Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Ven 22 Sep 2017 18:55

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Dim 18 Déc 2016 19:23 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
Article du Point du 12 novembre 2015 :
Citation:
« Mon bureau était juste là, au premier étage, sur le côté. » Du trottoir d’en face, Marat tente de discerner un mouvement ou de la lumière à travers une fenêtre. Mais rien. Des rideaux à lamelles jaunes masquent les vitres du bâtiment. « On ne les ouvre jamais », dit-il. Dans l’entrée, trois gardiens bedonnants grillent une cigarette en s’esclaffant. Derrière eux, un lustre éclaire un hall en marbre barré par des tourniquets. Marat soupire : « Si j’étais resté, je serais devenu fou. »

L’homme est un rescapé. Un ancien internaute employé au cœur de la machine de propagande russe. Et l’un des rares à témoigner. Il a travaillé ici deux mois et demi, aux côtés de 400 collègues. Sa mission : inonder les réseaux sociaux russes (Livejournal, Vkontakte, Odnoklassniki) et les sites des grands médias étrangers de messages à la gloire de Vladimir Poutine. Autrement dit, se transformer en « troll », du nom de ceux qui postent de faux commentaires sur la Toile. Thèmes de prédilection ? La guerre en Ukraine et, plus récemment, la campagne militaire en Syrie, dans laquelle la Russie entend incarner le Bien face à l’État islamique. De quoi occuper une armée de petites mains, car les trolls se déchaînent. Exemple : le crash de l’Airbus russe en Égypte. Depuis les doutes émis sur l’origine du drame, un discours formaté circule en boucle. « Hé vous, sales libéraux ! Pourquoi insistez-vous sur la thèse de l’attentat ? Vous croyez que le pays rendra la Crimée et enverra Poutine dans une cage devant la Cour pénale internationale ? Vous êtes des cons ! Sa popularité montera à 95 % ! »

Chaque matin à 9 heures, Marat se rendait à « l’usine de trolls » de trois étages de la rue Savouchkina, dans le nord de Saint-Pétersbourg. Prenant le relais de l’équipe de nuit, il passait douze heures à taper sur son clavier moyennant une pause d’une heure. […] Il est 21 heures, les trolls quittent leur poste. Des dizaines de jeunes d’une vingtaine d’années, parfois ornés de piercings, de dreadlocks ou d’une casquette. Les uns sont à VTT, les autres à trottinette. D’autres avancent, casque sur les oreilles, vers la station de métro Tchornaïa Retchka. Ils n’ont pas de contrat, mais ont signé un texte leur interdisant d’évoquer leur activité. Face aux questions, ils détournent la tête ou éludent : « Je m’occupe d’immobilier », « Je suis dans la publicité », « Je suis embauché depuis trois jours et je fais du marketing des médias sociaux »… D’autres encore nient l’évidence. « Je ne travaille pas ici, affirme une femme surprise à la sortie de l’immeuble. Je suis allée demander mon chemin. » Parmi une soixantaine de personnes interrogées, aucune ne trahira la loi du silence.

Une attitude motivée par la crainte de représailles. Mais pas seulement. Un troll touche un salaire confortable, compris entre 40 000 et 80 000 roubles (de 580 à 1 160 euros) par mois. Sans avoir à justifier d’une qualification. Il suffit de lire les offres d’emploi diffusées par la compagnie Glavset (« Réseau principal ») : « Qu’importe votre expérience ; vous êtes persévérant, à l’aise avec Internet et savez défendre clairement votre point de vue… » De quoi encourager les candidatures. Et la multiplication des usines de trolls. « Outre Saint-Pétersbourg, il en existerait trois autres, souligne Vasily Gatov, responsable jusqu’en 2013 des nouvelles technologies à l’agence Ria Novosti, aujourd’hui exilé aux États-Unis. L’une à Moscou, qui cible les sites occidentaux, une autre à Petrozavodsk, qui vise les pays Baltes et une troisième, délocalisée en Inde. » Maître d’œuvre ? Le Kremlin, décidé à damer le pion à l’Occident dans le cyberespace. Internet est « un projet de la CIA », estime Poutine. « Débarrassons-le de ses activités criminelles », a-t-il réaffirmé en mars devant les troupes du FSB.

Or, dans les cercles du pouvoir, un homme incarne la purge du Web : Timour Prokopenko, 35 ans, ex-leader du mouvement de jeunes pro-Poutine Jeune Garde. Parachuté numéro deux du département de la politique intérieure du Kremlin, il s’emploie à étouffer les voix dissidentes. À l’image de Grani.ru, Ej.ru et Kasparov.ru, des sites jugés extrémistes et désormais bloqués par les serveurs russes. Des textos piratés l’an passé par le groupe Anonymous International témoignent de son zèle. « Pourquoi faites-vous ça ? » écrit le jeune Prokopenko au patron de l’agence Tass en découvrant la mise en ligne d’une photo de l’opposant Alexeï Navalny aimablement commentée. « Nous allons y remédier », lui répond son interlocuteur six minutes plus tard.

Le projet « trolls » obéit à la même logique : gagner la guerre idéologique. À Saint-Pétersbourg, le Kremlin dispose même d’un puissant relais. Son nom ? Evgueni Prigozhin, 54 ans, propriétaire d’une dizaine de restaurants de luxe. C’est lui qui finance l’immeuble de la rue Savouchkina.

Jadis emprisonné pour vols, l’homme d’affaires a d’abord percé dans le milieu des casinos. Il a ensuite connu Poutine dans les années 90, quand ce dernier s’occupait des contrats internationaux à la mairie de Saint-Pétersbourg. Les affaires se négociaient dans les arrière-salles de ses établissements. Surnommé le « Chef cuisinier » de Poutine, « il a été le premier à ouvrir un restaurant au siège du gouvernement et au Kremlin », raconte Valery Fedotov, un élu local. Depuis, l’oligarque a prospéré. Il approvisionne les cantines de l’armée et des écoles. Et surtout il parraine les trolls de Saint-Pétersbourg. Son immense épicerie fine, située sur l’avenue Nevsky, offre même un clin d’œil à son activité clandestine : des créatures issues du folklore scandinave, également appelées trolls, décorent la devanture…

Rien de tel, en revanche, dans les murs de son « usine ». Prigozhin a nommé à sa tête un ancien chef de la police criminelle de la ville. L’ambiance y est pesante. « Nous sommes une vingtaine dans chaque pièce, assis face au mur, raconte Marat, et trois surveillants observent en passant derrière nous ce que nous écrivons. » Norme de production requise : 135 messages par jour de 200 signes chacun. « Tant que la longueur n’est pas atteinte, le texte reste en rouge. »

La journée débute de la même manière. À son arrivée, le troll clique sur une icône qui disparaît ensuite. Il découvre alors le thème du jour et le mode de traitement exigé : « les fascistes de Kiev », « l’aide humanitaire de la Russie aux frères du Donbass en Ukraine », « l’attentat de Charlie Hebdo et le laxisme de la France ».

Marat se souvient d’une journée consacrée à la visite d’Obama en Inde. « J’ai dû le critiquer parce qu’il mâchait du chewing-gum lors d’une parade militaire, dit-il. À la fin de mes messages, je ne savais plus quoi inventer. » Qu’importe, Obama demeure la cible principale. Un responsable, Sacha, passe même dans les rangs et fixe le niveau d’agressivité : « Traitons-le de singe noir ! » lance-t-il un jour. « On arrête avec les injures racistes », ordonne-t-il une autre fois. À l’époque, Marat appartient à une équipe de trois trolls chargée d’alimenter les polémiques. Selon un scénario bien défini qui ressemble au jeu du bonneteau, l’un d’eux joue le rôle d’un pro-occidental, lequel se laisse petit à petit convaincre par les arguments des deux patriotes russes.

Et gare aux contrevenants, car les amendes tombent : 1 500 roubles si le dernier mot ne revient pas au pro-russe. Une « faute idéologique » coûte même 5 000 roubles. « J’y ai échappé de peu en confondant un jour Ianoukovitch [ex-président ukrainien, prorusse] et Porochenko [président ukrainien, pro-occidental], raconte Marat. Mais on a pu modifier le commentaire. » Un prof de russe à la barbe fournie a même pour tâche d’améliorer la syntaxe des internautes. Autre sanction, celle infligée à ceux qui ne se présentent pas à l’heure : 500 roubles par minute de retard.

On distribue aussi des bonus. Jusqu’à 30 % de la rémunération si les messages postés suscitent des réactions positives et des « like ». Chaque mois, les trolls font la queue dans les couloirs et se présentent devant trois comptables. Celles-ci piochent dans des sacs pleins de liasses de billets et règlent les salaires.

Une somme variable selon les postes. Les départements d’élite travaillent ainsi au troisième étage. Parmi eux, le service anglophone, dont la mission consiste à parasiter les sites des médias étrangers. Une activité cruciale depuis le début des frappes russes en Syrie. Aux yeux du monde, Vladimir Poutine doit apparaître en sauveur face aux terroristes.

Marat y a postulé. « On cible surtout CNN et la BBC, dit-il, mais j’ai dû renoncer, car mon anglais n’était pas suffisant. La plupart de ceux qui y travaillent ont déjà séjourné aux États-Unis ou en Grande-Bretagne. » Autre catégorie de salariés logée au dernier étage : les « créatifs », chargés des montages photo ou de la réalisation de vidéos virales. Ici, la règle est plus souple. « Ils peuvent décorer leur bureau d’affiches ou de pots de fleurs et blaguer entre eux », dit Marat.

De fait, des vidéos postées sur Instagram les montrent en train de jouer avec un requin gonflé à l’hélium ou de téléguider un petit char électrique. Ils appartiennent aux effectifs les plus loyaux, choyés par la direction. Car bon nombre de trolls appâtés par le gain n’affichent aucune conviction politique. Certains adhèrent même aux valeurs occidentales.

C’est le cas de Lioudmila Savtchouk, 34 ans, une militante écologiste. Embauchée en janvier, elle a tenu le coup deux mois et demi. Le tournant ? L’assassinat, en février, de Boris Nemtsov, un opposant au régime. « Un manager a débarqué pour nous ordonner d’écrire que ses partisans l’avaient tué, raconte-t-elle. Je suis partie pleurer dans les toilettes. » Dès lors, Lioudmila tente de dénoncer ses conditions de travail. Elle filme sa vie quotidienne à l’aide de son smartphone. Mais elle est vite repérée par les caméras de surveillance. Puis convoquée devant une dizaine de responsables. « Tu es une mère de deux enfants, est-ce que tu y as pensé ? » lui lancent-ils. « J’ai eu peur et je me suis enfuie en courant. » Plus tard, elle alerte un voisin de bureau par texto. « Stass, tu as l’air normal, peut-on discuter de notre boulot à l’extérieur ? » « Va te faire foutre », lui répond-il. Lioudmila persiste. Elle attaque son employeur en justice. Et obtient 1 rouble de dommages et intérêts pour préjudice moral. « Je veux maintenant me battre pour faire cesser leur activité », dit-elle.

Pas gagné. L’immeuble de la rue Savouchkina ne désemplit pas. Pourtant, la méthode suscite des réserves parmi les défenseurs du régime. « On est en guerre mais le pays a besoin de chevaliers, pas de paysans », maugrée Oleg Makarenko, célèbre blogueur pro-Poutine.

Marat, lui, se souvient de son dernier jour de travail : « Un matin, on nous a demandé de commenter une photo primée lors d’un concours international. Elle représentait deux homosexuels. Sur mon ordinateur j’ai lu : “Couvrez cette photo de merde.” Le lendemain, je ne suis pas revenu. »

2015, Le Point 2253, 61-65


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Dim 18 Déc 2016 19:56 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 9 Aoû 2006 07:30
Messages: 712
Localisation: Allemagne
Cela rappelle à s'y méprendre à ce qui existait du temps de l'Union soviétique sous le nom de Desinformazia ( ou quelque chose d'approchant ). Des livres avaient paru sur la question. Je ne me souviens que de " L'iceberg " de Arnaud de Borchgrave et aussi de " Le montage " de Vladimir Volkoff. Les moyens modernes de diffusion ont changé mais l'esprit de l'entreprise reste.

_________________
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie "
(Renan à Déroulède)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Lun 19 Déc 2016 10:23 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 920
et la NSA dans tout cela ? une vierge effarouchée ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Lun 19 Déc 2016 17:07 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 290
Lorsque j'ai entendu des amis d'extrême gauche critiquer la révolution en Ukraine et expliquer que l'Ukraine était tenue par l'extrême droite pro-nazie - rien que ça ! Un grand classique de la propagande russe - , ma première réaction a été de penser aux réseaux d'influence qui ont fait les beaux jours de l'URSS.
Je suis persuadé que ces réseaux perdurent sous une forme ou l'autre, et que la Russie entretient des réseaux de désinformation, et pas seulement sur la toile.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Lun 19 Déc 2016 18:58 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
Aigle a écrit:
et la NSA dans tout cela ? une vierge effarouchée ?

S'il n'y avait que la NSA ! Obama fut très drôle en critiquant l'intervention russe dans les élections américaines, après tout ce que les ONG et organisations gouvernementales avaient fait pour influencer les élections en Europe de l'Est... :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Lun 19 Déc 2016 20:05 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 9 Aoû 2006 07:30
Messages: 712
Localisation: Allemagne
Alors, le score USA/ Russie est de 1à1 :?: :P

_________________
" Jeune homme, la France se meurt, ne troublez pas son agonie "
(Renan à Déroulède)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Mar 20 Déc 2016 07:15 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
Faget a écrit:
Alors, le score USA/ Russie est de 1à1 :?: :P

Même pas, il est de 1 à je ne sais combien de points en faveur des USA. C'est la première fois que la Russie réplique de manière efficace sur ce terrain contre les USA.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Mar 20 Déc 2016 18:43 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1126
Geopolis a écrit:
Faget a écrit:
Alors, le score USA/ Russie est de 1à1 :?: :P

Même pas, il est de 1 à je ne sais combien de points en faveur des USA. C'est la première fois que la Russie réplique de manière efficace sur ce terrain contre les USA.



gare au complotisme !!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Ven 30 Déc 2016 01:23 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Sam 13 Mai 2006 23:36
Messages: 49
Localisation: Toulouse
Cet article me fait penser à l'un de nos interlocuteurs que l'on énormément vu sur ce site il y a quelque temps, à l'époque où l'actualité ukrainienne était beaucoup plus "chaude" qu'aujourd'hui. Il prenait des positions très nettement pro-russes et anti-américaines. S'il nous lit toujours, il serait intéressant qu'il vienne nous dire combien il était rétribué et quelle était la longueur minimale exigée de ses messages.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Les russophiles d'Internet
MessagePosté: Ven 30 Déc 2016 13:10 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Dim 7 Sep 2008 16:55
Messages: 920
Dupleix a écrit:
Cet article me fait penser à l'un de nos interlocuteurs que l'on énormément vu sur ce site il y a quelque temps, à l'époque où l'actualité ukrainienne était beaucoup plus "chaude" qu'aujourd'hui. Il prenait des positions très nettement pro-russes et anti-américaines. S'il nous lit toujours, il serait intéressant qu'il vienne nous dire combien il était rétribué et quelle était la longueur minimale exigée de ses messages.


Shalimar il me semble ...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 12 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com