Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Ven 17 Nov 2017 23:26

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Jeu 19 Mai 2016 20:35 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1138
Voici un résumé de la thèse remplaciste par un auteur autorisé.

" Les trotskistes à la Plenel veulent l’invasion migratoire par haine de la civilisation européenne, du christianisme, de la France, de la culture occidentale et de son héritage, de son héritabilitdé, de sa transmission, qui leur paraît un scandale d’injustice car elle est inégale. Les remplacistes à la Juncker, eux, désirent et encouragent de toutes leurs forces cette même invasion commeu un élément capital de la gestion économique et financière du parc humain : la fabrique à grande échelle de l’homme interchangeable, celui que réclament les intérêts bien compris de la superclgasse.

Toutes les officines antiracistes ont bénéficié des largesses du patronat, trop heureux de soutenir, comme un gage d’ouverture d’esprit, de progressisme et de rigueur républicaine, un mouvemeant qui ne faisait qu’apporter de l’eau à ses moulins, des ressources humaines peu coûteuses à ses usines, et des auréoles de vertu à ses fronts bronzés. C’est quand ils étaient le plus cyniqure, quand ils exprimaient le plus crument leurs désirs et leurs appétits, quand ils trahissaient le plus directement les patries qu’ils ne connaissaient plus qu’à peine, que le patronat et ses banqudes s’attiraient les plus utiles certificats de dévouement aux droits de l’homme et aux principes fondateurs — on pourra songer ici à la belle figure de Mme Laurence Parisot, ancienne présidente du rMedef et immigrationniste enragée.

Le remplacisme arrangeait tout le monde et c’est pour cela qu’il est si fort : aux belles âmes il prodiguait les financements dont elles ont toujours besoin,o au capitalisme nomade il apportait, sous sa couverture d’antiracisme, un vernis de modernisme et de générosité. Il ne manquait plus que le pape pour bénir ces noces implacables. Il est là."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Ven 20 Mai 2016 07:13 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 297
C'est de la merde. Une grosse foutaise fasciste.

Le capitalisme peut trouver des esclaves autant qu'il le veut par le vaste monde, quelle serait l'utilité de les déplacer pour remplacer les Français. (C'est d'ailleurs une opération totalement impossible. Et puis si les immigrés remplaçaient les Français au travail, ça se saurait : on n'aurait pas de tels taux de chômage dans les cités.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Ven 20 Mai 2016 07:17 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
Cette théorie est complotiste, en ce qu'elle prête bien d'intelligence et d'anticipation à des élites "marxiso-patrono-financiéro-politico-médiatiques", nouvel avatar du complot judéo-maçonnique.

En réalité, tout le monde a joué le jeu de l'immigration : la bonne conscience chrétienne humaniste, l'agit-prop soviétique pour des raisons qui lui était propre, l'opportunisme du Tiers-Monde qui y a vu un moyen d'y gagner socialement et économiquement, celui des clients et des patrons pour la baisse des prix et la hausse de leurs pouvoirs d'achat. Bref, ces invasions migratoires ont accompagné et illustré la révolution libérale qui se poursuit en France.

Maintenant, une crise politique pointe du fait que certains immigrés jouent le jeu des conflits inter-généalogiques (inter-raciaux, inter-ethniques, inter-culturels, selon l'étiquette qu'on voudra) sur un terrain qui ne le pratiquait que très mollement, les Français privilégiant la communauté de valeurs, surtout politiques, aux lignages. Ces conflits réveillent une sorte de conscience, de veille lignagère chez les Français ("identité nationale" en question).

Dans la réalité :

) Il n'y a pas d'immigration mais des immigrations. Les plus lignagères d'entre elles se posent en rivales de toutes les autres. Par exemple, les supposés 5 à 10 % de musulmans en France sont soit hostiles, soit concurrents, soit indifférents les uns aux autres, quand ils ne sont pas carrément devenus déistes, athées ou convertis à d'autres fois.

2) Les prétendus clans immigrés se dissolvent dans l'individualisation et la personnalisation des destins, dans un contexte français comme libérale international, de sorte qu'ici et ailleurs leurs folklores disparaissent, et par-là les raisons de leurs antagonismes.

3) Si je me trompe sur le point précédent, l'Histoire et la géographie ne retiennent que trois manières, inéluctables, de régler les conflits politiques, même d'origine religieuse ou lignagère : les minorités disparaissent, par extermination physique, exil ou assimilation.

Pour en revenir à la France, l'assimilation suit largement son cours, y compris par mariages "inter-culturels" ; les valeurs libérales triomphent toujours en deux ou trois générations ; toute soi-disant communauté allogène lançant un conflit armé y mettrait son existence en péril extrême, soit parce que l'Histoire ne connaît pas d'autre issue pour les minorités, soit pour des raisons propres à la France, qui règle tous les siècles un conflit politique par l'extermination physique d'un parti de personnes considérées comme mauvais sujets ou citoyens, selon les régimes. Donc, la dernière fois, c'était en 1944 avec l'épuration, la prochaine visera peut-être des bandes criminelles (ou terroristes, c'est identique) soi-disant ethniques et ultra-gauchistes.

Si ça n'était pas le cas, nos vieux Gallo-Romains français s'adapteront et survivront, comme toujours.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Ven 20 Mai 2016 15:25 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH

Inscription: Jeu 18 Mar 2004 00:16
Messages: 746
En fait, la force de cette théorie, c’est qu’elle donne une interprétation anachronique rétrospective à un ensemble de phénomènes ayant l’air d’une évolution si continue qu’ils en tirent la conclusion erronée que tout aurait été organisé et voulu.

Or c’est faux. Ceux qui auraient voulu ou ceux qui aujourd’hui voudraient un tel résultat n’étaient pas aux manettes. Ceux qui étaient aux manettes n’ont pas pris telle mesure (faire venir de nombreux travailleurs masculins d’Afrique du nord ou d’Afrique Noire, puis organiser le regroupement familial) dans le but de parvenir aux résultats contre lesquels les partisans de cette théorie du complot dénoncent.
D’ailleurs, très vite après la mise en œuvre de la mesure de regroupement familial en 1974, le gouvernement s’est rendu compte des résultats assez fâcheux de cette mesure certes humanitaire mais prise sans discernement. Dès 1976, le gouvernement Barre a pris un décret suspendant le regroupement familial, mais il a été cassé par le conseil d’Etat qui a été dégager du préambule de la constitution de 1946 une interprétation très discutable et très discutée qu’il qualifiée de principe général du droit pour annuler ledit décret.
http://www.conseil-etat.fr/Decisions-Av ... .-et-C.G.T


Maintenant il faut aussi ne pas nier des faits et constats, tout à fait réels, sur lesquels se fondent les partisans de cette théorie et que des sociologues de tous bords ont par ailleurs décrits et expliqués.

Dans certaines villes, quartiers ou cités, il y a en effet un phénomène de substitution de populations et de regroupement des populations selon des logiques de communauté ethno-culturelle.

Il suffit de voir comment a évolué la population de pas mal de communes ou de quartiers qu’on qualifiait auparavant d’ouvriers à la périphérie proche ou moins proche des grandes métropoles, les quartiers nord de Marseille, la ville de Roubaix, les communes non-bourgeoises de l’est parisien, Stains, Mantes-la-jolie, Trappes, Villeurbanne, Mulhouse, … etc.

Ce phénomène tient au fait que parmi les personnes originaires des pays d’Afrique et du nord, et qui constituent à eux seuls la majorité des entrées migratoires en France, les catégories populaires de faible niveau de qualification sont fortement surpondérées par rapport à l’ensemble de la population vivant en France
https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-popu ... continent/
http://www.insee.fr/fr/themes/document. ... id=T12F037
Et donc forcément, ils sont davantage sujets au phénomène de relégation urbaine dans les quartiers dits populaires. Parce que pour quitter ces quartiers, il faut connaître une certaine réussite professionnelle et matérielle. Il y en a qui s’en sortent. Mais ceux qui ne s’en sortent pas y restent et y voient arriver les nouveaux immigrés.

Ajoutez-y le phénomène sociologiquement bien connu qui conduit les groupes sociaux ou culturels ou ethniques à préférer l’entre-soi, que ce soit un entre-soi économique (les riches dans les quartiers de riches, … etc), ou ethno-culturel, et vous avez là les facteurs essentiels qui ont conduit à l’évolution en question.

Le tout dans un contexte d’une absence de politique migratoire cohérente de la part des gouvernements de toute tendance qui ont largement mis le processus d’entrée des candidats à l’immigration en France sur un mode guichet en pilotage automatique, et vous avez l’explication de l’évolution que la France a connue depuis le milieu des années 1970.


En fait, l’extrémisme de gauche sur cette question nourrit l’extrémisme de droite. Le discours des sansfrontiéristes et des multiculturalistes partisans de l’accueil illimité de l’Autre et des accomodements raisonnables avec l’Autre sont ceux qui confortent la théorie du complot remplaciste formulée par des extrémistes de droite.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Dim 22 Mai 2016 03:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 12 Fév 2009 19:50
Messages: 297
Geopolis a écrit:
Cette théorie est complotiste, en ce qu'elle prête bien d'intelligence et d'anticipation à des élites "marxiso-patrono-financiéro-politico-médiatiques", nouvel avatar du complot judéo-maçonnique.

Bonne remarque. Complotiste, effectivement.

Un peu étonnante cette péripétie du regroupement familial, qu'on autorise, qu'on essaie ensuite d'arrêter, interruption qui se heurte au Conseil d'Etat...

A-t-on vraiment fait un cadeau à ces familles immigrées, et à leurs enfants, en leur permettant de venir précisément à l'époque où les emplois non qualifiés commençaient à se raréfier...

Il y a eu là un effet de ciseaux qui explique bien la situation de nombreuses banlieues aujourd'hui.

Et de fait personne ne l'a voulu ni même anticipé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Dim 22 Mai 2016 07:19 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1216
Localisation: France
pierma a écrit:
Un peu étonnante cette péripétie du regroupement familial, qu'on autorise, qu'on essaie ensuite d'arrêter, interruption qui se heurte au Conseil d'Etat...

A-t-on vraiment fait un cadeau à ces familles immigrées, et à leurs enfants, en leur permettant de venir précisément à l'époque où les emplois non qualifiés commençaient à se raréfier...

Il y a eu là un effet de ciseaux qui explique bien la situation de nombreuses banlieues aujourd'hui.

Et de fait personne ne l'a voulu ni même anticipé.

On peut y voir la générosité, ou bonne conscience, d'origine chrétienne et imprégnant l'agit-prop marxisante à l'égard de classes sociales dominées, le fait que nos dirigeants et cautions morales sont éloignés et protégés des conséquences d'une immigration incontrôlée.

Cependant, encore une fois, ce ne sont pas les immigrés en soi qui doivent être remis en cause mais la permissivité et la futilité du pouvoir judiciaire qui néglige et sabote l'éducation des habitants de France, livrant notamment certaines immigrations (Afrique, Orient, Roms) aux amalgames.

Le problème touche globalement les démocraties libérales occidentales. L'Europe centrale et orientale, moins concernée par ces hypothétiques causes, ne réagit que préventivement, n'ayant pas été imbibée de la générosité marxiste-chrétienne, uniquement adressée à l'Occident (pour l'affaiblir) et n'ayant aucune raison pour accueillir d'autres nations chez elle, qui n'a même pas terminé la simplification de ses frontières et ses regroupements nationaux.

Allez, il fallait bien que l'Occident gère encore quelques dangers et défis internes. Il faut bien aussi qu'il rende quelques superstitions idéologiques et culturelles, en premier lieu son arrogance morale, et s'aperçoive que certains de ses élèves sont peut-être devenus ou restés, sur certains plans, plus vertueux que lui, à Singapour, en Corée du Sud, au Japon, dans les pétromonarchies du Golfe.
Ou pas.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Dim 22 Mai 2016 14:34 
Hors ligne
Membre PH
Membre PH
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 17 Oct 2005 20:12
Messages: 274
Geopolis a écrit:
pierma a écrit:
Un peu étonnante cette péripétie du regroupement familial, qu'on autorise, qu'on essaie ensuite d'arrêter, interruption qui se heurte au Conseil d'Etat...

A-t-on vraiment fait un cadeau à ces familles immigrées, et à leurs enfants, en leur permettant de venir précisément à l'époque où les emplois non qualifiés commençaient à se raréfier...

Il y a eu là un effet de ciseaux qui explique bien la situation de nombreuses banlieues aujourd'hui.

Et de fait personne ne l'a voulu ni même anticipé.

On peut y voir la générosité, ou bonne conscience, d'origine chrétienne et imprégnant l'agit-prop marxisante à l'égard de classes sociales dominées, le fait que nos dirigeants et cautions morales sont éloignés et protégés des conséquences d'une immigration incontrôlée.

Cependant, encore une fois, ce ne sont pas les immigrés en soi qui doivent être remis en cause mais la permissivité et la futilité du pouvoir judiciaire qui néglige et sabote l'éducation des habitants de France, livrant notamment certaines immigrations (Afrique, Orient, Roms) aux amalgames.

Le problème touche globalement les démocraties libérales occidentales. L'Europe centrale et orientale, moins concernée par ces hypothétiques causes, ne réagit que préventivement, n'ayant pas été imbibée de la générosité marxiste-chrétienne, uniquement adressée à l'Occident (pour l'affaiblir) et n'ayant aucune raison pour accueillir d'autres nations chez elle, qui n'a même pas terminé la simplification de ses frontières et ses regroupements nationaux.

Allez, il fallait bien que l'Occident gère encore quelques dangers et défis internes. Il faut bien aussi qu'il rende quelques superstitions idéologiques et culturelles, en premier lieu son arrogance morale, et s'aperçoive que certains de ses élèves sont peut-être devenus ou restés, sur certains plans, plus vertueux que lui, à Singapour, en Corée du Sud, au Japon, dans les pétromonarchies du Golfe.
Ou pas.


Derrière cette autorisation du regroupement familial se cachent aussi deux logiques purement utilitaristes et économiques :

- dans les années 70, il s'agissait de lutter contre la fuite de devises. Les travailleurs immigrés versaient une grande partie de leurs revenus à la famille restée au bled. Une fois celle-ci installée en France, lesdits revenus circulaient quasi-intégralement dans l'économie française.

- ultérieurement, le regroupement familial a empêché la stagnation démographique, d'autant que la natalité des migrants est supérieure à celle des autochtones.

Pour le reste, je suis un peu étonné par la persistance de cette croyance presque magique selon laquelle il suffirait de gronder un peu fort pour obtenir le respect. Comme si la seule source d'autorité résidait uniquement dans la peur (elle en fait partie, mais elle n'est pas unique). C'est méconnaître des processus psychologiques élémentaires et, à mon sens, se raccrocher à une idée fixe pour rétablir une situation compromise, et je pense qu'ici on surestime clairement la puissance du camp "patriote", en tous cas sur le long terme.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le grand remplacement : mythe ou réalité ?
MessagePosté: Mar 27 Sep 2016 19:10 
Hors ligne

Inscription: Jeu 12 Nov 2009 22:24
Messages: 1138
Le national géographie magazine consacre un dossier aux migrants qui changent la face de l'Europe. Du remplacisme ?


http://www.nationalgeographic.com/magazine/


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com