par contre il est très bien coté dans les sondages rétrospectifs.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mer 13 Mai 2009 14:52 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juil 2007 16:02
Messages: 1238
Localisation: Montrouge
Les médias ont donc tort de dire sans cesse que la côte d'Obama en début de mandat est sans précédent puisque celle de Reagan était supérieure. Ce matracage médiatique avec son admiration béate est très agaçant! Rien ne dit qu'il ne va pas survenir un évènement ou un échec qui change la donne. Obama n'échappera pas par ailleurs à l'usure habituelle du pouvoir.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mer 13 Mai 2009 16:00 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Dim 4 Juin 2006 13:47
Messages: 1758
Localisation: RP
Quels sont les journaux qui écrivent que la cote de BO est sans précédent? Je suppose que vous faites référence à des journaux français, souvent assez approximatifs lorsqu'il s'agit de références à l'histoire américaine.
Je n'ai rien vu de tel dans les media US, qui disent simplement que la cote d'Obama est très bonne mais pas sans précédent.
Reagan était certainement populaire durant ses deux mandats, avec quelques hauts et bas sondagiers, mais c'est surtout depuis quelques années qu'il est devenu une icone (pour les Reps mais pas seulement), l'incarnation d'une Amérique de nouveau forte et "sympathique", d'une période économiquement faste dans l'ensemble, où le dollar était au plus haut; et enfin il reste le leader qui a redonné sa fierté à l'Amérique en la débarrassant de l'humiliation et des complexes de culpabilité du Vietnam.
La situation de départ de BO est nettement plus difficile que celle dont Reagan a hérité: le plus gros problème laissé par l'administration Carter, qui est à l'origine de sa chute, a été sa mauvaise gestion de l'affaire des otages de l'ambassade US en Iran; sinon, la situation du pays était assez favorable lorsque Reagan est entré en fonction.
BO par contre est confronté à une la crise économique majeure et aux guépiers irakien, afghan et pakistanais (la guerre en Afghanistan est maintenant nommée "Afpak"). A ce propos, je ne sais pas si les journaux français ont analysé, ou même signalé, le limogeage par BO du général commandant des troupes US en Afghanistan, McKiernan, remplacé par le général McChrystal, spécialiste de counterinsurgency et de la nouvelle approche "Human Terrain".
Ce changement de personnel correspond bien entendu à un infléchissement de la stratégie mise en oeuvre en Afghanistan.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mer 13 Mai 2009 17:35 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 15 Nov 2006 18:43
Messages: 398
Localisation: Lorrain en exil à Paris
L'article dit bien "depuis 20 ans" ;)

_________________
"Vendre la merde, oui, mais sans dire un gros mot
Tout le monde est gentil, tout le monde il est beau."
Jean Yanne


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le parti Républicain peut-il remonter la pente?
MessagePosté: Mer 13 Mai 2009 18:41 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 27 Juil 2007 16:02
Messages: 1238
Localisation: Montrouge
Je faisais allusion aux médias français et particulièrement aux TV.

_________________
Heureux celui qui a pu pénétrer les causes secrètes des choses. Virgile.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 132 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 14  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com