Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Lun 28 Nov 2022 07:02

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 390 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36 ... 39  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Ven 17 Avr 2020 19:48 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
Quand on regarde la taille de la dette des USA, celle de la France ou de l'Italie est négligeable. C'est un problème d'appréciation de la part des banquiers. Ils pensent que les USA pourront payer, donc la dette US est même perçue comme un placement sûr.

Ils pensent que les USA pourront payer. Et que pensent-ils de la France ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Ven 17 Avr 2020 22:58 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3284
Localisation: Alsace, Colmar
Arkoline a écrit:
Narduccio a écrit:
Quand on regarde la taille de la dette des USA, celle de la France ou de l'Italie est négligeable. C'est un problème d'appréciation de la part des banquiers. Ils pensent que les USA pourront payer, donc la dette US est même perçue comme un placement sûr.

Ils pensent que les USA pourront payer. Et que pensent-ils de la France ?


Vu les taux de la France la dernière fois que j'ai regardé, ils ont confiance. Nos JT ne commencent pas en commentant la valeur journalière du spread entre notre pays et l'Allemagne, comme ce fut le cas pour l'Italie durant des mois l'année dernière.

D'ailleurs les taux qui étaient à presque 0% expliquaient qu'on n'a pas trop cherché à diminuer la dette de la France ces dernières années.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Sam 18 Avr 2020 02:28 
Hors ligne
Administrateur du site
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 27 Avr 2004 18:38
Messages: 1173
Localisation: Région Parisienne
La France peut payer, les particuliers ont au moins la valeur de la dette dans leur bas de laine. En cas de difficultés, il suffira de leur prendre en leur donnant un beau papier comme quoi l'Etat leur doit des sous.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Dim 19 Avr 2020 18:52 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
Vu les taux de la France la dernière fois que j'ai regardé, ils ont confiance. Nos JT ne commencent pas en commentant la valeur journalière du spread entre notre pays et l'Allemagne, comme ce fut le cas pour l'Italie durant des mois l'année dernière.
D'ailleurs les taux qui étaient à presque 0% expliquaient qu'on n'a pas trop cherché à diminuer la dette de la France ces dernières années.

+1
Nous sommes d'accord.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Dim 19 Avr 2020 19:15 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
La crise va amputer les recettes fiscales françaises de 42,7 milliards d'euros en 2020. La prévision est revue à la baisse de 32 milliards d'euros par rapport à la précédente loi de finances rectificative adoptée en mars.

Citation:
La crise va amputer les recettes fiscales françaises de 42,7 milliards d'euros en 2020
Par Le Figaro avec AFP
Publié le 15 avril 2020
La récession liée à la pandémie de Covid-19 va provoquer une baisse des recettes fiscales de 42,7 milliards d'euros cette année en France, selon le texte du deuxième projet de loi de finances rectificative obtenu mercredi par l'AFP. «La prévision est ainsi revue à la baisse de 32 milliards d'euros par rapport à la précédente loi de finances rectificative», adoptée en mars, précise le document. Ce deuxième projet de budget rectificatif, présenté ce mercredi en conseil des ministres, table sur une durée de confinement de huit semaines, comme annoncé par le président de la République lundi. Il intègre de nouvelles mesures de soutien à l'économie, le recul anticipé du produit intérieur brut (PIB) étant désormais de 8%.
Dans le détail, les recettes qui baisseraient le plus seraient celles de l'impôt sur les sociétés, en chute de 12,8 milliards d'euros par rapport aux sommes inscrites dans la première loi de finances rectificative. Les recettes de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) diminueraient de 9,1 milliards d'euros du fait notamment du recul de la consommation des ménages, tandis que les recettes de l'impôt sur le revenu baisseraient de 4,6 milliards, la taxe sur les carburants (TIPCE) de 1,5 milliard et les autres taxes de 4 milliards en tout.
«Au total le solde des mesures exceptionnelles et temporaires s'élèverait à 1,7 point de PIB en 2020», précise le document. Étant donné le recul de l'activité et les mesures de soutien public à l'économie, la part des dépenses publiques va fortement augmenter à 60,9% du PIB, après 54% en 2019. En revanche le taux des prélèvements obligatoires se tasserait légèrement à 44,0% du PIB, contre 44,1% l'an passé, en raison de la baisse des recettes fiscales.
Le déficit public devrait passer finalement à 9% du PIB contre 3,9% prévus dans le premier budget rectificatif. Enfin, «le ratio de dette publique au sens de Maastricht progresserait très fortement», pour atteindre 115% du PIB, «porté par le creusement du déficit ainsi que par la contraction du PIB», est-il indiqué.
En revanche, le pouvoir d'achat des ménages «serait moins affecté que l'activité en 2020 grâce aux mesures de soutien mises en œuvre, ce qui permettrait un rebond de la consommation une fois les mesures de restrictions levées», estime le gouvernement dans le texte.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Lun 20 Avr 2020 21:27 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de vendredi à samedi un nouveau budget aux dépenses considérablement alourdies, entre soutien aux entreprises, aide aux plus modestes et prime aux soignants.
Pour 2020, ce plan anticipe une croissance en berne de 8%, un déficit public d'environ 9% du PIB et une dette à 115%.


Source : Le Figaro 17 avril 2020 https://www.lefigaro.fr/flash-eco/coron ... t-20200417


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Le taux à 10 ans français
MessagePosté: Mer 22 Avr 2020 21:55 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Citation:
Par Isabelle Couet
Les Echos – 4 juillet 2019

Le coût de financement de la France sur les marchés vient de toucher un nouveau plus bas historique. Ce jeudi [4 juillet], l'Agence France Trésor (AFT), en charge de placer les emprunts d'Etat auprès des investisseurs a émis des titres à 10 ans au taux de -0,13 %. C'est la première fois que l'Etat effectue une levée de dette (marché primaire) à taux négatif sur cette longue maturité.
Certains investisseurs sont prêts à ne pas être remboursés en totalité pour prêter à l'Etat sur une décennie ! Un phénomène anormal qui touche pourtant de plus en plus de pays et de dette dans le monde : on estime le stock d'obligations à taux négatif à plus de 10.000 milliards de dollars. « Aujourd'hui, plus de 60 % du volume d'obligations souveraines en euro traite à des taux inférieurs à 0 % », souligne un analyste d'Unicredit.
Les marchés sont convaincus que la BCE va relancer ses stimulus, comme Mario Draghi l'a d'ailleurs fait comprendre. Les incertitudes qui pèsent sur la croissance mondiale, dans un contexte de tensions commerciales, rendent ce scénario très probable. La Réserve fédérale américaine devrait donner le ton prochainement.
Ces perspectives économiques renchérissent le prix des actifs les plus sûrs de manière spectaculaire. Notamment la dette allemande : ce jeudi, le taux à 10 ans allemand est passé sous -0,4 %, soit le niveau du taux de dépôt de la BCE. Cela signifie que détenir des emprunts allemands de longue maturité rapporte moins que de déposer son argent au guichet de la banque centrale.
Dans ces conditions, la France n'a aucune difficulté à placer sa dette sur les marchés. Cette année, l' Etat doit pourtant émettre plus de 200 milliards d'euros, un record. Depuis le 1er janvier, le coût moyen de financement à moyen et long termes s'élève à seulement 0,29 %. Il était de 0,53 % sur l'ensemble de l'année 2018. Avant l'adjudication de ce jeudi, l'AFT avait réalisé un peu plus de la moitié de son programme annuel.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Jeu 23 Avr 2020 03:12 
Hors ligne
Administrateur du site
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 27 Avr 2004 18:38
Messages: 1173
Localisation: Région Parisienne
Voilà un article que je trouve bien fait, exhaustif sans être trop long sur les manières de traiter la dette.

https://www.fipeco.fr/#news-content

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Hantise de l'inflation
MessagePosté: Ven 24 Avr 2020 22:53 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Jean-Marc Labat a écrit:
Voilà un article que je trouve bien fait, exhaustif sans être trop long sur les manières de traiter la dette.

Encore cette idée qu'une augmentation de la dette publique provoquera une forte poussée inflationniste. Les lecteurs de Salon savent ce que je pense de cette idée.

Le document de Fipeco laisse apparaitre une hantise de l'inflation :
Une banque centrale pourrait assurer à l’Etat un financement perpétuel et illimité excluant tout risque de banqueroute, mais en prenant le risque d’une inflation trop forte.
[...]
Le financement de l’Etat par la banque centrale risque toutefois d’avoir des effets inflationnistes, probablement plus importants que le financement des banques commerciales.
[...]
Comme on le verra plus loin, ces effets inflationnistes peuvent faciliter la maîtrise des finances publiques pendant quelques années, mais l’inflation risque d’être toujours plus élevée alors qu’elle a un coût économique.
[...]
Sans aller jusqu’à l’hyperinflation, l’inflation pourrait dépasser de beaucoup et pendant longtemps la cible actuelle de la banque centrale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Endettement de la France, vers la faillite ?
MessagePosté: Lun 27 Avr 2020 22:50 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Pendant l'année 2019, l'Agence France Trésor (AFT), en charge de placer les emprunts d'Etat auprès des investisseurs, n'a pas rencontré de difficultés. Comme l'indique Narduccio, la dette publique française est perçue comme un placement sûr.
Pour illustrer ce propos je poste un article de Renaud Honoré dans les Echos. J'ai supprimé certains paragraphes pour retenir ce qui est vraiment important.

Il manquait le lien : https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/la-dette-tutoie-les-100-du-pib-mais-son-cout-est-au-plus-bas-depuis-25-ans-1158262La dette tutoie les 100 % du PIB, mais son coût est au plus bas depuis 25 ans
Citation:
La dette tutoie les 100 % du PIB, mais son coût est au plus bas depuis 25 ans
Par Renaud Honoré
Publié le 20 déc. 2019

L'endettement public a franchi au troisième trimestre 2019 une nouvelle fois le cap symbolique si craint autrefois des 100 % du PIB alors même que son coût devrait connaître cette année un plus bas historique depuis... 1993 !
Dans le détail, la dette publique s'est donc établie à la fin septembre 2019 à 100,4 % du PIB, soit 2.415 milliards d'euros, selon les chiffres de l'Insee. Un troisième plus haut historique, après les 100,7 % du PIB du premier trimestre 2017 et les 100,9 % du deuxième trimestre de la même année.
La France vient ainsi de boucler au début du mois une campagne de placement d'obligations d'Etat qui s'est révélée historique avec un rendement moyen des émissions de l'Etat en 2019 de 0,11 %. Pour le dire autrement, jamais lever de la dette n'a coûté aussi peu cher à la France. Et ce alors que les besoins de financement (200 milliards d'euros) ont atteint un record, appelé à être battu l'an prochain.
Comme cette tendance est à l'oeuvre depuis plusieurs années, la facture totale laissée par cette dette se réduit d'année en année. En 2019, selon les dernières estimations gouvernementales, la charge d'intérêt est ainsi attendue à 35,9 milliards d'euros. Il faut remonter à 1993 (36,8 milliards d'euros à l'époque selon l'Insee) pour trouver un montant aussi faible. Sauf que cette année-là, l'endettement public ne représentait que 46,3 % du PIB, et pas près de 100 % du PIB comme actuellement.
Si l'on s'intéresse au poids représenté par la charge d'intérêt, l'évolution est là aussi frappante si l'on se réfère aux statistiques rassemblées par le site spécialisé « Fipeco ». En 1996, ce coût de la dette représentait 3,6 % du PIB, alors que ce n'était plus que 1,8 % en 2018, soit une division par deux de la facture sur la période.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 390 messages ]  Aller à la page Précédent  1 ... 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36 ... 39  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com