Le salon géopolitique de Passion-Histoire

Comprendre et penser la géopolitique du monde contemporain.

Revenir à Passion-Histoire
Visiter Le Blog de l'histoire
Nous sommes le Sam 4 Fév 2023 13:20

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 133 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 ... 14  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Lun 13 Avr 2020 22:20 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
En France et aux Etats-Unis, l'endettement des entreprises atteint des records. La situation était déjà préoccupante avant le début de la récession mondiale.


Citation:
La dette des entreprises françaises atteint des niveaux record
Par Guillaume Benoit
Publié le 14 mars 2019

C'est une exception en Europe. Alors que sur le reste du continent, les entreprises ont eu tendance à réduire leur endettement, celui des sociétés françaises a explosé. Selon les chiffres de S&P Global Ratings, la dette brute totale des entreprises françaises dépassait 4.000 milliards d'euros à la mi-2018. Elle atteint 175 % du produit intérieur brut, contre 135 % il y a 10 ans, lorsqu'a éclaté la crise financière. Un niveau d'endettement qui préoccupe aussi la  Banque de France, qui avertissait en décembre, de risques de liquidité et de défaut pouvant s'accroître au cours des prochains mois.
Cette fringale de dette s'explique en grande partie par les coûts de financement très bas. « Le taux d'intérêt moyen des prêts accordés aux sociétés non financières s'est élevé à 1,56 % en 2018, son plus bas historique », notent les analystes de S&P. Autre moteur de l'endettement : les opérations de fusions-acquisitions stratégiques. Air Liquide a doublé sa dette en 2017 pour racheter son concurrent américain Airgas. Et Sanofi a vu son endettement grimper à 25 milliards d'euros en 2018, après avoir réalisé 13 milliards d'euros d'acquisition.
Depuis, le mouvement ne s'est pas inversé. Les conditions de marché très favorables en début d'année ont notamment poussé les entreprises  à se ruer sur le marché obligataire. Et la course à l'endettement devrait se poursuivre, alors que les dernières décisions de la Banque centrale européenne  devraient limiter à moyen terme tout risque de hausse des coûts d'emprunts tant pour les crédits bancaires que pour les financements de marchés.
Si toutes les catégories d'entreprises ont participé au mouvement, « l'augmentation de leur endettement est principalement le fait des multinationales françaises et des sociétés publiques » souligne S&P.
EDF a ainsi vu passer sa dette de 28 à 63 milliards d'euros entre 2007 et 2017. Et SNCF Réseau de 28 milliards à plus de 55 milliards. Les secteurs du luxe et de la consommation, de l'automobile ou de l'immobilier, notamment, ont également connu une forte hausse de leur dette. LVMH, qui vient de lever 1 milliard d'euros sur le marché obligataire, affichait ainsi en 2017 une dette de 12 milliards d'euros, le double de son niveau en 2007. Celle de Renault est passée de 30 à 50 milliards sur la période.
Contrastant avec l'inquiétude affichée par la Banque de France, S&P se montre optimiste sur la solidité des entreprises françaises. Notamment parce que les fonds levés en France ont été très souvent utilisés pour financer leurs filiales situées à l'étranger, qui n'avaient pas accès à des conditions aussi favorables. Si l'on retire les prêts intragroupe, l'endettement des sociétés françaises se « limitait » à 90 % du PIB en 2017. L'agence constate en outre qu'ils ont servi à des investissements en France et à l'étranger, ces derniers s'étant révélés très rentables. Un avantage contrebalancé par le fait que les entreprises sont particulièrement exposées aux risques de change et de taux d'intérêt hors zone euro.
Une grande partie des ressources financières obtenues est restée sur le bilan des entreprises sous formes de cash, leur donnant ainsi un matelas de liquidité suffisant pour faire face à leurs échéances. Conclusion de S&P : les défauts de paiement devraient rester limités, et l'endettement des entreprises n'aura a priori pas d'impact sur la note souveraine de la France. Avec un bémol de taille cependant : la situation ne sera tenable que si la hausse des taux d'intérêt est progressive.



Citation:
L'endettement des entreprises américaines suscite des inquiétudes
Par Nicolas Rauline
Publié le 22 janv. 2020

Les bonnes nouvelles macroéconomiques aux Etats-Unis ont presque fait oublier le débat sur la dette des entreprises. Pourtant, celle-ci atteint des records : près de 10.000 milliards de dollars, soit l'équivalent de 47% du PIB américain. Les taux bas ont en effet incité les entreprises, depuis le début des années 2010, à financer leurs investissements par de la dette. 
Les opérateurs télécom, engagés dans la course à la 5G et dans le rachat de créateurs de contenus, sont les entreprises les plus concernées. AT&T, le champion toutes catégories a commencé à réduire sa dette qui approchait les 200 milliards, après avoir déboursé 85 milliards pour racheter Time Warner (avec de la dette en majorité).
Mais tous les secteurs sont concernés, comme l'automobile qui a emprunté pour se restructurer et financer la voiture autonome et électrique, ou encore les médias. Cette semaine encore, Netflix a annoncé qu'il comptait recourir à la dette pour faire face à la concurrence accrue. 
Les cinq prochaines années verront arriver à maturité 4.000 milliards de dollars de dette. « Dans un contexte de taux bas, cette vague de refinancement à venir n'a rien d'alarmant, souligne Lydia Boussour, économiste senior chez Oxford Economics. Mais s'il y a un changement de conditions ou des perturbations sur les marchés financiers, cela pourrait créer des difficultés. » 
Au vu du cycle historique de croissance - la onzième année d'expansion - il n'y a rien d'anormal à voir ces niveaux d'endettement. Mais c'est surtout la qualité de la dette qui est citée parmi les risques majeurs d'une prochaine crise. Pour  l'investisseur Jeffrey Gundlach , qui avait prédit la crise de 2008, « le marché des obligations d'entreprise est probablement surévalué, ce qui ressemble beaucoup aux subprimes en 2006. » Un tiers des obligations seraient des «junk bonds » au risque très élevé. 
En octobre, BlackRock estimait même dans un rapport qu'elles constituaient la moitié des émissions, contre 17% en 2001. « L'augmentation des titres notés BBB [les plus rémunérateurs, NDLR] a rendu le marché des obligations plus risqué qu'il y a quelques années, décrivait le fonds. Ces titres sont aussi les plus vulnérables en cas de récession. »
Leur valeur pourrait ainsi plonger au prochain retournement conjoncturel. Pas besoin d'une forte crise : un ralentissement deux fois moindre que la crise de 2008 ferait courir un risque à 40% de la dette des entreprises dans les économies développées, soit 19.000 milliards de dollars, selon le FMI. 
« La qualité de la dette s'est détériorée de manière significative ces dernières années. Nous ne pensons pas que la dette des entreprises créera une crise, mais elle peut accentuer la prochaine, juge Lydia Boussour. Les  risques de récession faiblissent, mais les incertitudes vont demeurer en 2020 et les entreprises vont rester sous pression, notamment au niveau de leurs profits.»
Dernière inquiétude: on ignore qui détient réellement une partie de cette dette. Selon le Financial Stability Board, 80% de la dette à risque est aujourd'hui détenue par les banques, les compagnies d'assurance et les fonds d'investissement. Mais 20% - et probablement la tranche la plus risquée -serait aux mains d'intermédiaires non identifiés.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mar 14 Avr 2020 06:54 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3290
Localisation: Alsace, Colmar
Arkoline a écrit:
La situation était déjà préoccupante avant le début de la récession mondiale.


Que dit l’aphorisme ? "Si vous devez 10 000€ à votre banquier et que vous n'arrivez pas à rembourser, vous avez un problème. Si vous devez 100 millions, c'est votre banquier qui a un problème."

La dette n'était préoccupante que tant que les États essayaient de maintenir leurs finances dans des critères comptables stricts. Là, on a changé de priorité, il serait d'ailleurs temps que vous vous en rendiez compte et que vous mettiez votre logiciel personnel à jour. Tous les États vont se retrouver dans des situations où ils seront très endettés et où ils vont avoir des problèmes à respecter les engagements pris précédemment. Pour certains États, la solution est simple : effacement des dettes. De toutes façons, on sait qu'ils ne pourront pas rembourser. Pour les autres, ils convertiront une partie de leurs dettes en obligations à long terme, et ils trouveront des organismes disposés à leur donner l'argent, quand ils ne le créeront pas, tout simplement. Le problème est qu'il n'y a pas le choix, sans relance on va vers une crise qui pourrait durer une ou deux décennies.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mar 14 Avr 2020 19:45 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 26 Déc 2004 21:46
Messages: 1432
Localisation: France
Quelqu'un relevait que le concept de dette mondiale est inepte : à qui le monde doit-il de l'argent. :D


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mar 14 Avr 2020 23:00 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
Arkoline a écrit:
La situation était déjà préoccupante avant le début de la récession mondiale.


Dans mon message, il s'agit de la dette des entreprises. Avez-vous lu attentivement mon message.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mer 15 Avr 2020 15:22 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3290
Localisation: Alsace, Colmar
Arkoline a écrit:
Dans mon message, il s'agit de la dette des entreprises. Avez-vous lu attentivement mon message.


J'ai lu votre message. Mais, il ne vous a pas échappé que les États se sont engagés à soutenir massivement les entreprises en difficultés. Ce qui implique un report de la dette des entreprises vers les organismes qui vont les soutenir. Et ceux-ci sont garantis par les États ... J'ai du mal parfois à suivre vos raisonnements, vous nous postez des extraits d'articles qui vont dans le sens de ce que vous voulez démontrer, et vous faites comme si l'économie que vous nous montrez était "hors sol". Or, il y a un contexte, il y a un tas de décisions qui sont prises par un tas d'organismes. Des déclarations de dirigeants, comme vous le rappelez vous-même dans une autre discussion. Il faut tenir compte du contexte, même quand il n'est pas conforme à ce que vous voulez démontrer. C'est la différence entre une position doctrinaire ou pragmatiste. L'économie réelle est très imparfaite, car il y a une grande part d'humain. Je trouve que vous avez souvent tendance à l'oublier.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mer 15 Avr 2020 17:03 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
J'ai lu votre message. Mais, il ne vous a pas échappé que les États se sont engagés à soutenir massivement les entreprises en difficultés. Ce qui implique un report de la dette des entreprises vers les organismes qui vont les soutenir. Et ceux-ci sont garantis par les États

OK, vous avez donc lu mon message. Merci.



Narduccio a écrit:
J'ai du mal parfois à suivre vos raisonnements, vous nous postez des extraits d'articles qui vont dans le sens de ce que vous voulez démontrer, et vous faites comme si l'économie que vous nous montrez était "hors sol".
Il faut tenir compte du contexte, même quand il n'est pas conforme à ce que vous voulez démontrer.

Alors vous pensez que je cherche absolument à démontrer quelque chose ? Et quelle est donc cette chose que je cherche à démontrer ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Soutenabilité des dettes
MessagePosté: Mer 15 Avr 2020 17:22 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
Arkoline a écrit:
La situation était déjà préoccupante avant le début de la récession mondiale.


Que dit l’aphorisme ? "Si vous devez 10 000€ à votre banquier et que vous n'arrivez pas à rembourser, vous avez un problème. Si vous devez 100 millions, c'est votre banquier qui a un problème."

Alors pourquoi la Troïka (CE, BCE, FMI) a-t-elle imposé une politique d'austérité à la Grèce et le Portugal dans les années 2010 à 2015 ?
Peut-on dire que la Grèce et le Portugal n'ont pas affrontés des graves problèmes pendant plusieurs années ?

Et que faut-il penser de la dette de l'Italie en 2020 et dans les cinq à venir ? La dette est-elle soutenable ? Faut-il recourir au MES (mécanisme européen de stabilité) ? Que faut-il faire ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Mer 15 Avr 2020 17:47 
Hors ligne

Inscription: Lun 19 Aoû 2019 22:22
Messages: 729
Narduccio a écrit:
Le problème est qu'il n'y a pas le choix, sans relance on va vers une crise qui pourrait durer une ou deux décennies.

Alors vous croyez que j'ai voulu prouver qu'on avait un autre choix ? ? ? ?
Il est évident que l'on n'a pas le choix. Mais il faut comprendre les conséquences qui découlent du choix qui est fait aujourd'hui par les gouvernements. La vérité est que l'on ne connait pas les conséquences. La situation actuelle est inédite. Quels sont les pays qui vont subir le même sort que la Grèce en 2010 ?



Narduccio a écrit:
La dette n'était préoccupante que tant que les États essayaient de maintenir leurs finances dans des critères comptables stricts.

C'est votre opinion. Les critères de la Commission de Bruxelles ne sont que des "critères". Rien de plus. Le vrai sujet est la capacité des Etats à emprunter de l'argent sur les marchés pour se financer. Si les taux longs augmentent, la situation sera intenable. Je suis très pessimiste pour l'Italie. Le spread (écart de taux) a augmenté dans les jours qui suivent le 12 mars 2020. En effet, les écarts de taux entre la dette allemande, jugée la plus sûre, et celle des autres Etats européens ont fortement augmenté, notamment pour l'Italie.
C'est le 12 mars que Christine Lagarde avait déclaré que la BCE ne souhaitait pas agir sur le "spread". Panique sur les marchés. Quelques jours plus tard, il a fallu que Lagarde fasse un rétro-pédalage.
La catastrophe sera certainement évitée dans les 12 mois à venir.
Pendant combien de temps la BCE pourra-t-elle éviter un désastre à l'Italie ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Soutenabilité des dettes
MessagePosté: Mer 15 Avr 2020 19:37 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur

Inscription: Jeu 15 Avr 2004 23:26
Messages: 3290
Localisation: Alsace, Colmar
Arkoline a écrit:
Narduccio a écrit:
Arkoline a écrit:
La situation était déjà préoccupante avant le début de la récession mondiale.


Que dit l’aphorisme ? "Si vous devez 10 000€ à votre banquier et que vous n'arrivez pas à rembourser, vous avez un problème. Si vous devez 100 millions, c'est votre banquier qui a un problème."

Alors pourquoi la Troïka (CE, BCE, FMI) a-t-elle imposé une politique d'austérité à la Grèce et le Portugal dans les années 2010 à 2015 ?
Peut-on dire que la Grèce et le Portugal n'ont pas affrontés des graves problèmes pendant plusieurs années ?

Et que faut-il penser de la dette de l'Italie en 2020 et dans les cinq à venir ? La dette est-elle soutenable ? Faut-il recourir au MES (mécanisme européen de stabilité) ? Que faut-il faire ?


Vous ne savez pas faire la différence entre une crise systémique et une crise endémique ?

Prenons le cas de la Grèce, pour entrer dans la zone euro, le gouvernement grec s'entend avec une grande banque d'affaire américaine qui lui ficelle un plan de financement avec lequel elle masque le fait qu'elle n'a pas les critères pour rentrer dans la zone euro. Les autres pays européens, font plus ou moins semblant de regarder ailleurs, ils se disent que ça ira quand même. On passe à l'euro, l'argent européen inonde l'économie grecque qui continue sa course en avant, ou plutôt sa fuite. Là survient la crise de 2007-2008, et la fameuse banque quand on lui demande si elle possède des actifs pourris dévoile le pot-au-rose grec. En fait, on pourrait presque dire que cette banque a dénoncé le gouvernement grec. Et tout à coup, les banques qui ont prêté de l'argent à la Grèce se rendent comptent qu'ils ont, eux-aussi, des créances pourries... Et les organismes de prêts en question sont, parmi les européens, des organismes allemands et néerlandais et ils appuient sur leur gouvernement pour récupérer leur argent. Quant aux contribuables allemands et néerlandais ... ben eux ne veulent pas payer pour les errements de la Grèce. Et là, on a l’effet domino sur les autres pays de l'Europe du Sud qui se sont financés en ayant massivement recours aux emprunts en euro.

Alors, oui, les grecs ont affronté de graves problèmes... les mêmes problèmes qu'un ménage surendetté mais qui continue d'acheter des voitures neuves hors de prix ou des logements pharaoniques. La crise de l'euro qui a eu lieu à ce moment-là est une crise de confiance dans la capacité de certains pays à se financer de manière honnête. Il y avait plusieurs manières de la résoudre, de nombreux économistes pensent que le blocage de l'Allemagne et des Pays-Bas a aggravé la crise. Il y a eu une crise presque similaire dans l'histoire des USA. En fait, au début, les USA sont plus une confédérations qu'une fédération. Chacun des 13 premiers États qui composent les USA avaient leurs budgets et une politique économique indépendante. La partie "fédérale" de la politique économique était quasiment inexistante. Mais, les 13 banques de chacun des États avaient le droit d'émettre des dollars. Et l'un des 13 États s'est mis à dépenser sans compter faisant tourner la planche à billet. Au point que cela a causé d'énormes dissensions... Comme dans la zone Euro lors de la crise grecque. A ce moment-là, ils se rendent compte qu'ils ont 3 options. La première créer 13 monnaies, une par État et de laisser le coupable se démerder tout seul. La seconde aurait été de l'exclure et de lui imposer de se créer sa propre monnaie. Ils ont opté pour une 3ème solution, celle que les européens n'ont pas été capables de prendre : on va régler nos problèmes entre-nous, mais nous tous, nous garantissons que ceux qui prêtent des dollars seront remboursés. Et 200 ans plus part on voit que c'était la bonne décision.

_________________
Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La dette mondiale atteint des sommets
MessagePosté: Jeu 16 Avr 2020 09:41 
Hors ligne
Administrateur du site
Administrateur du site
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 27 Avr 2004 18:38
Messages: 1173
Localisation: Région Parisienne
J'ai lu il y a quelques temps dans une revue qui est parue entre 1850 et 1900 et qui ne comporte que des récits de voyage un article sur une visite en Grèce dans les années 1860 et qui relate entre autre l'incapacité du gouvernement grec à tenir un budget. Finalement rien a changé.

Les règles des 3 % et des 60% d'endettement ont été prises pour faciliter la convergence des économies. Cela n'a pas duré longtemps, l'Allemagne, ayant à financer la réunification, s'en est affranchie, puis la France. A partir du moment où les deux plus grosses économies de l'UE ont abandonné le pacte, les portes étaient ouvertes. Mais l'Allemagne a considéré, une fois l'ex-RDA remise à flot, que le pacte restait valable et a tout fait pour revenir dans les clous, votant même une adjonction à sa constitution interdisant un déficit supérieur à 0.35% hors événement exceptionnel (le virus en est un). Nous avons persisté, l'Italie aussi, mais pour cette dernière, j'en ignore les raisons.

_________________
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 133 messages ]  Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 ... 14  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com